La République Tchèque renforce l’industrie et la sécurité alimentaire

Un pays engagé

Selon les résultats récemment publiés de la déjà neuvième édition de l’indice mondial de sécurité alimentaire (Global Food Security Index, GFSI) de The Economist – l’hebdomadaire britannique – la République tchèque s’est placée en cinquième position dans le classement de la disponibilité, de la qualité ou de la sécurité des aliments.

En outre, le classement, qui a comparé 113 pays cette année sur la base d’un ensemble de 59 indicateurs uniques, s’est également concentré sur les ressources naturelles, leur état ou leur impact et les risques liés au changement climatique.

C’est l’état des ressources naturelles en République tchèque qui a été évalué très positivement dans l’indice. Alors que la proportion de terres dégradées dans le monde est d’environ 20 % en moyenne, dans notre pays, ce ne sont que 6 % des terres qui sont dégradées, c’est-à-dire érodées ou contaminées.

La diversité des plats locaux a également été évaluée au-dessus de la moyenne. Parmi les autres points forts (c’est-à-dire les indicateurs pour lesquels la République tchèque a obtenu un score supérieur à 75 points) figurent, par exemple, un très faible pourcentage de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, les progrès de l’agriculture, notamment les investissements dans la recherche et le développement, ou la disponibilité de ressources et de services financiers pour les agriculteurs.

Quatre pays européens ont devancé la République tchèque, qui a obtenu un score de 78,6 points : la Finlande (85,3 points), l’Irlande (83,8 points), les Pays-Bas (79,9 points) et l’Autriche (79,4 points).

“Bienvenue” et “Arrêtez de gaspiller la nourriture !” sont les deux phrases qui accueillent les visiteurs de la page Sdílení jídla Praha / Food Sharing Prague Facebook page. Ce groupe communautaire, qui fonctionne depuis plus de trois ans, offre une plateforme permettant aux gens de partager de la nourriture, gratuitement, avec d’autres habitants de Prague. Le groupe est facile à utiliser. Les nouveaux utilisateurs créent simplement une demande, et une fois acceptée, ils peuvent commencer à partager.

Le projet a eu un début quelque peu improbable au Festival Fringe d’Édimbourg en 2017, où la fondatrice du groupe, Barbora Hladíková, travaillait à l’époque. À la fin du festival, elle a reçu l’ordre de jeter une grande quantité de surplus de nourriture. Réticente à mettre à la poubelle de bons aliments encore comestibles, Barbora les a ramenés chez elle et en a fait la publicité sur Facebook.

czech republic, food security, food industry, organic food, inflation, economy

Les politiques publiques à venir

Les aliments et boissons biologiques devraient atteindre 4 % de la consommation totale en République tchèque d’ici 2027, selon les plans du ministère de l’agriculture visant à développer l’agriculture biologique. Selon le ministère, la principale stratégie consiste à faciliter l’accès au marché pour les exploitations biologiques, ainsi qu’à renforcer l’éducation des consommateurs.

Selon le rapport du ministère de l’Agriculture sur le marché des aliments biologiques en République tchèque en 2019., le marché européen des aliments biologiques a augmenté de plus de 8 % l’année dernière, atteignant 45 milliards d’euros (1,17 trillion de CZK). Le Danemark avait la plus grande part d’aliments biologiques (12,1 %), suivi par la Suisse (10,4 %) et l’Autriche (9,3 %). L’année dernière, la proportion d’aliments biologiques consommés en République tchèque a augmenté pour atteindre 1,52 % de la consommation globale. Toutefois, ce chiffre reste inférieur à l’objectif de 3 % fixé par le ministère de l’Agriculture depuis 2016.

Selon le ministère, les terres agricoles devraient représenter 22 % de la superficie totale d’ici à 2027, suivant ainsi l’approche européenne, qui préconise de consacrer 25 % des terres à l’agriculture d’ici 2030. La République tchèque se classe désormais au septième rang en Europe et est parmi les 20 premiers pays au monde en termes de superficie consacrée à l’agriculture biologique.

Le marché des aliments biologiques en République tchèque a généré environ 8,26 milliards de CZK de revenus en 2019. (contre environ 7,02 milliards de couronnes tchèques en 2018). Le chiffre d’affaires du commerce de détail a représenté 3,85 milliards de CZK, la restauration publique 301 millions de CZK, et les ventes directes, comme celles des fermes, 302 millions de CZK de la consommation totale d’aliments biologiques. Les ventes en ligne ont atteint 801 millions de couronnes tchèques. Les aliments biologiques représentent désormais 1,52 % de la consommation globale d’aliments et de boissons, avec une consommation annuelle moyenne de 492 CZK par habitant (contre 416 CZK en 2018). Les exportations d’aliments biologiques ont également grimpé, atteignant environ 3 milliards de CZK en 2019 (contre 2,59 milliards de CZK en 2018).

