Le redémarrage après les restrictions Covid en Europe centrale

Le redémarrage après les restrictions Covid en Europe centrale : les exemples de la Pologne, de la Croatie, de la Hongrie et de la Roumanie a été rédigé par B.F.G. Fabrègue et revu par le comité de relecture le 12 juin. Article d’origine en anglais, traduction par G. Combot.

Les économies du centre de l’UE devraient connaître une croissance de 3,6 % cette année et de 3,8 % en 2022, les effets de la pandémie disparaissant progressivement. Jusqu’à présent, les conséquences sont majeures : Le Covid devrait effacer au moins cinq années de gains de revenu par habitant dans plusieurs économies de la région et augmenter le nombre de pauvres, principalement en raison des pertes d’emplois. Malgré le rebond de la croissance, la reprise du produit intérieur brut (PIB) par habitant de la région est timide et inférieure aux tendances pré-pandémiques. Le COVID a mis un terme à de nombreuses activités économiques et a fait entrer pratiquement toutes les économies en récession. L’un des facteurs les plus importants qui déterminent la force de l’impact de la pandémie sur une économie est la mesure dans laquelle un pays est dépendant du tourisme.  Dans cet article, nous étudions comment le Covid a affecté les économies, comment le gouvernement a réagi et comment l’économie va redémarrer juste après. 

RESILIENCE, MAIS PAS RESISTANCE

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Une analyse de FitchRating[1] développe même la résilience économique démontrée par la plupart des économies d’Europe centrale et orientale (PECO) – et les pays du Visegrad Four (V4) en particulier – face aux restrictions induites par une pandémie à la fin de 2020. Les performances économiques de l’ensemble des pays du V4 (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) ont été principalement complétées par une forte consommation et des aides publiques et une contribution stable des exportations nettes à la croissance. Par exemple, les exportations nettes de la Pologne ont contribué à la croissance à hauteur de 1,1pp , en raison de la compression des importations et d’une reprise de la demande extérieure, en particulier au 2S20.

Il est cependant très important de souligner que la plupart des pays d’Europe centrale ont connu une réduction considérable de la production économique, y compris dans les petites et grandes entreprises. Alors que les gouvernements du V4 ont démontré leur volonté de maintenir ou d’étendre les programmes de soutien, aidés par la flexibilité acquise par la suspension des règles fiscales nationales (avec la possibilité de prolonger la suspension des règles à l’échelle de l’UE jusqu’en 2022), il est incertain sur la façon dont la chute aurait été sans le soutien du gouvernement.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Veuillez noter que nous avons intégré les données russes dans nos graphiques à titre de référence..

Le plus significatif est la part considérable des entreprises dont les ventes mensuelles sont en baisse. Nonobstant l’aide gouvernementale, les chiffres sont extrêmement similaires à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE, le delta étant maintenu sous la moyenne de 5 points statistiques.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Un très large éventail de stratégies pour soutenir l’économie

L’économie polonaise devrait connaître une croissance de 3,3 % en 2021[2], sous l’effet d’une reprise du commerce dans la zone euro, combinée à une amélioration de la confiance et à un rebond de la consommation privée et des investissements . La Pologne, parmi tous les pays d’Europe centrale et orientale, a été parmi les plus interventionnistes, comme le montre le graphique ci-dessous.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Si le soutien est très équitablement réparti pour les grandes entreprises, le gouvernement polonais a surtout soutenu ses moyennes et petites entreprises en offrant des allègements fiscaux massifs qui ont été, selon la Gazeta, plutôt efficaces. Le choix polonais s’est également appuyé sur une absence de décision active sur le marché du travail, permettant aux entreprises de licencier leurs employés. Même par rapport à un marché extrêmement libéral que nous avons choisi d’inclure dans notre article (la Russie), les données sont effroyables, puisque près d’un tiers des entreprises ont continué à licencier tout au long de l’année.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Pour la Pologne, le rebond prévu en 2021 est plus faible qu’anticipé précédemment (3,5 %), principalement do aux pays occidentaux de l’UE qui n’assouplissent pas leurs restrictions (y compris pour les pays majoritairement vaccinés, comme l’Espagne et le Royaume-Uni).

La Banque mondiale propose une projection similaire pour 2022 (3,4 %), en partie grâce à un rebond robuste de la demande intérieure, notamment en matière d’investissement.

