Belgrade, une ville avec du potentiel pour le développement de la Serbie ?

Belgrade a été déclarée ville au plus fort potentiel économique dans le cadre du concours des 100 plus grandes villes de la région dite de l’Europe émergente, et la capitale de la Serbie a reçu cette reconnaissance pour la deuxième année consécutive.

La région Europe émergente comprend 23 économies d’Europe centrale, orientale, du Sud-Est et du Caucase du Sud, dont 11 sont membres de l’Union européenne (Estonie, Lettonie, Lituanie, Bulgarie, Croatie, République tchèque, Hongrie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie).

Emerging Europe est une organisation basée à Londres qui vise à promouvoir le potentiel des pays émergents.

L’organisation est dirigée par d’éminentes personnalités européennes, tant politiques qu’économiques – l’ancien commissaire européen à l’élargissement, vice-président de la Commission européenne et commissaire aux entreprises et à l’industrie, Gunter Verheugen, l’ancien premier ministre et ministre de l’économie de Moldavie, Ion Sturza, l’ancien président bulgare, Rosen Plevneliev, l’ancien vice-premier ministre et ministre des finances, vice-premier ministre de l’économie et ministre de la privatisation de Slovaquie, Ivan Miklos, le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Mircea Geoană, et d’autres.

Cette année, Belgrade s’est également classée troisième dans la catégorie ” Pool of Talent “, alors qu’en 2021, elle occupait la cinquième place.

Le jury, qui a décidé du classement des villes, est composé de plus de 100 experts mondiaux en matière d’investissements directs étrangers (IDE), de conseillers en sélection de sites et d’analystes de localisation.

En 2021, ils ont analysé 100 villes européennes de plus de 200 000 habitants, ainsi que deux capitales de la région, dont la population est inférieure à 200 000 habitants.

Le maire de Belgrade, Zoran Radojičić, déclare pour Emerging Europe que le succès de la ville peut être mis sur le compte de la stabilité financière – tant de Belgrade que de la Serbie.

“La stabilité financière est une base solide pour des investissements majeurs dans les infrastructures, tant routières que ferroviaires”, explique-t-il.

“Je pense en particulier à la construction de la rocade de Belgrade, à la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Belgrade à Novi Sad et, enfin et surtout, au lancement imminent des travaux de construction de la première ligne de métro de Belgrade. Tous ces projets nous donneront une mobilité plus rapide et plus efficace à la fois localement à Belgrade, mais aussi vers l’Europe et d’autres parties du monde.”

D’une manière générale, dans l’indice de perception des villes favorables aux entreprises de cette année, Belgrade est classée 9e, ce qui représente une progression impressionnante dans le classement par rapport à 2020, lorsque la capitale serbe occupait la 24e position.

En outre, Belgrade est également reconnue comme une ville offrant une bonne qualité de vie, puisqu’elle est classée quatrième dans la catégorie “Qualité de vie”, derrière des villes comme Budapest, Ljubljana et Prague, qui occupe la première place.

Ce résultat confirme une fois de plus à quel point la Serbie a amélioré son climat d’affaires et à quel point toutes les réformes mises en œuvre par le gouvernement de la République de Serbie ne passent pas inaperçues dans le monde.

On s’attend à ce que de telles reconnaissances contribuent grandement à attirer davantage les investisseurs étrangers, étant donné que de telles références sont un facteur important dans leur décision sur des investissements potentiels.

La reprise économique de la Serbie s’accélère, avec un rebond de la consommation privée et une augmentation des investissements totaux, selon le dernier rapport économique régulier des Balkans occidentaux. Le taux de croissance devrait atteindre 6 % en 2021, puis revenir à environ 4 % à moyen terme.

La croissance de cette année a été soutenue par le nouveau plan de relance budgétaire. Toutefois, le déficit budgétaire se réduit progressivement en 2021, tandis que la bonne performance des exportations a permis de maintenir le déficit de la balance courante en deçà des projections. À l’avenir, la consommation restera le principal moteur de la croissance du PIB à moyen terme, tandis que les exportations nettes continueront à apporter une contribution négative à la croissance.

