Skip to main content

Indice de l’économie et de la société numériques en Pologne

Il existe de nombreuses façons de quantifier le niveau d’adaptation de l’industrie d’un pays à l’Industrie 4.0. Étant donné que la première condition pour que toute industrie soit compatible avec cette quatrième révolution est la numérisation, il est judicieux d’étudier le niveau de numérisation de la Pologne et de le comparer à celui des autres pays de l’UE. L’indice de l’économie et de la société numériques (DESI) a été créé par l’Union européenne pour comparer le niveau de numérisation de tous les États membres de l’UE, afin de contrôler les résultats et d’aider les gouvernements à établir des priorités dans leurs investissements de développement.

Classement de l’indice de l’économie et de la société numériques (DESI) 2022

Digital Economy and Society Index

Source : Commission européenne

Comme le montre le graphique 4.6, la Pologne est l’un des pays les plus mal classés de l’UE en termes de numérisation, puisqu’elle n’occupe que la 24e place sur 27 pays. Cette situation est due en grande partie à son capital humain lui-même (seuls 42 % des Polonais possèdent au moins des connaissances et des compétences numériques de base, contre 54 % dans l’UE, Commission européenne, 2022). Les entreprises sont également à blâmer, puisque seulement 18 % d’entre elles dispensent une formation de base en TIC (technologies de l’information et de la communication) (Commission européenne, 2022).

Intégration de la technologie dans les pays de l’UE (DESI, 2019)

Digital Economy and Society Index

Comme on peut le voir sur la figure 4.7, la Pologne en 2019 était également classée 24e dans l’UE en termes d’intégration de la technologie numérique – seulement 40 % des petites et moyennes entreprises (PME) polonaises ont intégré au moins une technologie numérique de base, ce qui est 15 % inférieur à la moyenne de l’UE. Il reste encore beaucoup d’efforts à faire pour atteindre l’objectif de l’UE, à savoir que 75 % des entreprises de chaque État membre utilisent le Big Data, les services en nuage et l’intelligence artificielle d’ici 2030. Afin de rattraper les autres États membres le plus rapidement possible et d’atteindre cet objectif de 75 % d’ici 2030, le gouvernement polonais a annoncé plusieurs mesures et plans visant à stimuler la conversion numérique des entreprises polonaises – ces mesures seront examinées dans la section suivante “Perspectives pour la Pologne”, au chapitre suivant.

Indice du commerce électronique dans les pays de l’UE

e-Commerce index

Source : Eurostat

Un autre facteur montrant le retard de la Pologne en matière de numérisation est le commerce électronique. La figure 4.8 montre que la Pologne a le 5ème résultat le plus bas de l’UE avec seulement 25% des PME utilisant le commerce électronique,Balbix, 2019), qui représente une partie importante du schéma de la quatrième révolution industrielle, car les consommateurs ayant pris l’habitude de commander des articles en ligne rend la transition vers la production intelligente plus facile. Atteindre un taux élevé de conversion au commerce électronique permet d’atteindre ce stade avancé de l’adoption de l’Industrie 4.0, qui implique la communication du consommateur avec les machines du produit qu’il a commandé via l’utilisation de capteurs. La Pologne se situe une fois de plus bien en dessous de la moyenne de l’UE, puisque seulement 24 % des PME polonaises (5e résultat le plus bas) disposent de services de commerce électronique. De plus, comme le montre le graphique 4.9, seulement 25 % de ces PME (Integration of Digital Technology, n.d.) (4e résultat le plus faible de l’UE) utilisent l’analyse des données volumineuses, le partage électronique de l’information, les solutions en nuage ou les médias sociaux.

Pourcentage de PME polonaises utilisant l’analyse des big data, les solutions de cloud, le partage d’informations électroniques ou les medıa sociaux, 2018

Percentage of Polish SMEs using big data analysis

Source : Commission européenne

Comme on peut le voir sur la figure 4.10, la Pologne est légèrement moins retardée en termes d’indice d’intensité numérique que dans les autres indices numériques établis par la Commission européenne, puisqu’elle n’a que le 6e résultat le plus bas. Cet indice montre la disponibilité de 12 technologies différentes dans les entreprises, comme le pourcentage d’entreprises donnant accès à l’internet à au moins 50% de ses employés, la publicité sur internet, les avis électroniques, etc.

