Skip to main content

Leader en Europe continentale par le nombre d’établissements de paiement et de monnaie électronique agréés, la Lituanie est classée dans le TOP 10 du Global Fintech Index. La Lituanie a renforcé sa position en tant que l’un des meilleurs écosystèmes internationaux pour le développement et la mise à l’échelle rapide de solutions fintech innovantes en se concentrant sur l’amélioration de son environnement commercial et réglementaire. La Lituanie dispose d’un cadre réglementaire favorable aux entreprises, avec des processus d’octroi de licences rapides et un important vivier de compétences en matière de développement de logiciels, de lutte contre le blanchiment d’argent et de conformité, de service clientèle et d’opérations.

FinTech, contraction de Financial Technology, désigne les petites entreprises (start-ups et PME) qui fournissent des services financiers grâce à des solutions innovantes. Les domaines d’application sont variés : paiement mobile, financement participatif (crowdfunding), gestion de l’épargne, assurance et crédit, conseil financier en ligne, aide à la décision grâce aux algorithmes, etc.

L’année 2021 a été une année record pour le secteur fintech en Lituanie : le nombre d’employés et les revenus ont pulvérisé les records précédemment établis, et 265 entreprises fintech ont déjà élu domicile en Lituanie (FinTech en Lithuanie carte 2022 par Rockit). Une analyse approfondie est publiée dans The Fintech Landscape in Lithuania 2021-2022.

En ce qui concerne les entreprises agréées, la Lituanie est la première de l’UE, avec 147 fintechs agréées (établissements de paiement, établissements de monnaie électronique et détenteurs de licences bancaires spéciales). La France se classe deuxième avec 90 entités agréées, suivie de l’Allemagne avec 86 et des Pays-Bas avec 84.

Les paiements restent la principale fonction des fintechs lituaniennes (31 %), mais le secteur se diversifie : 18 % des entreprises travaillent dans les logiciels financiers, 11 % dans les prêts, 10 % dans l’épargne et les investissements, et 10 % dans la banque numérique.

“Ce n’est qu’un début : la Banque de Lituanie veut exploiter le potentiel du pays en matière de solutions fintech pour le marché des capitaux, en mettant l’accent sur les secteurs du crowdfunding, de la Wealthtech et de la finance verte”, a ajouté M. Baiulien.

L’augmentation du nombre d’entreprises s’accompagne d’une augmentation des revenus et du personnel. Cela démontre que la Lituanie attire des startups financières actives ayant une valeur réelle, et pas seulement à des fins de licence.

Augmenter le marché du travail

En Lituanie, le secteur fintech employait 5 900 personnes en 2021, soit une hausse de 48 % par rapport à 2020.

“Les entreprises fintech ont démontré à plusieurs reprises que la Lituanie est un partenaire commercial fiable. La majorité des fintechs internationales font confiance à la Lituanie pour les fonctions commerciales critiques telles que la conformité, l’accueil et l’assistance aux clients, le développement de produits, le développement commercial et les ventes, car elle a établi des compétences essentielles dans ces domaines ” Gintar Baiulien, responsable de l’équipe technologique chez Invest Lithuania, indique que les fintechs ont réalisé plus de 500 millions d’euros de ventes en 2021, grâce aux entreprises établies qui se développent et aux nouveaux arrivants qui choisissent la Lituanie. Par rapport à 2020, cela représente une augmentation de 25 %.

L’augmentation de l’industrie des fintechs s’accompagne d’une augmentation du nombre de personnes qualifiées, et la Lituanie a connu des succès importants ces dernières années en renforçant la main-d’œuvre des fintechs. Par conséquent, il n’y aura pas de pénurie de personnes compétentes pouvant contribuer au succès de la croissance d’une entreprise et à la réalisation de ses objectifs.

Les établissements d’enseignement supérieur sont prêts à s’engager plus activement dans la formation à mesure que la demande de spécialistes se développe. Par exemple, en plus des matières choisies, certains établissements d’enseignement supérieur lituaniens proposent aux étudiants un programme extrascolaire spécialisé pour les aider à développer des compétences en matière de fintech. Les étudiants en mathématiques appliquées, en systèmes logiciels, en systèmes d’information, en technologies de l’information, en économie et en finance participent à ce programme.

Économie, fintech, Lituanie, finance, affaires, banque, monnaie électronique

La Lituanie recherche la qualité et non la quantité

La Lituanie a créé un centre d’excellence en matière de lutte contre le blanchiment d’argent en 2021 et se classe au 9e rang mondial des juridictions présentant les risques les plus faibles (indice de Bâle sur le blanchiment d’argent). Plus de 10 200 spécialistes sont qualifiés pour travailler dans les domaines de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, de la conformité ou de la gestion des risques, et 86 % des fintechs interrogées affirment avoir embauché des spécialistes possédant ces qualifications l’année dernière.

Les fintechs ont poussé en Lituanie comme des champignons après une chaude pluie d’été. Mais aujourd’hui, le pays, qui est l’un des plus grands pôles fintech d’Europe centrale et orientale, appuie sur la pédale de frein. Après une importante controverse mondiale impliquant une fintech lituanienne, la banque centrale applique une réglementation plus stricte. Les autorités allemandes affirment que UAB Finolita Unio, une fintech basée à Vilnius, la capitale de la Lituanie, a été utilisée pour voler plus de 100 millions d’euros à Wirecard juste avant que la société de paiement allemande ne fasse faillite en mars 2020.

