Quel futur pour le volet énergétique de l’initiative des trois mer?

L’Initiative des trois mers est avant tout une initiative de coopération régionale au sein de l’Union européenne (UE), dans les États membres de l’UE, en collaboration avec l’UE, qui utilise l’UE, ses fonds et son développement pour renforcer la coopération régionale, relier les pays de notre région entre eux et, simultanément, relier notre région à tous les autres pays européens[1] .

– Ministre polonais Secrétaire d’État Szczerski

Nous tenons à remercier Marine Audette pour sa collaboration sur cet article.

L’initiative des trois mers (TSI), également connue sous le nom d’Intermarium, est un forum politique interétatique créé en 2016 à l’initiative de la Pologne et de la Croatie. L’objectif premier de ce forum est de construire une coopération entre les pays d’Europe centrale et orientale – s’étendant le long de l’axe vertical de l’Europe : la mer Baltique ; l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et la Pologne sur la côte de la mer Baltique, vers les rives de la mer Noire en Bulgarie. Ce forum jette donc les bases d’une nouvelle coopération essentiellement économique, au sein du continent européen.

L’initiative des trois mers peut-elle être considérée comme une nouvelle forme de régionalisme au sein de l’Europe ? L’initiative des trois mers peut-elle être comprise comme un nouveau organisme d’investissement sur ce continent ? Cette coopération peut-elle être considérée comme un nouveau cadre analytique dans les relations entre les pays d’Europe occidentale, d’Europe centrale et d’Europe orientale ? Quelles sont les ambitions réelles du projet de l’Initiative des trois mers ? Comment est-il perçu par la Russie et les États-Unis ?

I. Le Forum de l’initiative des trois mers, une initiative en matière d’énergie

Selon le site web officiel commun, le premier objectif de l’initiative des trois mers est de “stimuler la croissance économique et le bien-être dans la région”. “En effet, “l’accroissement des activités commerciales et de la fourniture de services dans la région et avec les pays voisins crée de telles opportunités et rend l’Europe, dans son ensemble, plus compétitive au niveau mondial. [2]Cet objectif relativement vague et large introduit en fait le troisième objectif : “Sécurité énergétique. L’énergie n’est pas seulement une question économique, mais elle est également devenue une préoccupation stratégique et sécuritaire. Un marché de l’énergie cohésif et fonctionnant bien et la liberté de choisir entre les fournisseurs augmenteront la concurrence ouverte, garantiront un meilleur approvisionnement de la région et renforceront la sécurité énergétique”.

Bien que l’UE dans son ensemble dépende largement des combustibles fossiles russes, les pays d’Europe centrale et orientale en sont particulièrement dépendants. En effet, selon Eurostat, 30 % des importations de pétrole et 39 % des importations totales de gaz de l’UE provenaient de Russie en 2017. Pour l’Estonie, la Pologne, la Slovaquie et la Finlande, plus de 75 % de leurs importations de pétrole provenaient de Russie.

La coopération entre tous ces pays a émergé afin de trouver des alternatives à cette dépendance énergétique. L’un des objectifs est de mettre en place une infrastructure permettant d’importer du gaz d’autres fournisseurs en Pologne et en Croatie, qui pourront ensuite le distribuer à d’autres pays d’Europe de l’Est, en particulier ceux appartenant à la TSI. Selon la plupart des experts, la grande majorité de ce gaz proviendrait directement des États-Unis.

Les pays qui font partie de l’Initiative des trois mers ont tous adhéré tardivement à l’Union européenne et ont tous eu un passé commun avec l’ancienne République soviétique, et entretiennent aujourd’hui des relations assez tendues avec la puissance russe. Cette “nouvelle dépendance” qui, cette fois, reposerait sur les États-Unis [3]est généralement considérée par beaucoup comme la meilleure alternative à ce jour, car il serait certes difficile pour la Pologne ou la Croatie de s’approvisionner auprès de pays voisins de la Russie. Les gouvernements d’Europe centrale estiment que la Russie, par le biais de diverses politiques, maintient une emprise sur des pays autrefois sous son contrôle. Le chercheur et atlantiste Aleksy Borowka qualifie de “chantage énergétique” l’utilisation par la Russie de ses exportations de gaz comme instrument géopolitique. Il s’agit d’un grand pays producteur de combustibles fossiles qui affirme sa domination sur les pays à faible diversification énergétique, en utilisant sa position favorable pour profiter de leur haut niveau de dépendance énergétique. Les “aurores boréales” et les gazoducs de “Yamal”, qui sont parmi les plus importantes sources d’approvisionnement en énergie des pays d’Europe centrale et orientale, illustrent parfaitement ce concept. Le fait de contrôler une infrastructure aussi essentielle pour leur sécurité économique rend ces pays très dépendants, ce qui donne à la Russie une nette ascendance et donc le dessus dans les négociations diplomatiques.

