Les États baltes: un potentiel pour le tourisme renouvelable

Le terme “économie bleue” désigne toutes les activités liées à la mer qui sont durables et se déroulent dans la mer et les zones côtières, comme la biotechnologie bleue, la navigation, la pêche et le tourisme côtier. Chaque fois que les régions côtières de la mer Baltique utilisent correctement le précieux potentiel dont elles disposent pour mettre en place des économies modernes, efficaces en termes de ressources et compétitives, elles se rapprochent d’une communauté intelligente en matière d’eau et neutre sur le plan climatique.

La région de la mer Baltique, une puissance économique

L’industrie du tourisme est un domaine commercial majeur, non seulement dans la région de la mer Baltique, mais aussi dans le monde entier. Selon l’OMT (Organisation mondiale du tourisme des Nations unies), le nombre d’arrivées de touristes dans le monde devrait passer de 1,4 milliard actuellement (2018) à 1,8 milliard par an d’ici 2030. Ces perspectives placent la RMB en forte concurrence avec d’autres macro-régions et exigent des réalignements des stratégies d’internationalisation pour à la fois bénéficier des effets positifs et minimiser les impacts négatifs des flux touristiques croissants.

En 2017, l’industrie du tourisme de la RMB (région de la mer Baltique) :

  • a généré 86 millions d’arrivées internationales (+15,5 % par rapport à 2014 ou un TCAC (taux de croissance annuel composé) de +4,5 %),
  • a enregistré 225 millions de séjours de nuit (+12,2 % par rapport à 2014 ou un TCAC de 3,9 %),
  • dont 56 millions de nuitées par des visiteurs internationaux ont été enregistrées – ce qui correspond à 25 % de l’ensemble des séjours de nuit (+15,5 % par rapport à 2014 ou TCAC de 4,9 %),
  • a fourni directement des emplois à plus de 617 400 personnes (+9,4 % par rapport à 2014 ou un TCAC de 3,0 %).

La base de cette position forte de l’industrie touristique de la RMB est confirmée par une comparaison européenne.

En 2016, trois destinations de la RMB ont réussi à figurer parmi les dix premières destinations de l’OMT (Organisation mondiale du tourisme des Nations unies, 2017), à savoir l’Allemagne, la Fédération Russe et la Pologne. Bien que ces trois pays n’aient qu’une fraction de leurs destinations touristiques situées le long du littoral de la mer Baltique, il existe une indication claire de l’importance du tourisme côtier pour l’ensemble du tourisme national : en Allemagne, 17 % de toutes les nuitées sont enregistrées dans les provinces côtières de Hambourg, Mecklembourg-Poméranie occidentale et Schleswig-Holstein, tandis qu’en Pologne, 43 % de toutes les nuitées sont générées dans les deux régions côtières de Północno-Zachodni et Północny.

Avec une part de 24% de visiteurs internationaux (sur la base du nombre de nuitées), la RMB se compare favorablement aux autres macro-régions européennes. L’Allemagne est le premier marché source pour le Danemark et la Pologne, tandis que la Fédération Russe – bien qu’avec des chiffres absolus nettement inférieurs – est le premier marché source pour la Finlande et la Lettonie. L’évolution de la situation montre que le nombre de visiteurs russes est en baisse dans toutes les destinations de la RMB. Le Danemark est le premier marché source pour la Suède voisine, la Finlande est le premier marché source pour l’industrie touristique estonienne, tandis que la Biélorussie est la principale source de touristes internationaux en Lituanie.

denmark, tourism, baltic states, poland,

Le tourisme durable : une opportunité écologique dans les pays baltes

Combiner les ressources des pays afin de résoudre les problèmes communs et de tirer parti des opportunités qui se présentent pour la région de la mer Baltique a été et continuera d’être essentiel pour la croissance et la prospérité de la région. Cette politique vise à améliorer la collaboration entre les pays riverains de la mer Baltique, avec trois objectifs principaux en tête : protéger la mer, relier la région et améliorer la prospérité. Le tourisme en général, et plus particulièrement dans la région de la mer Baltique, dépend de la viabilité à long terme. La mer Baltique est un environnement particulièrement sensible, susceptible de subir les effets d’un tourisme accru. L’environnement de l’archipel abrite un large éventail d’habitats et d’écosystèmes, ainsi qu’une histoire culturelle séculaire. L’écologie maritime très délicate et interdépendante, avec sa flore et sa faune distinctives, doit donc être sauvegardée, et les répercussions possibles du développement touristique doivent être examinées en profondeur avant d’être mises en œuvre.

Il est important de se rappeler que le tourisme durable implique inévitablement certains compromis. Il est possible que la promotion des produits locaux dans les archipels augmente le nombre d’excursions sur le continent pour obtenir les denrées alimentaires nécessaires plutôt que de compter sur l’achat en gros. Dans de telles circonstances, un compromis entre la durabilité économique et écologique doit être établi. Si certains acteurs du secteur peuvent trouver difficile de trouver un équilibre entre une activité économique compétitive et la protection de l’environnement et du patrimoine culturel, l’adoption de la durabilité constitue un avantage concurrentiel à mesure que la demande de voyages responsables augmente. Le nombre de visiteurs soucieux de l’environnement augmente progressivement, et les normes environnementales deviennent de plus en plus un facteur décisif dans la planification des vacances.

