Skip to main content

Entretien réalisé par Jan Normann et Andrea Bogoni.

En janvier 2023, Blue Europe a publié un article intitulé “Poland’s Role in the Intermarium Idea”, signé par Henrique Horta[1], qui traite du rôle de la Pologne dans le concept d’Intermarium, envisageant une intégration des pays d’Europe centrale et orientale (PECO) entre la mer Baltique, la mer Noire et la mer Méditerranée pour contrebalancer les influences de la Russie et de l’Europe de l’Ouest. Cette idée, historiquement ancrée dans les efforts de dirigeants tels que Józef Piłsudski, a évolué au fil du temps et a gagné en pertinence en raison des préoccupations sécuritaires modernes. L’initiative Intermarium vise à favoriser la coopération et la stabilité régionales, en positionnant la Pologne comme une figure centrale de cette stratégie visant à renforcer la défense collective et l’indépendance vis-à-vis des grandes puissances.

Du point de vue des relations internationales, ce concept est crucial car il met en lumière les efforts stratégiques de la Pologne pour créer une coalition régionale susceptible de remodeler la dynamique du pouvoir en Europe, notamment en réponse à l’expansionnisme russe et aux défis de l’intégration à l’Union européenne. Le concept contemporain d’Intermarium peut en fait renforcer l’intégration de l’UE en encourageant la coopération régionale et la solidarité entre les PECO. En se concentrant sur des intérêts communs tels que la sécurité, le développement des infrastructures et l’indépendance énergétique, l’Intermarium s’aligne sur les objectifs plus larges de l’UE. Il favorise la stabilité politique et la croissance économique dans le cadre de l’UE, plutôt que de s’y opposer. Cette initiative régionale peut servir de modèle pour une intégration plus poussée à l’Est, en donnant un nouvel élan aux réformes institutionnelles, sociales et économiques qui s’inscrivent dans les principes fondamentaux de l’unité européenne.

Désireux d’approfondir le sujet et d’en montrer d’autres aspects, nous avons décidé de contacter l’un des experts du concept de l’Intermarium, le professeur Wojciech Gizicki(ORCID, ResearchGate). Wojciech est professeur à l’université catholique Jean-Paul II de Lublin et doyen associé de la faculté des sciences sociales. Sociologue spécialisé dans la sécurité internationale et la coopération de Visegrad (V4), il est également l’auteur de nombreux ouvrages et articles, et a donné de nombreuses conférences et discours en Pologne et à l’étranger. En outre, il a été un représentant polonais dans le groupe d’experts pendant la présidence tchèque du V4 (2016). Questions et réponses ci-dessous.

Quels sont les facteurs historiques qui ont conduit la Pologne à devenir le chef de file de l’Intermarium ?

Dans sa genèse, le projet d’Intermarium fait référence au concept d’Intermarium de Jozef Pilsudski datant du début du 20e siècle. Cependant, la dimension contemporaine du projet est beaucoup plus orientée vers des objectifs géopolitiques viables à atteindre. Ces objectifs sont à la fois politiques (ce que, malheureusement, pour des raisons incompréhensibles, le discours intergouvernemental tente d’éviter) et liés à la consolidation de la subjectivité de l’Europe centrale, de sa position au sein de l’OTAN et de l’UE. La Pologne est le plus grand pays de la région, tant sur le plan démographique que géographique. Elle possède de riches traditions d’intégration datant de l’époque de l’Union de Lublin, de la Première et de la Deuxième République, entre autres.

Quels défis la Pologne doit-elle relever pour favoriser la cohésion et la coopération entre les pays de l’Intermarium ?

Le défi consiste certainement à convaincre les autres partenaires d’Europe centrale et surtout l’UE de l’utilité de cette coopération. L’Intermarium n’est pas en concurrence avec l’UE. Il est destiné à donner de nouvelles impulsions à l’intégration dans son cadre, à proposer des réformes institutionnelles, sociales et économiques qui sont directement liées aux origines de l’intégration européenne proposées par les pères fondateurs. La Pologne et d’autres pays de la région, en particulier la République tchèque et la Hongrie, ne sont plus de “nouveaux États” dans une Europe en voie d’intégration. Ils ont un statut d’État et des traditions séculaires. Ils sont devenus membres de l’OTAN en 1999. Tous, avec la Slovaquie, ont créé et mènent à bien un projet d’intégration au sein du V4.

Dans une perspective d’avenir, quel est l’impact prévu de l’Intermarium sur l’importance de la Pologne dans la politique européenne et mondiale ?

L’influence de l’Intermarium sur l’importance de la Pologne découle du fait que l’initiative a été mise en place à son initiative (avec la Croatie). La Pologne est considérée comme un leader en Europe centrale. Elle a une importance géopolitique considérable, en raison de sa situation entre l’Allemagne et la Russie. Cela détermine l’importance de l’Intermarium. Ceci est particulièrement important dans le contexte des plans impériaux de la Russie, y compris la guerre brutale en Ukraine. En outre, la Pologne est un exemple significatif de développement multidimensionnel réussi sans dépendance à l’égard de l’Allemagne. Il en va de même pour les autres pays de la région. La condition, cependant, est une coopération réussie et le fait de “ne pas être effrayé” par les opportunités que la période actuelle et leurs activités offrent à l’Europe centrale.

Comment la position stratégique de la Pologne au sein de l’Intermarium affecte-t-elle sa politique étrangère et ses stratégies de défense ?

L’Intermarium est devenu un domaine majeur de l’activité polonaise après 2015. Le caractère favorable de l’initiative des États-Unis constitue un élément de renforcement supplémentaire. Ceci est particulièrement évident dans le contexte de la guerre en Ukraine. La Pologne est un pays clé dans le contexte de l’aide aux réfugiés de guerre et dans l’importance de la stratégie d’assistance logistique à l’Ukraine combattante. Il est important que cette orientation de la politique de sécurité et de défense soit maintenue indépendamment des éventuels changements politiques et électoraux. Il s’agit là d’un point fondamental de la raison d’être de la Pologne.

Quels sont les principaux avantages économiques et politiques de l’Intermarium pour la Pologne ?

L’idée de l’Intermarium est bénéfique pour la Pologne en raison de sa géopolitique et de la possibilité de coopération entre les 13 pays de la région (y compris la Grèce). Elle donne à la Pologne un véritable effet de levier au sein de l’UE et de l’OTAN (notamment grâce au projet B9). Le potentiel démographique de l’Intermarium dépasse largement les 112 millions d’habitants. La zone géographique englobe des pays alignés nord-sud, ce qui est particulièrement important pour briser le stéréotype basé sur la nature non alternative de la coopération est-ouest, qui prévaut notamment en Allemagne.

Les projets d’infrastructure, notamment les routes Via Carpatia et Rail Baltica, sont d’une importance capitale. En outre, il est impératif de développer la coopération cybernétique, notamment contre la propagande et la désinformation russe dans la région. Une priorité absolue est de renforcer la coopération énergétique, afin de rendre les pays de l’Intermarium indépendants de la Russie. La proximité culturelle, la tradition et l’identité de la région favorisent la proximité des sociétés, y compris le tourisme et l’apprentissage des valeurs culturelles et environnementales dans l’espace sûr de l’Europe centrale.

Références

  1. Horta, H. (janvier 2023), “Poland’s Role in the Intermarium Idea” Blue Europe. Disponible à l’adresse : https://www.blue-europe.eu/analysis-en/full-reports/polands-role-in-the-intermarium-idea/ ↑
×