Skip to main content

La durabilité et la rentabilité sont trop souvent considérées comme incompatibles, surtout dans un secteur comme le tourisme. Ces dernières années, la Croatie s’est fermement engagée à en faire les deux faces d’une même pièce, malgré la lutte contre la pandémie et la hausse de l’inflation. En 2021, la Croatie était classée 14e au monde[1] du tourisme durable, édité par Euromonitor International.

Selon une analyse de l’AEE, la Croatie est l’un des trois pays dont la part cumulée des pertes de PIB dues à des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes est la plus élevée[2]. Elle reconnaît ainsi la nécessité d’adopter une approche stratégique pour s’adapter au changement climatique et créer de nouvelles solutions pour le développement durable. Grâce à cette compréhension, la Croatie a créé son premier plan d’adaptation au changement climatique.

croatia, tourism policies, sustainable tourism, central europe,

Le pays donne la priorité à la protection de l’environnement[3] pour assurer une croissance durable à long terme, le tourisme durable étant essentiel. Le gouvernement croate a concentré ses efforts sur la réglementation du secteur maritime afin de maintenir les exigences les plus élevées en matière d’environnement et de sécurité maritime, en raison de la transformation du tourisme maritime en une industrie en pleine croissance ces dernières années. Un autre objectif stratégique est de veiller à ce que les infrastructures, le transport et le domaine maritimes soient sûrs et écologiquement durables. Pour réduire les émissions du transport maritime, la Croatie entend également passer à l’utilisation de carburants alternatifs pour les liaisons de transport vers ses îles.

Un nouvel organisme national

En janvier 2018, le gouvernement croate a créé un Conseil national pour le développement durable (CNDD) chargé de suivre, d’évaluer et de coordonner la mise en œuvre des ODD. Un an plus tard, la Croatie a soumis sa première VNR[4] (Voluntary National Review) à l’ONU, décrivant comment la Croatie entend mettre en œuvre l’Agenda 2030 dans son pays.

Un système d’information pour la planification stratégique et la gestion du développement a ensuite été mis en place pour intégrer pleinement la collecte et le stockage électroniques des données statistiques et financières nécessaires pour suivre et rendre compte de la mise en œuvre des documents de planification stratégique aux trois niveaux nationaux, ce qui inclut également le suivi de la mise en œuvre des ODD. Le portail web du Bureau national des statistiques a été développé dans l’optique de la plate-forme de connaissances des Nations unies sur le développement durable, afin d’informer le grand public des résultats et de l’état actuel de la mise en œuvre des indicateurs clés du développement durable.

En ce qui concerne le tourisme, l’Observatoire croate du tourisme durable[5 ] a été créé et est hébergé par l’Institut du tourisme de Zagreb, qui gère une plateforme visant à sensibiliser le public aux projets entrepris par ladite organisation en coopération avec le gouvernement croate et les institutions européennes [6].

L’un des plus réussis est le projet DestiMED PLUS[7], financé par le programme Interreg Méditerranée[8] et réunissant 12 partenaires : la région du Latium (chef de file), la région de Catalogne, l’Institut du tourisme, la Fondation universitaire BLAMES, l’Agence de développement du Sud de la mer Égée ; le WWF Méditerranée, l’Agence du tourisme de la Corse, la région de Sardaigne, l’UICN, la région de Crète, la Conférence des régions périphériques maritimes d’Europe et le ministère régional de l’environnement d’Andalousie.

Ce programme est décrit comme une étape importante dans l’évolution de la planification intégrée du tourisme côtier. DestiMED PLUS met en œuvre des politiques globales qui associent tourisme et protection de l’environnement grâce à la collaboration des décideurs locaux. Comme indiqué dans la mission du programme, pour que l’écotourisme se développe avec succès, les structures de gouvernance et le cadre juridique de toute la région méditerranéenne doivent être renforcés. L’objectif du projet, qui s’appuie sur les réalisations de MEET[9 ] et de DestiMED, est d’aider la région méditerranéenne à améliorer les conditions de l’écotourisme dans ses zones protégées. Il s’agit notamment de renforcer les politiques intersectorielles locales et régionales, de proposer des techniques de planification intégrée et de doter les parties prenantes d’outils de gestion, de mesure et de promotion efficaces.

Les efforts déployés par l’administration croate dans les années qui ont précédé la pandémie ont permis au pays de mieux résister aux difficultés exogènes. C’est la clé qui révèle à quel point la Croatie a su faire face à la pandémie et a atteint une croissance exceptionnelle, générant plus de revenus provenant des touristes étrangers au cours des mois d’été 2021 qu’à aucun autre moment dans le passé, comme l’a confirmé le ministère du Tourisme à la fin de cette année[10].

Quelques données de la Banque nationale croate

Selon les données de la Banque nationale croate (CNB), les recettes provenant des touristes étrangers se sont élevées à 6 milliards et 775 millions d’euros au troisième trimestre 2021, pendant les mois d’été de juillet, août et septembre. Cela représente une augmentation de 100 % par rapport aux recettes générées au cours de la même période de 2020, soit 3 milliards d’euros et 386 millions d’euros de plus. Les ventes ont augmenté de 2 %, soit 148 millions d’euros de plus qu’au troisième trimestre de 2019, qui a été une année record pour le tourisme croate. Au troisième trimestre de 2019, des revenus de 6 milliards d’euros et de 627 millions d’euros ont été générés.

