Skip to main content

LA NUMÉRISATION DANS LES PAYS D’EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE : CYBERSECURITY CONCERNES, CORPORATE RESPONSES, AND GOVERNMENT STRATEGIES Par Manel Bernadó Arjona

Avril 2021 – Accepté par le Comité de Publication de Blue Europe le 15/05/2021

À mesure que la technologie gagne en complexité et s’intègre davantage dans les relations sociales et économiques de toutes sortes, l’exposition aux cybermenaces augmente, de même que la pertinence de développer et de mettre en œuvre en permanence des systèmes de cybersécurité adéquats. Cela est particulièrement vrai pour les pays d’Europe centrale et orientale (ci-après “PECO”), dont la capacité à faire face aux cybermenaces reste généralement inférieure à celle des autres États membres de l’UE.

Les menaces liées à la cybersécurité ont de profondes répercussions, qu’il s’agisse d’atteintes à la protection des données, de ransomwares ou d’attaques contre des infrastructures critiques. Comme le suggère la directive NIS, les implications de ces menaces pour la sécurité nationale exigent des gouvernements qu’ils jouent un rôle de premier plan dans la recherche d’un niveau élevé de sécurité en établissant des stratégies de cybersécurité et en maintenant un ensemble de capacités minimales à tout moment. Toutefois, même lorsque ces stratégies ont été effectivement élaborées, elles ne parviennent pas à empêcher la majorité des cyberattaques contre les entreprises et les particuliers. À cet égard, les institutions gouvernementales ne peuvent pas, dans la pratique, prévenir, surveiller et répondre seules aux cyberattaques contre le secteur privé. Les entreprises ont donc été contraintes de relever le défi de développer et de maintenir des systèmes de cybersécurité qui repoussent et minimisent l’impact des cyberattaques.

Les préoccupations en matière de cybersécurité augmentent dans le monde entier et dans tous les secteurs d’activité, car la fréquence et la gravité des attaques ne cessent de croître. En conséquence, le secteur de la cybersécurité s’est développé dans les mêmes proportions, augmentant d’un tiers (33,83 %) au cours des trois dernières années. En termes absolus, le marché mondial – qui englobe tous les moyens de protection des systèmes d’information, du matériel, du réseau et des données contre les cyberattaques – est passé de 137,64 milliards de dollars en 2017 à 184,19 milliards de dollars en 2020. Avec un taux de croissance annuel composé de 10,2 %, il devrait atteindre 248,26 milliards de dollars d’ici 2023, soit un quasi-doublement en 6 ans (STATISTA 2018).

Selon l’indice de risque cybernétique (NordVPN 2020) élaboré par NordVPN, des facteurs tels qu’une économie à revenu élevé, une infrastructure technologique avancée et le processus de numérisation d’un pays, entre autres, contribuent à accroître la vulnérabilité et l’exposition d’un pays aux cyberattaques et correspondent empiriquement à des degrés plus élevés de cybercriminalité.

Cette relation expliquerait pourquoi les pays d’Europe centrale et orientale n’ont pas été parmi les plus exposés aux cyberattaques au cours des deux dernières décennies. À mesure que leurs économies se développent et se numérisent, ils deviendront en effet plus vulnérables et plus attrayants pour les cyberattaques potentielles. Les troubles politiques avec les pays voisins et l’apparition d’une guerre hybride numérique augmentent considérablement les risques pour les PECO d’être la cible de cyberattaques parrainées par des États (CSIS 2016). Pour faire face à cet environnement changeant, les PECO doivent orienter leur croissance économique et leur processus de numérisation en adoptant des stratégies gouvernementales et d’entreprise appropriées pour prévenir, décourager et contrer les cybermenaces.

Cet article vise à fournir une analyse basée sur des données du processus de numérisation progressive dans les PECO au cours des dernières années, à évaluer ses implications en matière de cybersécurité et à décrire les réponses privées et publiques entreprises pour répondre aux préoccupations en matière de cybersécurité dans les PECO.