Indice d’intensité numérique des pays de l’UE en 2018 (% d’entreprises par niveau)

Digital Intensity Index of EU countries in 2018

Source : Commission européenne

Tableau de bord européen de l’innovation 2021

European Innovation Scoreboard 2021

Source : Euraxess

Selon l’étude du tableau de bord européen de l’innovation, publiée en 2021, la Pologne se situe dans la catégorie des “innovateurs modérés”, avec d’autres pays d’Europe centrale comme la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie (voir figure 4.11). Le fait que la Pologne n’exploite pas pleinement son potentiel d’innovation s’explique par le fait que, par rapport à la moyenne de l’UE, la Pologne a une plus grande proportion de sa population travaillant dans l’agriculture et une plus petite proportion travaillant dans l’industrie manufacturière. Toutefois, l’étude européenne mentionne que le taux de croissance du PIB plus élevé que la moyenne en Pologne est un signe positif. En outre, selon la même étude, les performances en matière d’innovation ont augmenté de 2 % par rapport à celles de l’UE depuis 2010. En outre, selon l’enquête “Smart Industrie Polen 2017”, commandée par le ministère du Développement et Siemens, en 2016, environ 77% des PME polonaises ont mis en œuvre au moins une solution dans le but de soutenir l’innovation. La solution la plus courante est l’automatisation avec des machines isolées.

L’utilisation des imprimantes 3D en Pologne

l’impression 3D est l’une des composantes essentielles de l’industrie 4.0. Cette solution à faible coût convainc de plus en plus d’entreprises au fil des années. En effet, la création de tout produit est un long processus de l’idée au produit fini, et les imprimantes 3D permettent de fabriquer rapidement des prototypes, qui peuvent être modifiés et ajustés jusqu’à ce que le produit final soit satisfaisant. l’impression 3D est beaucoup plus rapide que les méthodes plus traditionnelles, comme le moulage par injection par exemple. Avec le moulage par injection traditionnel, il faut généralement 2 à 5 mois pour créer le moule lui-même pour les objets, alors qu’il ne faut que 2 à 3 jours pour en fabriquer un avec une imprimante 3D (fastrating, n.d.). Ce gain de temps permet de modifier l’objet si une erreur est constatée, ou même de le réimprimer si nécessaire avec les améliorations.

La rapidité de production de l’impression 3d est un gros avantage dans le processus de prototypage de produits. C’est pourquoi la demande d’imprimantes 3D ne cesse d’augmenter chaque année. Selon la 6e édition de l’étude ” the state of 3D printing ” publiée par Sculpteo en 2020, la croissance mondiale de l’impression 3D a atteint 52%, contre 48% en 2019 et 17% en 2015 (Moreau, C. 2020). A l’échelle européenne, selon une étude de l’Office européen des brevets, les demandes de brevets pour l’impression 3D en Europe ont augmenté annuellement de 36%.

Part des entreprises utilisant l’impression 3D en Pologne et dans l’Union européenne en 2020, par objectif

Share of companies using 3D printing in Poland and European Union in 2020, by purpose

Source : Statista, 2022

Sur cette figure 4.11, nous pouvons voir que les parts des entreprises polonaises utilisant des imprimantes 3D pour les modèles de prototypes, les biens à utiliser dans le processus de production de l’entreprise et les modèles pour la vente (3 des 5 objectifs) sont plus élevées que dans l’Union européenne, ce qui est un signe que la Pologne est déjà sur la bonne voie pour améliorer ses performances wıth regards robotisation. Bien que l’utilisation globale des imprimantes 3D en Pologne ne représente que 1% de la production industrielle annuelle totale (Science in Poland, 2022). Selon le professeur Helena Dodziuk, auteur de Druk 3D/AM, elle doit encore se développer (Tomala, 2020). De plus, les entreprises polonaises d’impression 3D sont surreprésentées dans le monde proportionnellement à leur population, ce qui est principalement dû à la qualité des nombreuses universités techniques polonaises et aux flux d’investissements des pays occidentaux au sein de l’UE (Stevenson, 2017). Cela signifie que les entreprises polonaises ont déjà sur leur sol un énorme potentiel de croissance de l’impression 3D, et il est probable que cette nouvelle technologie continue de se développer en Pologne.