Les responsables tchèques luttent pour la sécurité alimentaire

La Commission européenne a adressé un nouvel avertissement à la République tchèque pour non-respect des exigences en matière de contrôle officiel.

Dans le cadre de la procédure d’infraction européenne, le pays a reçu un deuxième avis motivé. Si un pays de l’UE n’applique pas le droit communautaire, la Commission peut engager une action en justice à son encontre.

Après une lettre de mise en demeure demandant des informations complémentaires et avant la saisine de la Cour de justice de l’Union européenne, un avis motivé est l’étape suivante de la procédure. En janvier 2019, la République tchèque a reçu une lettre de mise en demeure à ce sujet, et en juillet 2019, un avis motivé a été émis.

Les règles de l’UE ont été violées.

La République tchèque nécessite régulièrement la pré-notification des importations de produits alimentaires. Selon la Commission, la nécessité de signaler l’arrivée de marchandises en provenance d’un autre État membre ne devrait pas être systématique et devrait se limiter à ce qui est strictement nécessaire pour organiser les contrôles officiels.

Les responsables tchèques ont décidé de procéder à une évaluation des risques et à d’éventuels contrôles officiels visant des denrées alimentaires particulières originaires d’un autre État membre chaque fois que ces marchandises entrent dans le pays. Le produit ou la nation ne sont pas mentionnés dans l’avis.

Les autorités ont adopté une législation nationale obligeant les opérateurs à signaler l’arrivée de certaines denrées alimentaires à destination au moins 24 heures à l’avance.

Selon la Commission, la République tchèque enfreint la législation européenne sur les contrôles officiels de manière “constante et systématique”.

Le pays de l’UE a deux mois pour mettre en œuvre les recommandations de l’avis motivé complémentaire, faute de quoi la Commission portera l’affaire devant la Cour de justice de l’UE.

Après avoir fermé 21 sites en janvier, les autorités tchèques ont conseillé aux entreprises de prêter davantage attention à l’entretien et à l’hygiène.

Il s’agit du plus grand nombre d’établissements fermés en un seul mois au cours des cinq dernières années. L’incapacité à prévenir les parasites, en particulier les rats, a été la raison la plus courante des fermetures d’établissements en 2022. Des excréments de souris, des aliments endommagés par des souris et, dans certains cas, des souris mortes ou vivantes ont été découverts lors des inspections de magasins.

Pendant ce temps, l’Administration vétérinaire de l’État (SVS) a aidé à la découverte de plus de 300 kg de produits animaux non identifiés dans un magasin d’un marché de Prague.

Plus de 100 kg de poulet ont été découverts sans identification ni preuve d’origine. Le même problème a endommagé 75 kg de produits bovins sur place. Par ailleurs, 80 kg de produits de la pêche ont été découverts dans un congélateur non marqué.

L’inflation affecte l’économie tchèque

En République tchèque, les prix à la consommation ont augmenté à un rythme extrêmement rapide au cours des trois derniers mois. Selon les chiffres les plus récents de l’Agence tchèque de la statistique, l’inflation a augmenté de 4,9 % en septembre. Selon l’agence de presse tchèque, certains producteurs de denrées alimentaires envisagent d’augmenter leurs prix jusqu’à un dixième.

La hausse enregistrée en septembre est la plus élevée depuis 2008, et elle est supérieure d’environ 1,7 point de pourcentage aux prévisions de la Banque nationale tchèque. Selon l’agence tchèque des statistiques, l’augmentation du coût du logement et des transports a eu le plus grand impact sur la hausse des prix. En conséquence, la Banque nationale tchèque a été contrainte de relever ses taux d’intérêt de 0,75 % le mois dernier.

Jan Bure, économiste en chef de Patria Finance, a déclaré au site d’information Seznam Zprávy que l’inflation pourrait légèrement faiblement 6 % d’ici la fin de l’année, citant comme facteur la hausse des prix de l’énergie, notamment du gaz. D’autres économistes, en revanche, ont été légèrement plus prudents dans leurs prévisions.

D’une manière générale, les analystes interrogés par Seznam Zprávy prévoient que l’inflation atteindra un pic au début de 2022, après quoi elle commencera à diminuer.