“Pour libérer son potentiel de croissance et créer de nouveaux emplois de qualité, la Serbie doit éliminer les goulets d’étranglement structurels liés à la gouvernance, au marché du travail, aux infrastructures et au système fiscal”, a déclaré Nicola Pontara, directeur national de la Banque mondiale pour la Serbie.

À moyen terme, la stabilité macroéconomique sera maintenue, et l’inflation, qui s’est accélérée ces derniers mois, devrait revenir dans la fourchette d’objectifs fixée par la Banque nationale de Serbie. Toutefois, les dangers liés à la reprise en Europe et dans le monde, ainsi que l’augmentation des cas de COVID-19, pourraient étouffer cette vision optimiste.

La création d’emplois et la transformation de l’environnement sont des objectifs similaires pour tous les pays des Balkans occidentaux, qui entament une reprise économique après un effondrement induit par le COVID-19 en 2020. Après un recul de 3,1 % en 2020, les perspectives de la région se sont considérablement améliorées, la croissance du PIB devant désormais atteindre 5,9 % en 2021. La région devrait connaître un taux de croissance de 4,1 % en 2022 et de 3,8 % en 2023.

Le taux de pauvreté de la région devrait reprendre sa tendance à la baisse pré-pandémique, en diminuant d’environ 1 % pour atteindre 20,3 %, soit un niveau proche de celui de 2019.

La transition verte de la Serbie, un défi majeur

“La transition verte, rendue possible par une utilisation plus efficace des matières premières et de l’énergie, l’expansion des industries et des technologies vertes, ainsi que l’accent mis sur des industries moins polluantes et plus économes en énergie, peut aider la Serbie à construire une économie propre et résiliente.” L’activité climatique à l’échelle mondiale entraîne de profonds changements sociétaux. Les technologies vertes et les nouveaux modèles commerciaux perturbent de plus en plus de marchés, et les politiques vertes redéfinissent les paysages économiques. Les attitudes des consommateurs et des investisseurs évoluent, les technologies vertes et les nouveaux modèles commerciaux perturbent davantage de marchés, et les politiques vertes redéfinissent les paysages économiques. Par conséquent, la capacité d’un pays à attirer des financements et des investissements internationaux dépend de plus en plus de sa capacité à rendre son économie plus verte.

Les Balkans occidentaux se trouvent actuellement à un carrefour critique en termes de virage vert imminent. Dans les années à venir, la gestion efficace de ce changement, y compris les nombreux compromis politiques, sera une priorité absolue pour les décideurs politiques de la région.

Le Congrès sur l’économie verte, qui en est à sa deuxième année, est une série d’activités interactives et multidimensionnelles visant à établir et à faire progresser la notion de la nécessité d’une transition vers une économie durable et équitable. L’économie verte est l’un des concepts les plus fascinants car elle génère du développement tout en respectant l’écosystème régional et mondial, améliore le bien-être humain et l’équité sociale, et réduit les dangers environnementaux et les pénuries écologiques.

Pendant trois jours, tous les participants auront l’occasion d’entendre certains des économistes, inventeurs, entrepreneurs et décideurs les plus inspirés du monde, de partager leurs histoires et d’apprendre à défendre une autre vision de la croissance et du développement mondiaux.

L’objectif à long terme du Congrès est non seulement de sensibiliser aux questions environnementales, mais aussi d’établir une plateforme de mise en réseau durable qui permettra la mise en place d’activités écologiques dans toute l’Europe.

Un soutien financier plus important et plus efficace au secteur privé est nécessaire pour que la Serbie se remette économiquement des effets de la pandémie de COVID-19 et s’adapte avec succès aux problèmes posés par le changement climatique.

C’est l’une des conclusions de l’étude sur la relance verte, que la délégation de l’Union européenne et le Programme des Nations unies pour le développement ont présentée aujourd’hui au Mixer Festival (PNUD). L’objectif de l’étude était d’évaluer les options de financement actuelles pour la relance “verte”, ou la transformation des entreprises serbes vers des modèles commerciaux plus efficaces sur le plan énergétique et plus respectueux de l’environnement.

La recherche s’est penchée sur les expériences des MPME, qui constituent l’épine dorsale de l’économie serbe, ainsi que sur le secteur bancaire et les institutions financières internationales. De nombreuses MPME serbes sont prêtes à investir dans des modèles commerciaux “verts”, mais elles se heurtent à divers obstacles, selon les résultats de l’étude. Le manque d’argent, le manque de connaissances et de compétences sur les technologies vertes et les options de financement, ainsi que les procédures juridiques inutilement alambiquées en font partie.

