Skip to main content

Si l’on compare le deuxième trimestre de 2022 au trimestre précédent – selon la Commission européenne – , le produit intérieur brut de la Hongrie a augmenté de 1,1 %. Cependant, les indices de confiance des consommateurs se sont détériorés et les données mensuelles indiquent une baisse de la consommation, des transactions immobilières, de l’activité de construction et des prêts. La hausse de l’inflation et des prix de l’énergie ainsi que le resserrement des conditions de financement devraient freiner l’activité économique au cours des prochains trimestres, la croissance du PIB réel ralentissant de 5,5 % en 2022 à 0,1 % en 2023, avant de se redresser à 2,6 % en 2024. Le revenu des ménages étant érodé par une inflation élevée, la consommation devrait baisser en 2023. Cependant, les contrôles administratifs sur les prix de l’énergie pour les ménages et les taux hypothécaires continuent de protéger les gens contre la hausse des prix de l’énergie et des coûts de financement. En raison du resserrement des conditions de financement et de la détérioration des perspectives économiques, les investissements devraient diminuer l’année prochaine. En outre, les investissements des entreprises dans l’efficacité énergétique seront soutenus par le gouvernement. Outre le refroidissement attendu du marché du logement, les efforts d’assainissement budgétaire limiteront le volume des investissements publics par rapport à leurs niveaux précédemment élevés.

Bien que les problèmes de la chaîne d’approvisionnement se soient quelque peu atténués, l’affaiblissement de la demande extérieure devrait limiter la croissance des exportations. Entre 2021 et 2023, la hausse des prix de l’énergie devrait entraîner une augmentation des importations nettes d’énergie de la Hongrie de près de 5 % du PIB. Les importations de biens non énergétiques devraient rester modérées, conformément à la baisse de la demande finale. En conséquence, le déficit de la balance courante devrait se creuser, culminant à 7,6 % du PIB en 2022, avant de diminuer régulièrement pour atteindre 4,3 % en 2024.

Des finances publiques de très bonne apparence, mais avec une inflation considérable

Malgré la mise en œuvre de mesures telles que le contrôle des prix de détail, la guerre en Ukraine a créé une crise énergétique, et les coûts de l’alimentation et de l’électricité en Hongrie ont bondi d’environ 50 % en décembre par rapport à l’année précédente, selon les chiffres du gouvernement. Le taux d’inflation de décembre était le plus élevé de l’Union européenne, à 24,5 % en glissement annuel. La moyenne pour le bloc est de 10,4 %. Les économistes attribuent une partie de la faute à la faiblesse du forint, à l’élimination des plafonds de prix et à une taxe de détail.

Selon eux, les restrictions de prix ont eu un effet de distorsion, entraînant des pénuries de carburant et de produits de base tels que le sucre, les importateurs et les détaillants refusant de vendre à perte, ainsi que des augmentations de prix pour les produits non plafonnés, les magasins cherchant à compenser le plafonnement des prix d’autres marchandises. Le gouvernement a été contraint de supprimer le plafonnement des prix des carburants le mois dernier, lorsque les réserves se sont amenuisées, précipitant des achats frénétiques. Lajos Torok, analyste en chef de la société de courtage Equilor de Budapest, prévoit une détérioration de la situation : “Les dépenses des ménages augmentent, la consommation intérieure va donc chuter, les coûts de financement plus élevés vont retarder les investissements des entreprises, les investissements de l’État vont être réduits”, ce qui aura pour effet d’effacer la croissance, a-t-il déclaré.

Le gouvernement a lancé ce mois-ci une campagne publicitaire affirmant qu’une majorité de Hongrois s’oppose aux sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie, qu’Orbán a rendu responsable des maux économiques du pays. “Ce régime de sanctions sanglant fait grimper l’inflation en flèche”, a déclaré M. Orbán au début du mois à la chaîne de télévision publique MR1. “Si les sanctions devaient prendre fin, les prix de l’énergie baisseraient immédiatement, ainsi que les prix généraux, ce qui signifie que l’inflation diminuerait de moitié.” .