Par exemple, le projet Empreintes de la défense dans l’archipel (“DefenceArch”), financé par le programme Interreg Baltique centrale 2014-2020, a été conçu pour le développement d’un tourisme thématique basé sur la défense des archipels de Turku, Åland et Stockholm dans des pilotes situés à la station de phoques de Gålö, dans la zone de la forteresse de Bomarsund, au centre de l’archipel de Korpoström et à la pointe sud de l’île fortifiée d’Örö. L’objectif global du projet était de développer les ressources historiques existantes, bien que presque inexploitées, de ces destinations pour en faire des destinations attrayantes et durables en augmentant la sensibilisation et la valeur de l’expérience des visiteurs. À la forteresse de Bomarsund, dans les îles Åland, par exemple, l’expérience touristique a été enrichie en fournissant à la fois des informations, une navigation et des conseils via l’application mobile Coastal Past développée par le projet pour ses destinations. L’objectif de l’application mobile est de fournir aux touristes des informations utiles sur les sites dans un format facile à utiliser. Il s’agit non seulement de fournir au touriste de nombreuses informations et détails, mais aussi de lui permettre de découvrir les sites sans nuire aux valeurs naturelles en lui faisant suivre les bons itinéraires.

La région suédoise Västerbotten Turism est devenue une organisation basée sur la connaissance de la durabilité pour les organisations locales de gestion des destinations et les entreprises touristiques. L’intervention se concentre sur les leçons tirées de la mise en œuvre du tourisme durable en tant qu’organisation politique régionale. Les hôtels des grandes villes, les musées, les entreprises de traîneaux à chiens, les prestataires de pêche, les cuisines, les pistes de ski, les agences de voyage, etc. ont été inspectés et un nombre considérable de destinations locales, de municipalités et de prestataires de services ont été évalués. L’évaluation était basée sur les critères du Conseil mondial du tourisme durable (CMDT) – qui gère les normes mondiales en matière de voyages et de tourisme durables. Le tissage de liens entre le secteur privé et le secteur public et l’amélioration de la qualité de vie des populations locales sont les premières réalisations tangibles du processus mis en œuvre.

Croisière et pêche : développement et durabilité

Les croisières sont un moteur économique majeur dans ces trois ports, rapportant des millions d’euros de recettes grâce aux droits portuaires et aux dépenses des passagers. Tallinn, Riga et Klaipda, en revanche, n’ont pas l’activité touristique et de croisière de Venise et Dubrovnik. Outre les conséquences économiques bénéfiques du tourisme, cela pourrait être l’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas aujourd’hui d’attitude défavorable à l’égard des touristes de croisière. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’opposition organisée ou de rassemblements contre le tourisme de croisière. Au contraire, dans certaines circonstances, une mentalité clairement pro-tourisme existe.

Les trois sites souhaitent augmenter le nombre de croisières à l’avenir. Ils y parviendront en augmentant le nombre d’escales et en tirant parti de la tendance à l’agrandissement des navires. Avant tout, les grands navires déchargent un nombre croissant de passagers en même temps, ce qui augmente la probabilité d’une congestion sélective. Une coordination sensible des intérêts des nombreuses parties prenantes est la clé du développement futur du tourisme de croisière. Il s’agit, outre les compagnies de croisière, des organisations de marketing touristique et, surtout, de la population locale.

La pêche à la ligne peut contribuer à accroître les populations locales de poissons tout en offrant de nouvelles opportunités commerciales locales. Le projet Interreg RETROUT a stimulé le tourisme de pêche côtier. Il a aidé les guides de pêche locaux à développer leurs destinations et a restauré les rivières à truites de mer dans six pays de la région de la mer Baltique.

La truite de mer passe sa vie adulte dans la mer mais se reproduit dans les rivières. Les poissons juvéniles grandissent dans la rivière, et après quelques années, ils retournent à la mer. Par conséquent, le libre passage dans les rivières et des zones de reproduction adaptées sont essentiels pour la prospérité des populations de truites de mer. Cependant, la plupart des rivières de la mer Baltique, sinon toutes, sont fortement affectées par les interventions humaines, par exemple la canalisation et les constructions telles que les moulins, les barrages ou les centrales hydroélectriques. Cette situation est préjudiciable à la vie des plantes et des animaux dans les rivières et a entraîné une diminution des populations de truites de mer et d’autres animaux vivant dans les rivières. “Un investissement dans l’environnement est un investissement dans l’activité touristique”, explique Håkan Häggström, biologiste et chef de file du projet Interreg RETROUT. “En restaurant les habitats fluviaux dans des conditions plus naturelles, les populations de poissons peuvent augmenter, ce qui attire davantage de touristes pêcheurs.”

denmark, tourism, baltic states, poland, fishing

La détérioration de la qualité environnementale de la mer Baltique sur l’expérience touristique

Cependant, la dégradation continue de l’environnement, comme l’érosion côtière et l’eutrophisation, met ces fonctions en danger. En interrogeant 4 800 personnes en Finlande, en Allemagne et en Lettonie sur la façon dont l’amélioration ou la détérioration de divers attributs de la qualité de l’environnement affecterait les intentions des visiteurs, cette étude examine comment les changements potentiels futurs des conditions environnementales affecteraient les avantages récréatifs fournis par la mer Baltique.