Les micros, petites et moyennes entreprises, quant à elles, sont particulièrement sensibles aux conséquences économiques de la pandémie, car elles ne sont pas en mesure de résister à des périodes prolongées de perte de revenus. Certaines entreprises ont déjà reporté ou réduit des investissements verts indispensables pour des raisons financières et de préservation de l’emploi, mettant ainsi en péril leur compétitivité sur les marchés régionaux et mondiaux, en particulier sur le principal marché d’exportation de la Serbie, l’Union européenne.

En termes d’argent, le “Green Deal” européen donnera à la Serbie des incitations par le biais de l’Agenda vert des Balkans occidentaux. L’Union européenne a alloué 9 milliards d’euros aux pays de cette région par le biais de ce plan économique et d’investissement pour la transformation verte de l’économie et du secteur public.

“La croissance, l’emploi et la santé sont tous liés à la couleur verte. L’épidémie de COVID-19 est un rappel déchirant du lien étroit qui existe entre la santé humaine et la santé de la terre. La reprise économique prévue par l’UE et la transition vers une économie durable devraient aller de pair, ce que nous appelons la reprise verte. Il s’agit d’une énorme opportunité, mais aussi d’un énorme défi. Investir dans la protection de l’environnement et l’atténuation du changement climatique est un investissement à long terme. Si rien n’est fait, le coût du changement climatique pour l’économie des pays et la société dans son ensemble sera bien plus élevé que le coût de la lutte contre le changement climatique aujourd’hui”, a déclaré Ingve Engstrom, directeur de la délégation de l’UE en Serbie.

À Belgrade, la Banque s’est associée à l’Union européenne pour réhabiliter la bibliothèque municipale et trois établissements hospitaliers, ainsi que pour améliorer l’efficacité énergétique des structures résidentielles. Une subvention de 10 millions d’euros de l’UE, ainsi qu’un prêt de 5 millions d’euros de la BERD, seront utilisés pour réhabiliter l’Institut médical d’urgence, le Centre de soins pour étudiants et l’Hôpital pour étudiants. Une fois mis en œuvre, le projet contribuera à réduire les émissions de CO2 tout en réduisant le gaspillage d’énergie. Tous ces éléments permettront de réaliser des économies. L’amélioration du chauffage rendra le séjour des patients à l’hôpital plus confortable.

Belgrade, Serbie, Europe, économie, économie verte, investissement, affaires, inflation

Un pays toujours confronté à l’instabilité

Toutefois, la reprise reste fragile. Les premiers signaux d’alerte émis par le marché du travail appellent une attention particulière des pouvoirs publics. Les pertes d’emploi liées à la récession et à ses conséquences ont touché de manière disproportionnée les femmes et les jeunes, ce qui pourrait freiner les efforts visant à relever les taux d’activité de la région, toujours faibles. Le chômage des jeunes dans la région a augmenté pour atteindre 37,7 % en 2021, soit 5,4 points de pourcentage de plus qu’en juin 2020, ce qui aggrave encore les perspectives d’emploi des jeunes.

“Alors que les pays des Balkans occidentaux se tournent vers un avenir post-pandémique, leur approche politique devra s’attacher à lever les principaux obstacles à la création d’emplois et à la transformation économique, y compris la transition verte”, a déclaré Linda Van Gelder, directrice pays de la Banque mondiale pour les Balkans occidentaux. “Les six pays bénéficieraient de réformes de l’environnement des affaires, de la gouvernance et de la numérisation, qui contribueraient à la croissance et combleraient l’écart avec les pays de l’UE.”

Si l’impact de COVID-19 sur la Serbie a été moins grave que dans certains autres pays, compte tenu de la structure de l’économie du pays et des stimuli fiscaux contracycliques accordés aux entreprises et aux ménages, l’inflation a commencé à s’accélérer au second semestre 2021, selon Vlahovic dans une interview par courriel accordée précédemment à SeeNews.

“Les problèmes de production d’électricité dus à une gestion non professionnelle de la plus grande entreprise publique, ont considérablement perturbé les agrégats macroéconomiques de base de la Serbie avant même l’agression de la Russie contre l’Ukraine”, a-t-il noté.