“Le gouvernement n’a pas trouvé les clés”, a déclaré le gouverneur de la banque centrale hongroise, György Matolcsy, devant une commission parlementaire en décembre. “Nous ne pouvons pas surmonter cette explosion des prix de l’énergie et cette crise de l’inflation avec les anciennes méthodes.” “Le communisme a déjà montré que le plafonnement des prix ne fonctionne pas”, a déclaré Matolcsy, qu’Orbán a un jour décrit comme son “bras droit” en matière de planification économique. “Ce système s’est effondré. Ne revenons pas à [it] avec de telles techniques.” Orbán reste défiant, déclarant à MR1 au début du mois que les réserves de change de la Hongrie étaient proches d’un sommet après les récents emprunts, ce qui signifie que le pays était solvable.

Pourtant, grâce au suivi étroit entre la valeur du florint hongrois sur les marchés internationaux et l’inflation, la dette de la Hongrie est passée de 78,6 % du produit intérieur brut à la fin de 2021 à 75,3 % à la fin de l’année dernière, en dessous de la moyenne européenne de 85,1 %, selon les données de l’UE. En 2022, son déficit budgétaire a atteint 5,3 pour cent du PIB, soit environ le double de la moyenne de l’UE (2,7 pour cent). C’est une situation très rare en Europe, qui pourrait se répéter au cours des 3 prochaines années. Si le gouvernement Orban abat ses cartes, il pourrait même le faire passer sous la barre des 65 % d’ici la fin de son mandat. Cela ne signifie pas pour autant que la situation des Hongrois de tous les jours s’améliorera (mais cela aura certainement un impact majeur).

La production hongroise d’énergie, le problème central de toute amélioration économique

La projection de base pour l’année prochaine est soumise à de nombreux risques de détérioration. Comme la Hongrie dispose de peu d’options à court terme pour remplacer les importations de pétrole et de gaz russes, les perturbations de l’approvisionnement énergétique pourraient avoir un impact important sur l’économie. En outre, les prix élevés de l’énergie pourraient menacer les plans d’investissement à moyen terme du secteur manufacturier hongrois à forte intensité énergétique. Enfin, la persistance d’une inflation élevée ou la détérioration des conditions financières pourraient nécessiter une politique plus restrictive. La Commission européenne pourrait réévaluer la licence pour la construction de deux nouvelles unités à la centrale électrique de Paks, car la Hongrie envisage de prolonger la durée de vie des unités existantes au-delà de 2037, revenant ainsi sur un engagement antérieur.

En 2014, la Hongrie a chargé le conglomérat énergétique public russe Rosatom de construire deux réacteurs de 1 200 MW à Paks, à côté de la seule centrale nucléaire du pays, pour un coût total de 12,5 milliards d’euros, financé par un prêt russe de 10 milliards d’euros. En 2017, la Commission européenne a approuvé le projet, affirmant que le financement de l’initiative ne comportait pas d’aide d’État. Toutefois, “elle a accepté ce financement au titre des normes de l’UE en matière d’aides d’État sur la base des engagements pris par la Hongrie”, dont l’un consistait à lever les obstacles existants selon le calendrier initial. Les réacteurs existants devaient être fermés entre 2032 et 2037. Selon les médias locaux, la Hongrie risque désormais de perdre sa licence européenne si elle accepte de prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires existants. La centrale nucléaire de Paks compte quatre unités de 500 MW, qui fournissent la moitié de la production d’électricité de la Hongrie et plus d’un tiers de sa consommation d’électricité.

Après l’approbation de la Commission européenne, les régulateurs hongrois ont délivré une licence de base en 2017 et les travaux préparatoires ont commencé en 2021, bien que l’Office national de l’énergie atomique (OAH) n’ait pas encore délivré de licence définitive. L’OAH a invoqué des problèmes de sécurité et n’a donné le feu vert au projet qu’en août 2022. Selon le calendrier initial, les nouvelles unités devaient être mises en service en 2025 ou 2026.