“Je félicite toutes les personnes travaillant dans le secteur du tourisme et l’ensemble du secteur pour cette excellente année touristique. Non seulement nous sommes proches de 2019 en termes de recettes pour cette année touristique, mais nous avons également obtenu les meilleurs résultats jamais obtenus pendant les mois d’été. En effet, avec près de 6,8 milliards d’euros de recettes provenant des touristes étrangers, cet été a été l’été touristique le plus réussi en Croatie jusqu’à présent, et nous pouvons tous en être fiers. En 2021, la Croatie a construit l’image d’une destination sûre et nous devons continuer à travailler dans ce sens” – Nikolina Bernjak, ministre du tourisme et des sports

Le plan national de relance et de durabilité 2021-2026 s’inscrit pleinement dans l’objectif d’une approche plus durable et résiliente du tourisme. La réforme est mise en œuvre par le ministère du tourisme et des sports, en collaboration avec l’Institut du tourisme susmentionné.

Conformément à la portée envisagée de la réforme, le ministère du tourisme et des sports, le ministère des sciences et de l’éducation et l’Institut du tourisme de la République de Croatie ont signé un “accord de partenariat” tripartite pour la mise en œuvre des activités de réforme prévues dans le plan national de relance et de durabilité (22 avril 2022). Cet accord prévoit l’établissement d’un système de compte satellite du tourisme durable pour 2022, et le programme NextGenerationEU de l’Union européenne finance l’entreprise.

En outre, étant donné que plus de 70 % des investissements prévus dans le cadre du plan de relance et de durabilité de la Croatie doivent commencer avant la fin de 2022[11], on peut supposer que le pays connaîtra un pic de croissance important dans les mois à venir et en 2023.

Si tout cela peut se résumer en une seule phrase, “le meilleur reste à venir pour le tourisme durable croate”.

croatia, tourism policies, sustainable tourism, central europe

Prenons l’exemple de la “Mecque touristique de la Croatie”, la ville de Dubrovnik et ses imposantes murailles médiévales : la première saison touristique typique après deux saisons dominées par l’épidémie de coronavirus a jusqu’à présent donné de bons résultats et on peut considérer qu’elle est revenue à la normale[12].

La Société des amis des antiquités de Dubrovnik se concentre sur le tourisme durable, et non sur les statistiques et les dossiers. Cependant, ils sont toujours très satisfaits de cette saison jusqu’à présent, surtout si l’on considère les résultats financiers positifs.

  1. Classement Euromonitor International (https://www.euromonitor.com/article/europe-leads-euromonitor-internationals-sustainable-travel-index) ^
  2. Événements climatiques extrêmes en Europe : l’augmentation des pertes économiques pourrait entraîner une plus grande divergence dans les évaluations des pays (https://www.scopegroup.com/dam/jcr:eb50a1cd-7bcd-46db-a2fe-80fa9b1d76da/Scope%20Ratings_Extreme%20climate%20events_2021%20Nov.pdf) ^
  3. Kostelats, M. M., 2017, Discours de Mme Maja Markovcic Kostelac, secrétaire d’État au ministère de la mer, des transports et de l’infrastructure, lors du débat général de la Conférence des Nations unies à l’appui de la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 14 ( https://sustainabledevelopment.un.org/content/documents/24234croatia.pdf) ^
  4. Examen national volontaire de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable (https://sdgs.un.org/sites/default/files/documents/23943CROATIA_UN_final.pdf) ^
  5. Observatoire croate du tourisme durable (https://tourism4sdgs.org/initiatives/croatian-sustainable-tourism-observatory/) ^
  6. Institut za turizam (http://www.iztzg.hr) ^
  7. Projet DestiMED PLUS (https://destimed-plus.interreg-med.eu/) ^
  8. Programme Interreg Méditerranée (https://interreg-med.eu/) ^
  9. Projet MEET (https://www.meetnetwork.org/)
  10. Déclaration du ministère du Tourisme ( https://mint.gov.hr/vijesti/najbolje-turisticko-ljeto-po-prihodima/22845) ^
  11. Déclaration clé du gouvernement sur le CRSN (https://planoporavka.gov.hr/vijesti/preko-70-investicija-iz-plana-oporavka-i-otpornosti-pokrece-se-tijekom-2022-godine/177) ^
  12. https://www.morski.hr/povratak-turista-na-dubrovacke-zidine/ ↑
B.F.G. Fabrègue

Expert en droit des sociétés, en droit européen et en fiscalité internationale, Brian Guilhem a été élu à la tête du conseil pour le mandat 2018-2021, relected for 2021-2024, il dirige actuellement le service juridique de la société financière suisse Retreeb. Polyglotte, il travaille quotidiennement sur plusieurs langues, dont l'anglais, l'espagnol et l'italien.