Skip to main content

La République de Moldavie, qui compte 3,6 millions d’habitants et dont la capitale est Chisinau, est située en Europe orientale, à proximité du nord-est des Balkans. Le pays s’étend sur 33 844 kilomètres carrés et est bordé au nord, à l’est et au sud par l’Ukraine, et à l’ouest par le fleuve Prut et la Roumanie. La Transnistrie, une bande de terre située entre le fleuve Dniester et la frontière orientale de la Moldavie avec l’Ukraine, n’est reconnue que par trois pays non membres des Nations unies (ONU).

L’économie énergétique de la Moldavie dépend fortement des importations d’électricité et de gaz. Les centrales de production combinée de chaleur et d’électricité alimentées au gaz naturel représentent moins de vingt pour cent de la production annuelle d’électricité du pays. La seule centrale hydroélectrique de Moldavie est la centrale hydroélectrique de Costesti. Moldavskaya GRES (MGRES) fournit la majorité des 80 % d’énergie restants dans la zone séparatiste de Transnistrie. L’Ukraine est également un fournisseur d’électricité pour la Moldavie. La consommation de gaz naturel de la Moldavie dépend presque entièrement des importations en provenance de Russie. La MGRES transforme le gaz naturel russe en électricité pour la vendre sur la rive droite. L’indépendance énergétique du pays est l’une des plus faibles au monde.[1]

La Moldavie s’est engagée à mettre en œuvre les réformes décrites dans le troisième paquet énergie de l’Union européenne, un ensemble de lois établi en 2009 qui vise à créer des marchés du gaz naturel et de l’électricité intégrés et compétitifs. Dans le cadre de ces réformes, la Moldavie a réformé et largement privatisé son réseau de distribution d’énergie, notamment Premier Energy, une société privée qui contrôle 70 % du système de distribution électrique du pays. Le gouvernement a l’intention de privatiser les entreprises publiques de distribution et de fourniture d’électricité restantes, RED Nord S.A. et FEE Nord S.A.

Chimneys

Les opportunités offertes par la coopération et la diversification

La sécurité énergétique de la Moldavie est une priorité absolue. Pour les raccordements à haute tension entre la Moldavie et la Roumanie, une station dos à dos est nécessaire. La majorité de ces projets sont financés par des institutions financières internationales, telles que la Banque mondiale, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque européenne d’investissement (BEI). Pour une connectivité synchrone avec la Moldavie et l’Ukraine à ENSTO-E, davantage d’investissements et de mises à niveau des infrastructures sont nécessaires. Il existe également la possibilité d’un soutien de la Société de financement du développement.

La mise en œuvre du troisième paquet énergie dans le secteur du gaz créera des perspectives pour la fourniture et le commerce de gaz naturel provenant de sources alternatives en Europe occidentale ou dans les pays de Roumanie et d’Ukraine. L’augmentation des coûts de l’énergie et les initiatives de la Moldavie pour diversifier ses sources de gaz et d’électricité constituent une opportunité pour les fournisseurs d’énergie alternatifs.

Le gouvernement a l’intention d’augmenter la proportion d’énergie renouvelable dans le mix énergétique en finançant d’importants projets d’énergie renouvelable par le biais de marchés publics concurrentiels.

Gazprom-logo

Efforts pour l’indépendance énergétique

La Moldavie et la Roumanie ont collaboré pour construire une station d’interconnexion CCHT dos à dos (B2B) et des lignes de transmission, permettant à la Moldavie de se relier physiquement au réseau roumain et d’accéder aux marchés roumains et, par extension, européens de l’électricité. Le 16 mars 2022, la Moldavie s’est connectée, en même temps que l’Ukraine, au Réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport (REGRT-E).

La Moldavie continue de progresser dans le dégroupage de Moldovagaz, le monopole du gaz naturel verticalement intégré, afin d’atteindre les objectifs du troisième paquet énergie. La société roumaine Transgaz a terminé la construction du gazoduc Ungheni-Chisinau en 2021. Cela permet à la Moldavie de diversifier davantage ses approvisionnements en gaz. [En octobre 2021, les premiers approvisionnements en gaz provenant d’autres sources sont devenus disponibles. Selon l’administration moldave, le projet a contribué à l’amélioration de la sécurité énergétique et au renforcement des liens commerciaux entre les deux nations.