“Bien que le PIB de la Pologne ait reculé en 2020 pour la première fois en 30 ans, l’économie polonaise, bien diversifiée, est l’une des moins touchées d’Europe dans le contexte de la pandémie de COVID-19”, a déclaré Marcus Heinz, représentant résident de la Banque mondiale pour la Pologne et les États baltes.  ; “Un défi clé à court terme est de continuer à soutenir les secteurs […]. La Pologne doit également continuer à renforcer ses institutions pour se préparer à une nouvelle vague d’absorption des fonds de l’UE, dont une grande partie ira à des projets à faible émission de carbone et plus écologiques.”.

Blue Europe estime que la plupart des choix faits par le gouvernement polonais ont été positifs, et si le marché du travail va effectivement souffrir dans les prochains mois, les effets ne se feront pas sentir sur le long terme.

La Croatie [3], au contraire, a choisi de ne pas baisser les impôts mais s’est davantage concentrée sur le soutien, notamment en ce qui concerne les traitements et les salaires. Plus de la moitié des entreprises nationales ont reçu des aides, venant même parfois couvrir jusqu’à 70 % des dépenses. Des solutions similaires ont bien sûr été choisies en Pologne, en Roumanie et en Hongrie, mais l’ampleur de ces mesures n’a rien à voir avec la politique de soutien de la Croatie. Cela a permis une destruction d’emplois extrêmement minime, tous secteurs confondus.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,


La Commission européenne a augmenté sa projection pour la croissance de l’économie croate à 6,1% en 2022, ce qui signifie qu’elle pourrait devenir l’une des économies à la croissance la plus rapide du bloc. En revanche, les prévisions de cette année ont été légèrement réduites, passant de 5,3 à 5 %. La Commission s’attend à ce que la reprise croate repose principalement sur le tourisme, l’augmentation de la consommation privée, les investissements étrangers et la reconstruction après le tremblement de terre. Une croissance économique accrue pour 2022 en Croatie est également attendue grâce au fonds de relance et de résilience de l’UE.

Cette prévision est similaire à celle proposée par mon gouvernement. Je trouve très encourageant que ces chiffres soient encore plus importants que ceux proposés initialement. C’est une bonne nouvelle”, a commenté le Premier ministre Andrej Plenković .

La Hongrie [4] a également emprunté la même voie, avec un choix mitigé entre toutes les stratégies susmentionnées. Les données du PIB du premier trimestre ont pris les analystes par surprise, car je prévoyais que l’économie hongroise avait progressé davantage au cours des trois premiers mois de l’année par rapport au trimestre précédent. Sur une base annuelle, le rythme de contraction s’est atténué au premier trimestre par rapport au dernier trimestre de 2020.

Péter Virovácz, analyste en chef chez ING Bank, a déclaré que les données avaient surpris même les analystes les plus optimistes. “Le fait que l’économie hongroise ait pu afficher une croissance aussi dynamique sur une base trimestrielle au cours d’un trimestre qui présentait une image plutôt mitigée à l’avance signifie que le potentiel de reprise de l’économie est beaucoup plus élevé que prévu”, a-t-il déclaré.


Contrairement à la plupart des autres pays de l’UE centrale, l’économie hongroise pourrait retrouver son niveau d’avant la crise avant même l’été. Les dernières données montrent clairement la forte résilience et la capacité de récupération de l’économie hongroise. En raison de l’excellent rythme des vaccinations et de l’assouplissement progressif des restrictions, un rebond rapide est attendu à partir du deuxième trimestre de l’année.

La Commission européenne (CE) est encore plus optimiste que le gouvernement hongrois : avant même que les dernières données sur le PIB ne soient connues, la CE avait relevé ses prévisions de croissance pour l’économie hongroise dans ses prévisions économiques de printemps. La CE prévoit désormais une croissance annuelle de 5 %, contre 4 % dans ses prévisions d’hiver en février, tandis que le gouvernement hongrois estime la croissance du PIB pour 2021 à 4,3 %. Quant à 2022, la CE a déclaré que l’économie hongroise devrait croître de 5,5 %.