Le plus gros investissement de l’histoire de la Hongrie ayant été retardé d’au moins 6 à 7 ans, le Parlement hongrois a adopté en décembre une résolution demandant au gouvernement d’envisager de repousser les dates de mise hors service des unités existantes de 20 ans au maximum par rapport au calendrier actuel. Cette mesure indiquait que le gouvernement n’excluait pas la possibilité de nouveaux retards dans la construction des nouvelles unités. La décision du Parlement européen est intervenue quelques jours après que la CJCE a rejeté un appel de l’Autriche contre l’approbation par la Commission européenne d’une aide à l’investissement pour la mise à niveau, jugeant que le financement par des prêts russes ne violait pas les règles de l’UE.

L’Autriche s’est opposée à la prolongation en général, affirmant qu’il n’y a aucune garantie que la Hongrie fermera effectivement Paks I, ajoutant que la Hongrie aura une position forte dans la région avec les unités existantes et nouvelles en fonctionnement. Le gouvernement hongrois a prévenu que si les unités existantes sont fermées entre 2032 et 2037 sans l’ajout de nouveaux réacteurs nucléaires, l’approvisionnement en électricité de la Hongrie sera menacé.

Hungarian Tanks

Un engagement de l’industrie de la défense, mais à quel prix ?

Toutefois, le gouvernement hongrois enregistrera quelques succès en 2023, principalement autour de l’achèvement de la modernisation militaire attendue depuis longtemps. S’exprimant lors de la conférence Global Special Operations Forces (GSOF) Europe qui s’est tenue à Budapest en octobre 2022, le ministre de la technologie et de l’industrie a déclaré que le gouvernement hongrois avait pour objectif de faire du secteur militaire hongrois un leader régional d’ici 2030.

László Palkovics a noté que c’est un objectif national et économique pour la Hongrie de devenir la première base de fabrication et de recherche en Europe centrale pour l’industrie de la défense. Il a rappelé que le secteur hongrois de la défense a été réorganisé à la suite du programme de développement de l’armée et des forces armées Zrnyi 2026.

En Hongrie, les dépenses de défense représentent désormais 1,2 % du PIB. Il a noté que l’économie hongroise est saine, que 70 % de sa production provient d’industries de haute technologie, qui peuvent être développées, et que le pays dispose déjà d’une excellente infrastructure. Sa situation géographique est favorable sur le plan logistique, et sa participation à l’OTAN et à l’UE est bénéfique.

L’objectif du gouvernement est de faire passer la taille de l’industrie de la défense à 500 milliards de HUF d’ici 2030. Selon le ministre, une plus grande autosuffisance est nécessaire pour que le secteur de la défense puisse fournir des services et des produits à l’armée hongroise. Il est également crucial que l’industrie de la défense hongroise réussisse sur les marchés étrangers et participe aux chaînes d’approvisionnement internationales avec des produits compétitifs.

László Palkovics a suggéré que pour atteindre ces objectifs et assurer la durabilité économique, les capacités de recherche et développement (R&D) doivent être augmentées et les investissements en R&D dans l’industrie de la défense doivent atteindre 5 % des dépenses totales de R&D de la Hongrie. Il a noté que l’OTAN a identifié huit questions critiques pour les deux prochaines décennies. La recherche sur les capacités hypersoniques, la recherche axée sur les données, la recherche sur l’intelligence artificielle (IA), la technologie quantique, la recherche spatiale, la biotechnologie, la recherche sur les nouveaux matériaux et les technologies de fabrication.

Il a également affirmé que la stratégie sectorielle contribuera à la réussite de la Hongrie. Il a rappelé que l’Institut de recherche sur l’innovation en matière de défense (VIKI) a son siège à Budapest et d’autres sites à Szeged et Zalaegerszeg. Il a cité la recherche nucléaire, biologique et chimique, les télécommunications, l’intelligence artificielle, les drones, les composants de drones et le GPS comme les principaux domaines de recherche. La double application des inventions est avantageuse, a-t-il dit, car les ventes de produits ne dépendent pas uniquement de l’industrie de la défense.

Pour atteindre ces objectifs, le ministre a souligné la nécessité de mettre en place une capacité de production et un modèle économique, et de nouer des alliances techniques. Il a cité comme exemples la nouvelle usine Airbus récemment achevée à Gyula et la coopération Rheinmetall, qui ont également contribué à la croissance économique de la région. alliances avec des entreprises autrichiennes, allemandes, françaises et turques.