Le phénomène risque d’avoir un impact sur les prix des denrées alimentaires. Agrofert, le plus grand producteur agricole du pays, a constaté une augmentation significative des prix des emballages, des feuilles, des plastiques, du blé et des huiles de cuisson, selon le porte-parole de la société, Karel Hanzelka. Il a prédit qu’Agrofert sera contraint d’augmenter les prix de ses produits, mais il a refusé de donner des précisions. Selon un représentant d’Agrofert, les augmentations de prix seront d’abord négociées avec les grossistes.

Pendant ce temps, Choceská mlékárna, un producteur de lait, s’attend à devoir augmenter ses prix l’année prochaine. Selon le directeur de l’entreprise, Pavel Marek, l’augmentation ne devrait pas dépasser 10 %, mais les futures marges des supermarchés pourraient faire augmenter encore plus le coût final payé par les consommateurs. Il explique que cela est dû à la hausse des prix des matières premières, du plastique, du papier, des conteneurs en aluminium et du transport.

Les effets de l'”inflation de guerre” se font enfin sentir dans l’économie tchèque. Les données sur l’inflation pour le mois de mars publiées aujourd’hui par l’Office statistique tchèque sont les premières données de ce type à prendre en compte les premiers impacts économiques de la guerre en Ukraine ; et ce n’est pas une lecture agréable.

En mars, le taux d’inflation annuel de la République tchèque était de 12,7 %. Le coût de la vie a augmenté de 1,7 % d’un mois sur l’autre si l’on compare les prix à la consommation de mars aux prix du mois précédent.

Les analystes ont émis une note sombre en réponse aux nouveaux chiffres, suggérant que l’inflation va continuer à s’aggraver dans les mois à venir et pourrait atteindre 15 % cette année.

Les prix de la farine ont augmenté de 30,3 % sur un an. Les prix du pain et des céréales ont augmenté de 1 % depuis février, et des hausses plus importantes sont possibles avec les répercussions de la guerre en Ukraine, surnommée le “grenier de l’Europe”, commencent à se faire sentir.

Les produits laitiers sont également de plus en plus chers. En comparaison annuelle, le lait UHT demi-écrémé est 20,1 % plus cher, les pommes de terre 21,4 % plus chères et le beurre jusqu’à 31,9 % plus cher.

L’inflation dans les secteurs de l’énergie et des carburants est responsable d’une grande partie de ces hausses de prix. La hausse des prix des carburants et de l’énergie entraîne une augmentation des frais généraux des exploitations agricoles, ce qui se traduit par une hausse des coûts des produits finis.

Les fruits (2,1 pour cent), les huiles et les graisses (2,8 pour cent), le fromage et le fromage en grains sont parmi les autres augmentations notables des prix des aliments d’un mois à l’autre (1,3 pour cent). Les légumes, par contre, ont défié la tendance à la hausse des prix, avec une baisse moyenne de 1,4 % par rapport à février.

czech republic, food security, food industry, organic food, inflation, economy

Bibliographie :

Benedetta Pisani, ” Le ministère de l’agriculture souhaite que la consommation d’aliments biologiques atteigne 4 % d’ici 2027 “, BRNO Daily, 10 mai 2021. https://brnodaily.com/2021/05/10/news/ministry-of-agriculture-wants-consumption-of-organic-food-to-rise-to-4-by-2027/

Joe Whitworth, “EU Comission warns Czech Republic about official food control rules”, Food Safety News, 8 octobre 2021. https://www.foodsafetynews.com/2021/10/eu-commission-warns-czech-republic-about-official-food-control-rules/

Marcus Bradshaw, “Prague online community devoted to food sharing wants to stop the waste and spread the love”, Expats Cz, 27 janvier 2021. https://www.expats.cz/czech-news/article/food-sharing-in-prague

News Desk, “Czech officials urge industry to focus on pest control”, Food Safety News, 23 mars 2022. https://www.foodsafetynews.com/2022/03/czech-officials-urge-industry-to-focus-on-pest-control/

Prague Morning, “Czech Republic Boasts Some of Safest and Best Quality Food in World”, Prague Morning, 21 octobre 2021. https://www.praguemorning.cz/czech-republic-boasts-some-of-safest-and-best-quality-food-in-world/

Tom McEnchroe, “Czechia experiencing sharp rise in inflation, prices of food expected to rise”, Radio Prague International, 10 décembre 2021. https://english.radio.cz/czechia-experiencing-sharp-rise-inflation-prices-food-expected-rise-8731025

William Nattrass, “Ces produits essentiels font grimper le coût de la vie en République tchèque”, Expats Cz, 11 avril 2022. https://www.expats.cz/czech-news/article/as-war-inflation-bites-which-everyday-items-are-getting-pricier

Articles associés