La dynamique polonaise en matière d’emploi et de PIB-PPA habitant

En dix ans, la Pologne a augmenté sa part du PIB de l’UE de 0,7 % (de 3,3 % à 4 %). Cette année, l’ « île verte » d’Europe centrale était déterminée à poursuivre cette dynamique positive, et a saisi l’occasion de la crise COVID19 pour “rattraper” le reste de l’UE de manière encore plus significative. En outre, la Pologne a affiché des chiffres exceptionnellement positifs en ce qui concerne la dynamique de l’emploi et du PIB par habitant en PPA.

Évolution de l’emploi

L’emploi en Pologne a augmenté de 0,5 % en glissement annuel au troisième trimestre, les salariés travaillant 0,9 % d’heures supplémentaires. Il s’agit d’un phénomène unique parmi les grands pays européens, où ces chiffres sont tous en baisse. Par ailleurs, les chiffres de l’emploi en Pologne sont déjà revenus à ceux d’avant la pandémie. Seuls deux pays de l’UE, à part la Pologne, ont observé une évolution positive de l’emploi : le Luxembourg et Malte.

 

L’île verte polonaise

 

Rien qu’au troisième trimestre, l’emploi dans l’économie polonaise a augmenté de 361 000 personnes. Dans l’ensemble de l’année 2020, il a augmenté de 81 000 pour 16,57 millions d’habitants. À titre de comparaison, l’emploi dans l’UE a chuté de 2 % la même année, ce qui représente une baisse totale de 4,3 millions de personnes.

La différence entre la Pologne et les autres pays de l’UE est encore plus impressionnante lorsque l’on compare l’emploi en termes d’heures travaillées : en Pologne, le nombre d’heures travaillées a augmenté de 0,9 % d’une année sur l’autre, alors qu’il a diminué de 3,7 % dans l’UE.

La hausse de 0,5 % de l’emploi et l’augmentation de 0,9 % du nombre d’heures travaillées prouvent que non seulement la Pologne a bien réagi à la crise (entre autres en transformant temporairement des emplois à temps plein en emplois à temps partiel), mais aussi que les travailleurs ont travaillé plus intensément qu’il y a un an.

 

Les entreprises sont déterminées à éviter de licencier leurs employés

 

La plupart des entreprises s’engagent à maintenir le même taux de salariés qu’avant la crise. Ces décisions sont sans aucun doute facilitées par les annonces faites par le gouvernement et l’administration publique pour les soutenir. Le pourcentage relativement élevé d’entreprises qui prévoient de recruter montre que même pendant la pandémie du COVID19, il est possible d’augmenter les ventes tout en acquérant de nouveaux clients et en introduisant de nouveaux services. En outre, les salaires dans les entreprises de plus de 9 employés ont augmenté de 4,7 % d’une année sur l’autre.

L'évolution de l'emploi en glissement annuel au troisième trimestre 2020 (pays sélectionnés par Blue Europe à partir des données d'Eurosat)
Source : Eurostat, (c) BlueEurope
poland christmas freedom european union visegrad dynamics GDP PPA trends
Figure 2: GDP per capita PPP in selected countries, 2020 (countries and figures selected by Blue Europe from the IMF)
Figure 3: Poland’s GDP per capita PPP in % of Italy’s since the year 1409, selected by Blue Europe from raw data of the study “Maddison Project 2020”

PIB par habitant : L’Europe centrale rattrape l’Ouest 

Selon les estimations du FMI pour 2020, la Pologne a augmenté son avance en termes de PIB par habitant sur le Portugal.  En 2020, la Pologne avait un PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat de 33 739 USD, alors que le PIB du Portugal était de 33 131 USD. Cela donne à la Pologne la 39e place dans le monde et au Portugal la 40e place dans le classement du FMI, respectivement. Il s’agit d’un renforcement de la position que la Pologne a atteint au cours de l’année précédente, puisqu’à la fin de 2019, la Pologne avait déjà dépassé le Portugal dans le classement susmentionné. Il est possible que le Portugal perde sa position au profit des autres pays d’Europe centrale dans les prochaines années. En effet, cette année, en termes de PIB par habitant en PPA, le Portugal se situe juste au-dessus de la Hongrie (32 434 USD), de la Slovaquie (32 184 USD), de la Lettonie (30 579 USD) et de la Roumanie (30 141 USD).

Les Tchèques font encore mieux, dépassant l’Italie et l’Espagne. Le voisin de la Pologne affiche un PIB par habitant en PPA de 40 293 USD. Les Italiens, en revanche, ont un PIB par habitant de seulement 40 066 USD. Dans ce secteur, le résultat de la République tchèque est le meilleur d’Europe centrale. Il convient de noter que depuis l’effondrement du système socialiste, les Tchèques ont été brillants en termes de développement économique, comme on peut encore le constater aujourd’hui.  

Ces chiffres confirment une tendance qui montre que l’Europe centrale est sur le point de dépasser lentement l’Europe du Sud sur le plan économique.

Selon les données du “Projet Maddison”, le PIB par habitant de la Pologne par rapport à celui de l’Italie est le plus élevé depuis au moins l’année 1400. Pendant près de 400 ans, de 1400 à 1800, le PIB par habitant de la Pologne a représenté environ 40 % de celui de l’Italie (avec une brève et légère augmentation à 50 % à la fin du XVIe siècle). En 2020, ce score a atteint la valeur historique de 88 %.


En analysant ces données, il faut toutefois garder à l’esprit que si le PIB par habitant en PPA peut être le meilleur indicateur de comparaison pour comparer la richesse d’une société, il ne tient pas compte de questions telles que la répartition des revenus ou la qualité de vie. C’est pourquoi cet indicateur n’est pas entièrement efficace. 

%s