Par conséquent, pour que les pays de la TSI puissent devenir réellement autonomes et garantir leur sécurité économique, il est essentiel qu’ils deviennent “un système géopolitique efficace capable de diversifier l’origine de leur approvisionnement en gaz naturel vers des sources non russes”[4] . Dans le cas des pays du TSI, cela impliquerait une homogénéisation des politiques géostratégiques des pays membres, notamment en ce qui concerne les investissements dans les infrastructures.

Par exemple, depuis  la région de la mer Noire, la construction d’un pipeline reliant la Roumanie à l’Autriche. L’un des plus grands projets est la construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié sur l’île croate de Krk, proposée dès 2013 et qui a fait l’objet du premier sommet. Le financement total provenant des fonds de l’Union européenne s’élève à plus de 155 milliards d’euros. Ainsi, une fois dotée de toutes ces infrastructures, l’initiative des trois mers pourra devenir plus indépendante sur le plan énergétique et cela lui permettra également de renforcer son poids sur le devant de la scène européenne.

L’objectif énergétique présente un ensemble de problèmes :

  • Premièrement, la dépendance énergétique des États-Unis est devenue impossible, car sous la présidence Biden – et probablement aussi sous ses successeurs – l’Amérique sera principalement un pays dépendant en matière d’énergie l’énergie. Déjà en 2019, selon les données de l’Administration américaine de l’information sur l’énergie (EIA), les États-Unis ont importé 9,1 millions de barils par jour (MMb/j) de pétrole d’environ 90 pays, bien qu’ils aient également exporté 8,5 MMb/j de pétrole vers environ 190 pays. [5]L’annulation du projet d’oléoduc KeyStone XL a posé des problèmes qui réduiront considérablement les capacités d’exportation américaines vers l’Europe.
  • La tendance est plutôt à une collaboration avec la Russie, et non contre elle. Europe occidentale à long terme, et plus en particulier les partenaires historiques des russes, tels que l’Italie et l’Allemagne, ont poussé à la construction de pipelines plus grands et nouveaux. Il est important de souligner que les importations allemandes et italiennes de gaz en provenance de Russie représentent ensemble près de la moitié des importations du gaz de l’UE. L’Allemagne, en particulier, dans sa quête d’une énergie plus propre, tente de supprimer progressivement certaines de ses centrales électriques au charbon. La France, bien que plus autonome en raison de son important programme nucléaire, a soutenu le programme Nord Stream.
  • Aucune alternative viable ne semble pouvoir alimenter la faim énergétique des initiatives des Trois Mers, à moins de s’aventurer vers l’énergie nucléaire. [6] C’est la voie empruntée par la Slovaquie, par exemple, et par la Slovaquie seule. La Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la République tchèque construisent de nouvelles centrales nucléaires, mais dans un but de diversification énergétique. La Lituanie a choisi par référendum de fermer toutes ses centrales nucléaires en 2012.
  • Les fonds provenant de l’initiative des trois mers sont extrêmement modestes par rapport à ceux de l’UE.
  • Enfin, il n’existe pas d’alternative sérieuse à l’importation d’énergie. Les deuxième et troisième plus grands exportateurs d’énergie vers l’Europe, la Norvège et l’Algérie, ont tous deux atteint leur niveau de production maximum. [7]

Hormis l’Autriche et la République tchèque, toutes deux très bien intégrées dans les infrastructures occidentales, la plupart des pays des Trois Mers ont un certain retard à rattraper en termes d’infrastructures de transport.  Une coopération entre tous ces pays leur permettrait de rattraper le retard en matière d’infrastructures déjà existantes. C’est pour remédier à ce problème que la question des infrastructures a été abordée lors du sommet de Varsovie en 2017. Dans cette perspective, de nombreux projets de construction d’infrastructures ont été mis en avant. [8]