Automatisation et robots

L’automatisation des processus industriels avec la mise en œuvre de robots est un élément essentiel de l’Industrie 4.0, car il s’agit de la première étape vers une ligne de production entièrement automatisée liée à l’Internet des objets, et elle se développe à l’échelle mondiale. À l’échelle européenne, cette tendance est particulièrement visible en Pologne. La robotisation permet de réaliser des économies très importantes sur les coûts de production, d’augmenter la flexibilité des lignes de production des fabricants, et elle contribue à remplacer les humains par des machines sur des travaux répétitifs et souvent dangereux. Néanmoins, de nombreux fabricants en Europe hésitent encore à mettre en œuvre les changements nécessaires pour automatiser leur ligne de production, en raison des coûts élevés liés à l’investissement et au renouvellement de leur matériel, ainsi que des efforts nécessaires pour rattraper le retard en matière de modernisation des processus.

En 2022, la Pologne est encore loin derrière ses voisins en termes d’automatisation de son industrie, puisqu’elle ne compte que 42 robots pour 10 000 travailleurs, contre 338 en Allemagne et 135 en Slovaquie (Wobit, n.d.). Cependant, selon l’administration du commerce international, 30 % des entreprises polonaises sont prêtes à investir dans les robots dans un avenir proche. La dynamique positive semble claire : en 2018, l’augmentation des ventes mondiales de robots a représenté 6%, contre 40% en Pologne.

Comme le précise la Fédération internationale de robotique, le nombre de robots dans l’industrie polonaise a augmenté de 40 % en 2018 par rapport à l’année précédente, ce qui est énorme. En 2018, la Pologne est devenue le 16e pays le plus automatisé (en termes de densité de robots) au monde, grâce à son nombre total de robots s’élevant à 13 600. Cependant, la Pologne dispose encore d’une marge de progression, puisqu’en 2020, seulement 6 % des petites et moyennes entreprises polonaises et 22 % de ses grandes entreprises utilisent des robots, par rapport à la moyenne de l’Union européenne, qui s’élève à 7 % de robotisation pour les petites et moyennes entreprises, et à 25 % de robotisation pour les grandes entreprises (International trade agency, 2020).

L’administration du commerce industriel indique que dans les années suivantes, le nombre de robots et donc la densité de la Pologne augmenteront, selon les modèles (Agence du commerce international, 2020). Jusqu’à présent, les robots dans l’industrie manufacturière polonaise sont principalement utilisés pour le secteur automobile (38,6% des robots étant utilisés pour ce secteur), le secteur chimique (18,9% des robots) et le secteur métallurgique (12,8%), selon l’Institut économique polonais (trade.gov, 2020).

Figure 4.13 : Croissance du nombre de robots en Pologne par rapport aux salaires (2010-2016)

Comparison of the Level of Robotisation in Poland

Source : Comparaison du niveau de robotisation en Pologne et dans certains pays, y compris les facteurs sociaux et économiques, 2916 p.209

En 2013, 13% des entreprises polonaises se décrivaient comme non automatisées ; en 2016, cette proportion est tombée à seulement 3%, ce qui est un très bon résultat (S-GE, 2018). En outre, 26% des entreprises se sont décrites comme entièrement automatisées, en 2013 ce nombre s’élevait à seulement 13%. Ces changements sont en partie dus à l’évolution du marché du travail. En outre, la Pologne compte de nombreuses entreprises innovantes et efficaces qui produisent des robots. Par exemple, WObit, un producteur polonais de véhicules guidés automatisés – ou AGV – a remporté des prix pour sa gamme de produits. Ces robots fonctionnent déjà dans les entrepôts et lorsqu’ils sont associés à des préparateurs de commandes intelligents ou à des cobots (robots collaboratifs,Wobit, 2021).