Selon les recherches, les éléments environnementaux jouent un rôle important dans le nombre de voyages de loisirs vers les sites de la mer Baltique, et les modifications des aspects qualitatifs ont un effet mitigé sur le nombre de visites. Pour les répondants lettons, par exemple, la diminution de la qualité de l’eau d’un niveau défini réduirait le nombre de visites prévues de 27 %, tandis que l’augmentation de la qualité de l’eau d’un niveau défini n’augmenterait le nombre de visites que de 9 %. En Finlande, la baisse de la qualité de l’eau en termes de prolifération d’algues bleues et d’algues terrestres, ainsi que la baisse de la clarté de l’eau en Allemagne et la détérioration de la clarté de l’eau et de la prolifération d’algues bleues en Lettonie, ont eu une influence négative sur le nombre de touristes attendus. La dégradation de l’environnement semble avoir un impact plus fort sur ces caractéristiques que l’amélioration. La réduction du nombre d’aménagements sur les sites de la mer Baltique a également eu un impact négatif significatif sur les prévisions de fréquentation en Allemagne et en Lettonie.

Les conditions environnementales moyennes sur le site de la mer Baltique le plus visité par les répondants varient selon le pays et les critères de qualité. Dans l’ensemble, les Allemands pensent que l’environnement est meilleur que les Finlandais et les Lettons ; près de 80 % d’entre eux estiment que l’eau est propre ou assez claire, contre 66 % en Lettonie et 38 % en Finlande, avec des tendances similaires pour tous les autres paramètres environnementaux. Comme il n’y a pas de différences perceptibles dans la qualité réelle de l’environnement, cela pourrait être dû au fait que les touristes allemands sont moins attachés à l’état environnemental de la mer en raison de leur distance moyenne plus grande par rapport à celle-ci (compte tenu de la taille du pays), ou que la qualité de l’eau sur les sites de substitution en Allemagne est inférieure à celle de la Finlande (bien que les chercheurs reconnaissent que ces possibilités sont spéculatives). Lorsque l’on considère les effets de l’amélioration ou de la détérioration de la qualité de l’environnement, cette perception est importante : les répondants allemands peuvent réagir plus fortement à la diminution de la qualité de l’eau parce qu’elle représente une “perte” plus importante, alors que les répondants finlandais tireraient plus de valeur d’une augmentation de la clarté de l’eau.

Les résultats montrent l’importance des loisirs côtiers et la manière dont ces valeurs fluctuent en fonction de l’évolution des conditions environnementales dans les zones marines. Selon les chercheurs, ces résultats, ainsi que la méthodologie du comportement contingent, pourraient être utilisés pour informer la politique maritime nationale et régionale et guider l’aménagement de l’espace marin. Toutefois, l’étude ne permet pas de déterminer de manière cohérente si le nombre de visites réagit plus fortement à la détérioration des conditions environnementales qu’à leur amélioration, ce qui nécessitera des recherches futures.

Bibliographie :

Björn P. Jacobsen. ” État de l’industrie du tourisme dans la région de la mer Baltique “, Baltic SeaTourism Center, 2018.https://bstc.eu/fileadmin/bstc.eu/Downloads/Final_Report_Tourism_Industry_in_BSR_2018.pdf.

Björn P. Jacobsen. “État de l’industrie du tourisme dans la région de la mer Baltique”, Baltic SeaTourism Center, 2019 https://bstc.eu/fileadmin/bstc.eu/Downloads/State_of_the_Tourism_Industry_2019_in_the_BSR.pdf

Service d’alerte de la DG Environnement de la Commission  européenne, édité par SCU. ” Science for Environment Policy “, The University of the West of England, Bristol, 5 octobre 2020.https://ec.europa.eu/environment/integration/research/newsalert/pdf/549na1_en_baltic-sea-tourism-effects.pdf

Luca Arfini, “How water-smart ideas make the Baltic Sea region thrive”, 11 mai 2021.https://interreg-baltic.eu/all/how-water-smart-ideas-make-the-baltic-sea-region-thrive/

Prof. Dr. Ingo Menke zum Felde, “Impact économique du tourisme de croisière dans les destinations baltiques”, Coopérative du Schleswig-Holstein, Université des sciences appliquées (DHSH), 6 mars 2021.https://bstc.eu/news/show/economic-impact-of-cruise-tourism-in-baltic-destinations

Articles associés