En début de semaine, le gouvernement a confirmé ses prévisions de novembre concernant une croissance économique de 4,5 % en 2022. La banque centrale de Serbie a déclaré la semaine dernière que le produit intérieur brut augmenterait de 3,5 % à 4,5 % cette année, soit 0,5 point de pourcentage de moins que sa précédente prévision faite en février.

La guerre en Ukraine a exacerbé l’inflation, limitant les exportations de la Serbie vers la Russie et affectant l’approvisionnement en matières premières des deux nations, selon M. Vlahovic.

Les prix à la consommation en Serbie ont augmenté de 9,6 % en glissement annuel en avril, après une hausse de 9,1 % le mois précédent, selon l’office statistique.

“Après une période pluriannuelle de stabilité des prix, à partir du second semestre de l’année dernière, l’inflation a pris de l’ampleur. Déjà à la fin de l’année dernière, la Serbie a enregistré une hausse des prix de 7 %”, a souligné M. Vlahovic, ajoutant qu’il est désormais clair que la projection de la banque centrale selon laquelle l’inflation reviendra dans la fourchette cible de 1,5 % à 4,5 % d’ici la fin de l’année ne se réalisera pas.

La banque centrale de Serbie se trouve dans une situation très délicate, car une partie de l’inflation est importée et ne peut donc pas être impactée par des taux d’intérêt plus élevés, a noté M. Vlahovic.

“Il est clair qu’augmenter le taux d’intérêt devrait être, et est déjà, la réponse à la hausse de l’inflation. Toutefois, une telle mesure ralentira la croissance déjà très fragile de la Serbie et, en cas de nouvelle détérioration des chaînes d’approvisionnement et de l’offre en général, il existe une menace sérieuse que l’économie de la Serbie se dirige vers un état de stagflation, ce qui est un cauchemar pour les économistes”, a-t-il déclaré.

L’imposition éventuelle de sanctions à l’encontre de la Russie rendra l’approvisionnement en gaz naturel plus difficile, étant donné que la Serbie dépend à presque 100 % des livraisons de gaz par Gazprom, a déclaré M. Vlahovic. “Malheureusement, la Serbie n’a pas envisagé la diversification énergétique à temps”, a-t-il ajouté, notant que la Serbie consomme annuellement environ 3,5 milliards de mètres cubes de gaz, dont la moitié est utilisée par l’industrie et l’autre moitié par les ménages.

Bibliographie :

Bratislava Urosevic, « INTERVIEW – Serbia’s economy to grow more slowly than govt expects in 2022 », SeeNews, 27 May 2022. https://seenews.com/news/interview-serbias-economy-to-grow-more-slowly-than-govt-expects-in-2022-786165

Gordana Filipovic and Paul Clare, «  As Serbia’s economy recovers, job creation and green transition needed for sustainable growth », The World Bank, 21 October 2021. https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2021/10/21/as-serbia-s-economy-recovers-job-creation-and-green-transition-needed-for-sustainable-growth

Green European Foundation, « Green Economy Congress 2018 (Belgrade) », Green European Foundation, 2018. https://gef.eu/event/green-economy-congress-2018-belgrade/

RAS, « Emerging Europe: Belgrade the city with the most economic potential », 28 May 2021. https://ras.gov.rs/en/emerging-europe-belgrade-the-city-with-the-most-economic-potential

Snezana Bjelotomic, « Belgrade is the city with the biggest economic potential », Serbian Mojito, 6 March 2022. https://www.serbianmonitor.com/en/belgrade-is-the-city-with-the-biggest-economic-potential/

Tob.rs, « Belgrade declared city with the greatest economic potential in region », The Government of the Republic of Serbia, 2 June 2022. https://www.srbija.gov.rs/vest/en/189952/belgrade-declared-city-with-greatest-economic-potential-in-region.php

UNDP, « Transitioning to a green economy represents a great opportunity for the Serbian economy to recover from the COVID-19 Pandemic », UNDP Serbia, 31 May 2021. https://www.undp.org/serbia/news/transitioning-green-economy-represents-great-opportunity-serbian-economy-recover-covid-19-pandemic

Articles associés