  1. La numérisation dans les PECO

Tout comme leurs voisins européens, les PECO ont adopté la numérisation comme facteur clé de croissance. La numérisation offre une occasion unique de surmonter les défis économiques et de sortir de la crise COVID-19 plus forts que jamais. Les efforts déployés pour développer une infrastructure numérique importante, parallèlement à l’absence d’industries héritées, peuvent contribuer à propulser leur croissance nationale et régionale globale en ces temps difficiles. Un rapport de McKinsey publié en 2018 estime que la numérisation dans les PECO pourrait ajouter plus de 200 milliards de dollars au PIB régional d’ici 2025, l’industrie des technologies de l’information pouvant représenter jusqu’à 16 % de leur PIB (Digital McKinsey 2018).

Le processus de numérisation est aujourd’hui un terme vague et largement utilisé, et la réalité d’une numérisation progressive est supposée partout dans le monde. Comment la numérisation se traduit-elle réellement dans les PECO et quelles en sont les implications ?

Les données publiques sur les indicateurs pertinents obtenues auprès d’Eurostat et de l’OCDE donnent un aperçu de la tendance à la hausse de l’utilisation des produits et services informatiques dans les PECO, dans les entreprises, les ménages et les nouvelles formes d’administration en ligne. Pour des raisons de simplicité et de représentativité, cet article analyse les données de la Pologne, de la République tchèque, de la Hongrie, de la Slovaquie et de la Lituanie. Les valeurs agrégées pour l’Union européenne (sans le Royaume-Uni) sont incluses à titre de comparaison.

Numérisation des entreprises

Comment les entreprises des PECO ont-elles intégré les produits et services informatiques pour s’adapter aux nouvelles réalités du marché ? Ont-elles trouvé des solutions innovantes à leurs problèmes commerciaux ? Cette question peut être évaluée de plusieurs manières. Environ la moitié des entreprises des PECO utilisent actuellement les médias sociaux pour interagir avec le marché, et la moitié d’entre elles ont des employés qui utilisent des ordinateurs avec accès à Internet sur le lieu de travail. Nous constatons également l’augmentation de l’utilisation de logiciels de planification des ressources de l’entreprise afin d’intégrer les processus internes pour les pratiques de commerce électronique, ce qui implique une numérisation profonde et structurelle de l’entreprise.

La plupart des pays d’Europe centrale et orientale analysés ici suivent généralement une tendance similaire à la hausse. La Lituanie est en tête de tous les graphiques, car elle est le pays d’Europe centrale et orientale dont les entreprises sont les plus numérisées. Ses entreprises ont augmenté l’utilisation d’ordinateurs avec accès à l’internet et aux médias sociaux d’environ 50 % en neuf et cinq ans, respectivement. L’évolution la plus impressionnante a été l’utilisation de logiciels ERP par les entreprises lituaniennes, qui a augmenté de plus de 330 % en neuf ans, ce qui place le pays au-dessus du niveau agrégé de l’UE.

La Lituanie est suivie par la République tchèque et la Slovaquie, qui ont connu des évolutions similaires en matière de numérisation des entreprises, atteignant un certain degré de parité avec les niveaux de l’UE pour la plupart des indicateurs. Les PECO les moins performants parmi ceux qui ont été analysés sont la Pologne et la Hongrie, qui ont commencé avec les niveaux de numérisation les plus bas, mais qui ont tout de même progressé sur tous les fronts, avec plus ou moins d’intensité, et à quelques exceptions près.

Dans l’ensemble, les économies des PECO montrent des signes empiriques de numérisation progressive, suivant la tendance de leurs voisins occidentaux à incorporer davantage de produits et de services informatiques dans leurs modèles et structures d’entreprise, ainsi que dans leurs modes d’interaction avec leurs clients.

Digilisation Poland Ukraine Hungary Houseold corporate other

*% des entreprises de plus de 10 employés, à l’exclusion du secteur financier.