Après des décennies de réduction et de négligence du secteur de la défense, au milieu des années 2010, le gouvernement hongrois s’est engagé à mettre en œuvre un programme complet de développement des forces pour moderniser les forces de défense hongroises. En 2016, le gouvernement hongrois a dévoilé le programme de défense et de développement des forces Zrnyi 2026, promettant de mener à bien la modernisation et la réforme tant attendues et nécessaires des FHD au cours de la prochaine décennie. L’objectif premier du programme de développement des forces est d’acquérir des équipements compatibles avec l’OTAN, allant de l’équipement personnel au matériel de combat, produits par les industries de défense européenne et hongroise. Bien que le programme Zrnyi 2026 ne soit qu’à mi-parcours, les capacités de défense de la Hongrie se sont considérablement accrues, ce qui est crucial non seulement pour l’autodéfense et la dissuasion, mais aussi pour que le pays reste un contributeur influent aux efforts de sécurité régionaux, européens et transatlantiques en ces temps difficiles.

Le ministre de la défense a également évoqué le développement futur de l’armée hongroise. Avec l’avènement de la technologie numérique, le monde a subi de profonds changements, a-t-il souligné. Au cours des dernières décennies, l’industrie militaire a été à la pointe de l’innovation, et ses réalisations, telles que le GPS et l’Internet, ont trouvé leur place dans le secteur civil. Aujourd’hui, cependant, ce ne sont pas seulement les instituts de recherche militaires qui produisent de nouvelles technologies, mais aussi les start-ups, grâce aux opportunités offertes par la numérisation”, a déclaré le ministre.

Dans ce sens, l’Institut de recherche sur l’innovation de défense sera bientôt créé en tant qu’institution pilier du ministère hongrois de la défense, qui entrera dans l’écosystème de l’innovation du point de vue militaire. L’institut sera dirigé par Imre Porkoláb, qui a été promu au rang de général de brigade le 18 octobre.

Kristóf Szalay-Bobrovniczky a cité l’acquisition d’équipements, la création d’une capacité d’assemblage et de fabrication au sein de l’industrie de la défense hongroise et l’intégration de la technologie numérique dans les opérations des forces armées hongroises comme autant d’étapes supplémentaires dans le développement des forces armées. Il a également souligné l’importance du développement de la technologie des drones comme nouveau domaine d’innovation et la valeur d’une excellente communication comme base du travail d’intégration. Le ministre a également évoqué le rôle de la technologie spatiale, par exemple dans l’observation de la Terre. Rien qu’en décembre, le gouvernement hongrois et son entreprise publique N7 ont annoncé la création de trois coentreprises dans le cadre d’un programme de dépenses massives pour de nouvelles armes et installations industrielles.

Ces acquisitions, auxquelles participent d’importants entrepreneurs de défense étrangers, interviennent alors que l’on signale une pénurie de personnel pour exploiter et construire ces installations. Après une décennie de négligence, la nation européenne s’est lancée ces dernières années dans une campagne de modernisation et de renforcement de son industrie de la défense. Cela s’est traduit par une augmentation d’environ 1,4 milliard de dollars des dépenses de défense pour 2023 par rapport à l’année précédente, portant le budget à près de 4,5 milliards de dollars.

Selon le ministre hongrois de la Défense, Kristóf Szalay, cela permettra au gouvernement de porter ses dépenses militaires à 2 % du produit intérieur brut un an plus tôt que prévu. C’est l’objectif fixé pour les pays de l’OTAN, dont la Hongrie fait partie. Il est prévu que 30 à 40 % de l’argent soit consacré au renforcement des capacités et à la modernisation des forces armées.

“Le budget de la défense est en baisse depuis la fin de la guerre froide, et à son point le plus bas en 2010, la Hongrie ne disposait que d’un hélicoptère de transport militaire opérationnel et de moins d’une douzaine de véhicules blindés prêts au combat”, a déclaré Péter Wagner, chargé de recherche principal à l’Institut hongrois des affaires étrangères et du commerce. En conséquence, le gouvernement avait deux options : soit dépenser beaucoup d’argent à l’étranger, soit importer autant de produits nationaux que possible. Le pays s’est largement appuyé sur cette dernière option.