Le gouvernement étudie également la possibilité de faciliter le commerce du gaz naturel par “flux inversé” (à la fois physique et virtuel) par le gazoduc Trans-Balkan sur le territoire moldave, ce qui pourrait positionner la nation comme une plaque tournante du transit.

En outre, la Roumanie souhaite augmenter ses exportations de gaz naturel vers l’Ukraine et la Moldavie. Un nouvel interconnecteur en Grèce, qui est opérationnel depuis le 8 juillet 2022, rend cela possible. Lors de sa visite d’État, le Premier ministre roumain Nicolae Ciucă a révélé son projet de livrer du gaz à la Moldavie et à l’Ukraine via l’interconnecteur gréco-bulgare (IGB). En effet, l’interconnecteur permet d’acheminer le gaz via le gazoduc BRUA (Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Autriche)[3], qui est partiellement en place, vers la Roumanie et la Bulgarie et représente un lien important entre les usines d’approvisionnement du Caucase et les gazoducs des Balkans et du reste de l’Europe du Sud-Est.

La Roumanie et la Moldavie coopèrent dans de nombreux domaines d’approvisionnement énergétique. Cependant, la situation de la Moldavie s’est aggravée car il n’est pas certain que Gazprom continue à fournir du gaz naturel au pays. Une alternative comparable au gaz russe pourrait améliorer considérablement la position de négociation de la Moldavie. La Moldavie doit négocier l’approvisionnement en gaz pour le mois d’août car Gazprom évite d’examiner les obligations de la Moldavie en matière de dette, les négociations avec le fournisseur russe restant problématiques. Si la mise en œuvre de l’infrastructure du gazoduc vers la Moldavie via la Roumanie est envisageable, d’autres connexions gazières seront nécessaires à l’avenir pour alimenter l’Ukraine.

Évolution récente

En raison de la flambée des prix et des soupçons de coupure totale du gaz russe, la Moldavie est confrontée à un hiver difficile, selon son premier ministre.

“Toute l’Europe s’attend à un hiver difficile, mais la situation de la Moldavie est bien plus désastreuse. Alors que plusieurs nations européennes continuent à dépendre partiellement du gaz russe, la Moldavie est totalement dépendante. Et il est possible que Gazprom mette unilatéralement fin à l’accord.” – a déclaré le Premier ministre Natalia Gavrilita[4]

L’assistant du président ukrainien, Mihailo Podolyak, a déclaré que l’Ukraine offrirait de l’électricité supplémentaire si la centrale électrique de Cuciurgan, alimentée au gaz et située dans la région séparatiste moldave de Transnistrie, était fermée.

Actuellement, 67 % de l’électricité moldave provient de la centrale de Cuciurgan, tandis que 33 % est fournie directement par l’Ukraine. Quant au gaz, la Moldavie a déjà stocké 35 millions de mètres cubes de gaz naturel en Roumanie, soit une quantité suffisante pour une dizaine de jours, qui pourrait être acheminée par le gazoduc Iasi-Ungheni-Chisinau.

Le ministre des infrastructures et du développement régional, Andrei Spinu, a averti[5] que si la Russie cesse d’exporter du gaz, le territoire de la Transnistrie soutenu par Moscou sera impacté car il sera obligé d’acheter du gaz au prix du marché et de payer à l’avance.

La Transnistrie, une région située sur la rive gauche du fleuve Dniester et dont la population de facto ne dépasse pas 350 000 personnes, est économiquement dépendante du gaz russe. La Russie a délivré des passeports à environ 220 000 citoyens de Transnistrie et y a stationné des soldats de maintien de la paix.

Entre-temps, le 26 septembre, la Roumanie a expédié les premières citernes de mazout pour reconstituer les stocks de la Moldavie. Selon M. Spinu, les centrales thermoélectriques moldaves continueront à dépendre fortement du fioul.

Ces dernières semaines, les dirigeants de Chisinau ont fait campagne à Bucarest pour garantir l’approvisionnement en gaz de la Roumanie au cas où Gazprom fermerait le robinet.

Selon Vadim Ceban, directeur de Moldovagaz, la société russe Gazprom a réduit ses livraisons de gaz naturel à la Moldavie d’environ 30 % le 1er octobre.