Il y a bien sûr aussi des mauvais élèves. Alors que certains s’extasient devant la croissance attendue de 6% telle qu’annoncée par le FMI, la Roumanie ne semble pas être sur la voie d’un rebondissement rapide de la COVID-19. La Roumanie, par exemple, a enregistré sans aucun doute la plus grande fermeture d’entreprise de tous les membres de l’UE centrale et orientale, presque le double de la Pologne dans la plupart des données 2020 que nous avons jusqu’à présent.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

L’économie roumaine s’est contractée de 3,9 % en 2020, un choc comparable à celui de certaines économies européennes ayant une taille similaire du secteur du tourisme, comme les Pays-Bas ou la Bulgarie. Toutefois, la contraction en Roumanie a été nettement plus forte que dans d’autres pays. Par exemple, la Lituanie ne s’est contractée que de 0,8 % et l’Estonie de 2,9 %. Si la composition sectorielle d’un pays ne peut pas être facilement modifiée à court terme, la question la plus passionnante aujourd’hui est de savoir si et à quelle vitesse l’économie va se remettre du choc de la récession.

La nouvelle prévision de croissance pour la Roumanie de 6% pour 2021 a été accueillie avec surprise : c’est un optimiste que leur précédente prévision d’octobre 2020, qui fixait la croissance roumaine à 4,6%. Il fait également de la Roumanie l’économie dont la croissance du PIB prévue est la plus élevée de la région. La Hongrie, par exemple, devrait connaître une croissance de 4,3 %, et la Slovaquie de 4,7 %. Nous nous sommes donc demandé quels sont les facteurs clés d’une reprise rapide et comment la Roumanie se situe-t-elle à cet égard ? Devrions-nous peut-être être plus prudents que le FMI ?

 

Une inflation bloquant toute reprise ?

Cependant, une ombre importante plane sur les chiffres favorables de la reprise que nous avons trouvés jusqu’à présent. Le taux d’inflation annuel de l’Union européenne a été de 2,0% en avril 2021, contre 1,7% en mars. Un an plus tôt, le taux était de 0,7 %. Ces chiffres sont publiés par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Les taux annuels les plus élevés ont été enregistrés en Hongrie (5,2%), en Pologne (5,1%) et au Luxembourg (3,3%). Par rapport au mois de mars, le taux d’inflation annuel a baissé dans trois États membres, est resté stable dans un État membre et a augmenté dans vingt-trois autres.

Ce n’est pas tout, puisque par exemple de décembre 2020 à avril 2021, l’inflation IPCH[5] de la seule zone euro a bondi de -0,3 % à 1,6 %, soit l’accélération la plus rapide de l’histoire de la série. L’inflation de l’énergie, en partie due à des effets de base liés à la COVID-19, a été à l’origine de l’essentiel de cette reprise, ainsi que d’autres facteurs spéciaux, notamment les changements de TVA en Allemagne et la repondération annuelle HICPH par Eurostat.

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Des pressions à la hausse sur l’inflation sous-jacente des biens sont probables dans les mois à venir, mais compte tenu de l’important écart de production et de l’atonie du marché du travail, le risque d’effets significatifs de “second tour” sur la croissance des salaires et des coûts unitaires de main-d’œuvre dans la zone euro restera faible. La priorité à court terme de la BCE restera le maintien de conditions financières très accommodantes, comme en témoigne l’accélération récente du rythme des achats d’actifs. En avril spécifiquement, la plus forte contribution au taux d’inflation annuel de la zone euro est venue de l’énergie (+0,96 point de pourcentage, pp), suivie par les services (+0,37 pp), l’alimentation, l’alcool & ; le tabac (+0,16 pp) et les biens industriels non énergétiques (+0,12 pp).[6]

 

 

Restarting after Covid restrictions in Central Europe: the examples of Poland, Croatia, Hungary and Romania.

Full Inflation : Source Eurostat (cited above)

Blue Europe Graph Sources https://www.worldbank.org/en/data/interactive/2021/01/19/covid-19-business-pulse-survey-dashboard

1 https://www.fitchratings.com/research/sovereigns/visegrad-4-economies-appear-resilient-to-covid-19-third-waves-13-04-2021 ↑

2 – https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2021/03/31/polish-economy-returns-to-growth-amidst-pandemic-related-setbacks ↑

3 – https://www.euractiv.com/section/politics/short_news/eu-commission-increases-growth-forecast-for-croatia/ ↑

4 -https://bbj.hu/economy/statistics/figures/analysts-raise-eyebrows-and-forecasts-in-light-of-startling-gdp-data ↑

5 -https://en.wikipedia.org/wiki/Harmonised_Index_of_Consumer_Prices ↑

Source : EuroStat https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/11563095/2-19052021-AP-EN.pdf/6bd163f8-7551-3b07-a874-ddc78c9ad93d?t=1621412809290 ↑

redémarrage des économies, hongrie, pologne, covid, croatie, roumanie, restrictions, europe centrale, 2021,

Articles associés

%s