La Banque de Lituanie, sous le nouveau balai Gediminas Simkus, a retiré à Finolita sa licence en juin 2021, affirmant qu’elle avait traité les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme de manière “irresponsable”, et qu’elle n’avait pas su évaluer les risques de ses clients.

Le scandale a suscité des critiques internationales sur la réglementation lituanienne prétendument “légère”, bien que la banque centrale ait souligné qu’elle avait rejeté plus de 100 demandes de licence fintech en 2020. La banque centrale a précédemment renforcé les limites d’emprunt et créé le Centre d’excellence public-privé pour la lutte contre le blanchiment d’argent en 2020, entre autres choses. Elle affirme que les nouveaux entrants fintech doivent désormais atteindre des critères de qualité plus stricts. Dans une lettre adressée aux dirigeants de fintech, la banque a exposé ses attentes vis-à-vis des entreprises de monnaie électronique et de paiement.

“La Banque de Lituanie accordera une attention particulière au renforcement de la culture de conformité, c’est-à-dire à la manière dont les acteurs du marché financier se conforment aux exigences en matière de prévention du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme, de fonds propres, de protection des fonds des clients et de qualité des services, et recherchera une plus grande responsabilité personnelle des dirigeants”, explique Simonas Krepsta, membre du conseil d’administration de la banque.

Entre internalisation et externalisation

Depuis 2016, la Lituanie recrute des entreprises étrangères, qui bénéficient d’un climat législatif favorable aux affaires ainsi que d’un important vivier de talents, car elle se dispute le titre de pôle Fintech européen. Les Fintech de renommée internationale ont été nombreuses à rejoindre l’écosystème local en 2020. Mambu, une plateforme bancaire SaaS, Curve, l’un des plus grands fournisseurs de transferts d’argent au monde, Ria Financial, et le fournisseur de prêts automatisés Saldo Finance figurent parmi les plus récents entrants. Rockit Vilnius, le principal pôle de FinTech et d’innovation durable de Lituanie, a dressé une carte de toutes les Fintech de Lituanie en 2021.

La simplicité du processus d’octroi de licences est l’un des facteurs qui attirent les Fintech qui considèrent l’EEE comme un marché cible. Classée au quatrième rang dans le classement du Global Fintech Index, la Lituanie est un leader en Europe continentale pour ce qui est du nombre d’établissements de monnaie et de paiement électroniques. En plusieurs années, la Banque de Lituanie a accordé 5 licences de banque à vocation spéciale et plus de 110 licences d’établissement de monnaie électronique et de paiement.

L’une des causes qui a incité les sociétés basées au Royaume-Uni à établir des organisations sous licence en Lituanie est le Brexit et ses répercussions sur les institutions financières. Revolut, TransferGo, DiPocket, Curve Europe et SumUp EU Payments font partie des 23 sociétés fintech fondées au Royaume-Uni et agréées en Lituanie, selon la Banque de Lituanie.

La Lituanie étant un marché minuscule dont les licences fournies par la Banque de Lituanie sont facilement transférables au sein de l’EEE, plus de 70 % des Fintech du pays considèrent les pays nordiques et l’Europe occidentale comme leurs marchés cibles, 63 % visant l’Europe du Sud. Paysera s’est étendue à l’Espagne et à l’Albanie en 2020, HeavyFinance a commencé à proposer des prêts de pair à pair aux agriculteurs bulgares, et Kevin. s’est développée en Pologne, au Portugal et en Finlande.

Économie, fintech, Lituanie, finance, affaires, banque, monnaie électronique

Bibliographie :

Cision PR Newswire, «  Fintech in Lithuania: resilient and focused on quality”, Cision PR Newswire, 6 April 2022. https://www.prnewswire.com/news-releases/fintech-in-lithuania-resilient-and-focused-on-quality-301518711.html

Geoffrey Migiro, “What are the biggest industries in Lithuania ?”, WorldAtlas, 24 May 2019. https://www.worldatlas.com/articles/what-are-the-biggest-industries-in-lithuania.html

Invest Lithuania, « The Fintech Landscape in Lithuania 2021-2022”, Invest Lithuania, 2022. https://investlithuania.com/report/fintech-report-2021-2022/

Linas Jegelevicius, “Lithuania looks for quality, not quantity in fintech”, 26 January 2022. https://www.intellinews.com/lithuania-looks-for-quality-not-quantity-in-fintech-233032/

Lietuvos Bankas, “Steady growth, big names and a focus on AML: Lithuanian Fintech in 2020”, Lietuvos Bankas, 18 February 2021. https://www.lb.lt/en/news/steady-growth-big-names-and-a-focus-on-aml-lithuanian-fintech-in-2020

Povilas Ruzgaila, “Lithuanian FinTech Industry: An Undiscovered Rough Diamond”, Finextra, 5 April 2022. https://www.finextra.com/blogposting/22096/lithuanian-fintech-industry-an-undiscovered-rough-diamond

×