En décembre dernier, le gouvernement et N7 ont signé trois accords de coentreprise :

  • L’entreprise allemande Dynamit Nobel est le premier client pour l’arme antichar RGW 110 HH-T.
  • Avec le groupe tchèque Colt CZ pour fournir des armes à feu à l’armée hongroise.
  • Avec la société allemande Rheinmetall pour produire des explosifs en réponse à une pénurie de munitions en Europe.

Ce dernier accord s’inscrit dans le prolongement d’un engagement antérieur pris en partenariat avec des fournisseurs tchèques pour le “Lynx hongrois” en 2021.En 2019, les travaux ont commencé sur une nouvelle installation de production majeure pour le contrat du Lynx hongrois. À la fin de son cycle de production, l’usine de Zalaegerszeg sera l’une des usines militaires les plus avancées d’Europe et aura créé environ 500 emplois. Le ministre hongrois de l’innovation et de la technologie, László Palkovics, a décrit l’usine et le projet de VFI Lynx comme le projet phare du programme de développement militaire Zrinyi 2026 du pays.

La Hongrie achète 218 Lynx, dont 176 seront produits dans la nouvelle usine de Zalaegerszeg. Les premiers modèles seront produits dans une usine existante de Rheinmetall en Allemagne, où les futurs opérateurs hongrois de Lynx seront également formés. Rheinmetall a été choisi comme fournisseur de la prochaine génération de VFI pour l’armée hongroise en raison de son engagement à fournir une valeur ajoutée économique locale significative, complétant le niveau exceptionnel d’innovation du Lynx.

À l’instar des accords précédents, tous les accords signés en décembre impliquent le transfert de technologies et de compétences, l’établissement d’une usine de production nationale, l’ajout de composants locaux et l’achat éventuel d’armes par les forces armées hongroises, l’entreprise étrangère conservant le contrôle.

Selon les promoteurs locaux, les piliers qui font du secteur militaire hongrois un lieu d’investissement attrayant peuvent être classés de manière indépendante. Plusieurs organisations internationales citent l’infrastructure logistique et la situation centrale du pays – une porte d’accès aux marchés d’Europe centrale et du Sud-Est pour les entreprises étrangères – comme un avantage concurrentiel.

Selon Tamás Csiki Varga, chargé de recherche à l’Institut d’études stratégiques et de défense de Budapest, “les achats sont fortement liés à des investissements industriels à long terme dans le domaine de la défense, de l’assemblage à l’innovation conjointe future en passant par la production, plutôt qu’à un achat d’armes unique”. Selon M. Varga, l’industrie de la défense nouvellement créée bénéficie à la fois d’avantages et de subventions de l’État. Le pays offre également une main-d’œuvre relativement bon marché et hautement qualifiée et des coûts de production unitaires plus faibles qu’ailleurs. En outre, “les exportations d’armes ne sont pas politiquement sensibles en Hongrie”, note-t-il. “S’ils respectent les réglementations internationales en matière de transfert d’armes, il n’y a pas de blocages politiques ou sociaux intérieurs qui pourraient entraver leurs exportations vers les régions en conflit.”

Depuis 2016, les entreprises internationales ont cité la pénurie de main-d’œuvre comme le “pire obstacle” au financement en Hongrie, selon l’Administration américaine du commerce. Cela a, bien sûr, un coût. La Hongrie fait déjà partie des pays de l’OTAN qui consacrent deux pour cent de leur PIB à la défense. Il y a quelques mois, le ministre a confirmé que le développement militaire hongrois se poursuivrait malgré les difficultés économiques à venir. Cette affirmation est étayée par le fait qu’à partir de septembre 2022, les salaires des soldats hongrois seront augmentés d’environ 25 %. Le renforcement de la reconnaissance sociale de l’armée et l’augmentation des salaires des militaires sont également des objectifs clés du programme de développement des forces Zrínyi 2026. Bien entendu, la réalisation de ces objectifs peut également jouer un rôle clé dans l’augmentation du nombre de soldats.

×