Source : élaboration propre à partir de la base de données d’Eurostat (EUROSTAT 2021)

Numérisation dans les ménages

Nous pouvons mesurer la numérisation au niveau individuel, en observant dans quelle mesure les ménages ont accès aux ordinateurs et à l’internet, et la fréquence à laquelle ils les utilisent. Des indicateurs tels que l’accès des ménages à l’internet, les abonnements à la large bande mobile ou la proportion de personnes utilisant un ordinateur tous les jours servent à cette fin.

Digilisation Poland Ukraine Hungary Household corporate other

Source : élaboration propre à partir de l’OCDE (OCDE 2021a) (OCDE 2021b) et de la base de données d’Euro stat (EUROSTAT 2021)

Au cours des dernières années, la majeure partie de la population des PECO a acquis un accès à l’internet, passant d’une fourchette initiale comprise entre 15 et 30 % de la population en 2005 à une fourchette comprise entre 80 et 90 % en 2019. L’accès à l’internet est donc devenu une réalité courante pour la grande majorité de la population.

En outre, le nombre de personnes utilisant quotidiennement un ordinateur a grimpé en flèche au cours de la dernière décennie dans tous les PECO analysés et dans l’ensemble de l’UE. Les chiffres montrent que l’utilisation quotidienne des ordinateurs a presque doublé en Pologne, en République tchèque et en Lituanie. Dans l’ensemble, les niveaux régionaux des PECO se situent entre 60 et 70 % de leur population qui utilise un ordinateur tous les jours.

De même, l’utilisation généralisée des smartphones avec accès à l’internet a favorisé une forte augmentation du nombre d’abonnements au haut débit mobile dans les PECO. Ces abonnements sont ceux qui permettent des vitesses de données supérieures à 256 kbit/seconde, qui donnent accès à l’internet via HTTP et qui disposent d’une connexion de données par le biais du protocole internet (IP). Dans certains cas, ces abonnements ont presque doublé au cours des dix dernières années : en Lituanie, ils sont passés de 34 à 61 ; en République tchèque, de 33 à 66. Dans d’autres PECO, comme la Hongrie ou la République tchèque, ils ont été multipliés par dix par rapport à des niveaux presque inexistants il y a dix ans.

L’administration en ligne

Les institutions publiques sont également entrées dans l’ère numérique en automatisant les processus et en modifiant la manière dont elles interagissent avec leurs citoyens. La proportion d’individus interagissant avec les autorités publiques par le biais d’Internet a considérablement augmenté. Bien que dans certains pays d’Europe centrale et orientale, comme la République tchèque et la Slovaquie, ce type d’interactions ait diminué entre 2011 et 2013, plus de la moitié des interactions avec les autorités publiques dans les pays d’Europe centrale et orientale se font actuellement via Internet, à des niveaux qui dépassent l’agrégat de l’UE. La seule exception est la Pologne, qui est à la traîne par rapport à ses voisins des PECO bien qu’elle ait augmenté de 50 % la proportion de ses interactions en ligne avec les pouvoirs publics en neuf ans.

En outre, les données révèlent une tendance à la hausse des citoyens de l’UE qui soumettent des formulaires contenant leurs données personnelles aux autorités publiques par l’intermédiaire d’Internet, passant d’environ 20 % à plus de 35 % des personnes qui s’adonnent à cette pratique. La Lituanie a obtenu des résultats supérieurs à ceux de l’UE, tandis que la Hongrie et la Pologne ont atteint des niveaux similaires à ceux de l’ensemble de l’UE. La République tchèque est, à cet égard, un cas particulier : bien qu’elle ait connu une baisse de 33 % à 7 % au cours de la période 2011-2013, elle s’est conformée au niveau d’augmentation de la région des PECO depuis lors et est maintenant en phase avec ses pairs. La Slovaquie n’est pas à la hauteur, puisqu’elle est passée de 11 % en 2011 à 19 % en 2020.

Source : élaboration propre à partir de la base de données d’Eurostat (EUROSTAT 2021)

(Suite dans la partie 2)

×