Le vice-premier ministre a déclaré, en réponse aux préoccupations des journalistes concernant la possibilité d’acheter du gaz provenant d’autres sources, notamment du gaz de schiste, que : “Le prix est la racine du problème. Il existe des possibilités d’acheter du gaz provenant d’autres sources. Mais le problème, c’est le prix. Le prix actuel le moins cher est stipulé dans le contrat entre Moldovagaz et Gazprom” a déclaré Spinu.[6]

Même si un nouveau contrat prépayé a été signé en septembre[7], Gazprom a déclaré que des raisons techniques expliquent la baisse des volumes de gaz fournis, en réponse aux questions des journalistes.

High-Level-Energ-Dialogue-

Le soutien de l’Union européenne

Le 23 juin 2022, la Moldavie est officiellement devenue candidate à l’adhésion à l’Union européenne après que les 27 chefs d’État du bloc aient approuvé ce statut à l’unanimité lors d’un sommet à Bruxelles. [Il s’agit d’une manifestation symbolique de la solidarité de l’UE avec le pays et d’une intention de coopération qui remonte à cette date.

La Moldavie a connu un certain nombre de crises énergétiques exogènes, comme celle de 2009, lorsque la Commission européenne a activé son mécanisme communautaire de protection civile pour aider la population locale touchée par la panne de gaz pendant le conflit politique entre l’Ukraine et la Fédération de Russie.[9]

Le 30 juin 2022, l’UE et la République de Moldavie ont organisé leur deuxième dialogue de haut niveau sur l’énergie. À la suite de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, la collaboration et le partenariat sur les questions énergétiques se sont renforcés au cours des derniers mois. Les discussions ont permis d’établir l’orientation et le rythme de la coopération future en matière de sécurité et de connectivité énergétiques, de réformes du marché de l’énergie et d’assistance technique et financière pour réduire les effets négatifs des prix élevés de l’énergie sur les clients vulnérables. Avec l’aide d’un programme de crédit de 300 millions d’euros de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.[10]

“Suite à la récente décision des dirigeants de l’UE d’accorder à la République de Moldavie, aux côtés de l’Ukraine, le statut de pays candidat à l’UE, nos relations ont pris une nouvelle dimension. Nous travaillons déjà en étroite collaboration sur les questions énergétiques, mais nous allons encore renforcer notre partenariat et préparer le système énergétique moldave à son avenir européen.” – a déclaré le commissaire à l’énergie, Kadri Simson

Après la crise énergétique qu’a connue la Moldavie en octobre 2021, l’aide directe de l’UE a facilité les tout premiers achats de gaz du pays auprès de fournisseurs non russes, ouvrant ainsi la voie à la diversification et à l’indépendance énergétiques. La Moldavie peut également participer à la plateforme énergétique de l’UE récemment créée, qui coordonne les initiatives visant à garantir un approvisionnement énergétique abordable.[11]

  1. https://iea.blob.core.windows.net/assets/a6dd7ac3-8955-41f9-8971-d7c09ccff6d9/MoldovaEnergyProfile.pdf ↑
  2. https://www.romania-insider.com/transgaz-triples-capacity-gas-moldova ↑
  3. https://www.energate-messenger.de/news/195941/der-brua-gaskorridor-zwischen-bulgarien-und-oesterreich ↑
  4. https://www.euronews.com/2022/09/16/energy-crisis-winter-could-be-very-difficult-for-moldova-its-pm-tells-euronews ↑
  5. https://interfax.com/newsroom/top-stories/83485/#:~:text=Oct%203%20(Interfax)%20%2D%20Gazprom,%20Ministre%20du%développement%20Andrei%20Spinu%20a déclaré.
  6. https://interfax.com/newsroom/top-stories/83485/#:~:text=Oct%203%20(Interfax)%20%2D%20Gazprom,Development%20Minister%20Andrei%20Spinu%20said.
  7. https://www.euronews.com/next/2022/09/27/moldova-gas-gazprom ↑
  8. https://www.bbc.com/news/world-europe-61891467 ↑
  9. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_09_38 ↑
  10. https://ec.europa.eu/info/news/eu-holds-second-high-level-energy-dialogue-republic-moldova-2022-jun-30_en ↑
  11. https://energy.ec.europa.eu/topics/energy-security/eu-energy-platform_en ↑
×