Selon Radoslaw Miskiewicz (2019), Inn 2017, les ventes annuelles de robots en Pologne ont augmenté de 16 %, avec 1 891 robots vendus, et comme le montre la figure 4.13, le nombre de robots dans l’industrie polonaise a presque doublé, passant de 8 000 à 15 000 (Smieszek, Dobrzanski, Dobrzanska, 2019). Cependant, la main-d’œuvre limitée de la Pologne limite les progrès de la Pologne en matière d’automatisation, car sa proportion de robotisation est inférieure à celle de ses voisins d’Europe centrale qui ont généralement des coûts de main-d’œuvre similaires, et ce retard ne pourra être rattrapé de manière significative qu’avec l’aide des plans d’investissement du gouvernement, qui sont discutés dans la dernière section de cette thèse.

L’intelligence artificielle

L’essor de l’intelligence artificielle apporte des gains importants à l’industrie 4.0. Cela est vrai non seulement en termes de coûts et de productivité, mais aussi en termes d’amélioration des conditions de travail et de sécurité, ainsi que de qualité. En maîtrisant les données et donc les flux, les industriels peuvent organiser leur chaîne de production, intégrer de nouveaux processus et gagner en productivité, afin de répondre plus rapidement à la demande tout en optimisant ses coûts et ainsi augmenter sa compétitivité. De plus, avec l’automatisation analysée dans la section ci-dessus, l’intelligence artificielle permet aux usines de se concentrer sur des activités à plus forte valeur ajoutée en libérant les employés des tâches répétitives et chronophages.

Concernant le développement de l’intelligence artificielle et sa mise en œuvre par les industriels, la Pologne évolue dans un contexte particulier. La faible présence des géants de la Big Tech (plus communément appelés GAFAM – Google Amazon Facebook Apple Microsoft) dans ce pays implique que le développement de l’intelligence artificielle se fait au niveau des startups. Les 3 plus grandes startups d’IA en Pologne sont Nomagic, Infermedica et Molecule.one avec des budgets respectifs de 30,6 millions de dollars, 13,7 millions de dollars et 5 millions de dollars (www.ai-startups.org, n.d.)

Par ailleurs, la Pologne peut compter sur un grand nombre d’experts travaillant sur la question de l’IA. En effet, la Pologne est le meilleur pays des pays d’Europe centrale et orientale en termes de nombre de ces experts, et le 7ème de toute l’Union européenne, ce qui montre les efforts mis en place pour devenir un leader régional en matière d’intelligence artificielle (Industry Europe, n.d.). Selon l’Agence polonaise pour l’investissement et le commerce (PAIH, 2021), le secteur de l’IA en Pologne continuera à se développer à l’avenir, grâce à son nombre élevé de travailleurs qualifiés, ainsi qu’aux initiatives très attractives de la Pologne en matière de recherche et de développement, notamment les incitations fiscales, les subventions et les programmes de l’UE.

Perspectives de mise en œuvre pour la Pologne

Selon l’étude “Industrie 4.0. La nouvelle révolution industrielle – comment l’Europe va réussir”. La Pologne est un “pays hésitant” en termes de préparation à la mise en œuvre des technologies de l’industrie 4.0, avec un indice de préparation plutôt faible par rapport aux autres pays. Toutefois, le Bureau central des statistiques polonais (GUS) indique que l’industrie manufacturière polonaise a une tendance globalement positive. En effet, au niveau microéconomique, 66,3 % des entreprises industrielles prévoient de réaliser des investissements importants en 2022, contre seulement 45,6 % en 2016 (Industry Europe, s.d.).

Cependant, malgré la volonté des industriels de moderniser leur industrie afin de les adapter à l’Industrie 4.0, ce qui se traduit par l’augmentation des investissements pour l’automatisation, il leur est impossible de ” rattraper ” seuls les autres pays européens. C’est pourquoi le gouvernement polonais a multiplié ses efforts pour révolutionner l’industrie polonaise, notamment en soutenant les fabricants par le biais de différents plans, et en soutenant la recherche et le développement afin de maximiser les conditions d’innovation.

×