L’initiative des trois mers a lancé l’objectif de développer son propre réseau de communication avancé. Le projet “Via Carpatia” reflète parfaitement cet objectif : la Pologne, la Lituanie, la Slovaquie et la Hongrie se sont réunies en 2006 afin de mettre en avant l’initiative ambitieuse de construire une grande autoroute qui permettrait un transport très efficace et rapide entre ces pays. Par la suite, la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce se sont jointes à ce programme enthousiaste qui permettra à terme de relier Klaipeda en Lituanie à Thessalonique en Grèce par une seule autoroute. Cette initiative répond à l’aspiration initiale de la TSI : relier efficacement trois mers – bien que dans ce projet, la mer Baltique et la mer Noire seraient reliées à la mer Égée plutôt qu’à l’Adriatique. Des efforts ont également été faits pour améliorer le réseau de télécommunications, avec la volonté de créer une plate-forme de télécommunications qui reliera les différents pays par la 5G. Le [9]développement d’une politique régionale unifiée pour la technologie 5G est d’une importance vitale afin de gagner en autonomie sur cette technologie croissante et de contrer l’influence chinoise de plus en plus dangereuse sur cette région.  Tous ces projets conduiraient à un renforcement de la TSI sur la scène européenne.

II. Vers une nouvelle région de l’UE ?

Officiellement, l’initiative des trois mers est présentée comme un projet de coopération au sein de l’Union européenne, et n’a pas vocation à lui faire concurrence.

Cette position officielle ne trompe personne, et certainement pas les membres de la TSI eux-mêmes. En 2018, la TSI a décidé de changer de format et de passer d’une “coopération intergouvernementale à une coopération transfrontalière entre les régions concernées par les projets communs de l’initiative des trois mers”[10], franchissant ainsi une étape supplémentaire vers la consolidation. La création d’une assemblée parlementaire qui pourrait inclure des représentants de pays autres que les 12 pays qui ont déjà adhéré à la TSI mais aussi de pays qui ne sont pas membres de l’Union européenne, à commencer par l’Ukraine ou la Moldavie[11] ainsi que la création d’un fonds d’investissement[12], laissent penser que ce forum a pour objectif de s’étendre géographiquement. En acceptant l’idée d’inclure des pays non membres de l’UE, l’Initiative des trois mers s’engage à consolider les bases d’institutions à vocation permanente. En théorie, comme le prévoient les traités européens, toute initiative au sein de l’UE ne peut porter préjudice à l’unité de l’UE dans son ensemble. Cette légitimité du “Parlement” est contestée et pourrait enfreindre le droit communautaire. En outre, la TSI dispose de son propre fonds d’investissement, elle est en mesure de renforcer son poids économique mais aussi de susciter l’intérêt d’un plus grand nombre d’investisseurs en tant que pôle d’investissement potentiel.

En rassemblant leur puissance économique, les membres de la TSI pourraient devenir un nouveau pôle d’influence politique où la vision russe et la vision américaine pourraient s’affronter. En outre, cette agglomération de pays pourrait à terme rééquilibrer les forces déjà présentes au sein de l’UE, notamment l’axe Paris-Bruxelles-Berlin. Les pays de l’Initiative des trois mers représentent 120 millions d’habitants, soit 22 % de la population européenne[13], ce qui peut être considéré comme un argument de poids pour que l’Initiative des trois mers se profile à long terme comme un concurrent potentiel de l’axe principal Paris-Bruxelles-Berlin. Plus important encore, elle représente la partie la plus dynamique de l’UE. Des [14]pays comme la Pologne ou la Hongrie ne parviennent pas individuellement à se faire entendre sur la scène européenne. C’est pourquoi la TSI peut être comprise comme un futur contrepoids à l’axe principal Paris-Bruxelles-Berlin, dans la [15]mesure où cette association regroupe plus de douze pays et où il existe un certain consensus en termes de vision politique et où elle est appelée à avoir plus d’impact.

Cependant, ce projet est loin de faire l’unanimité au sein de l’Union européenne, notamment avec l’Allemagne, qui a conclu un partenariat avec les compagnies pétrolières russes afin d’entamer sa transition énergétique du charbon fossile vers des énergies plus propres. C’est pourquoi, à long terme, cette question peut accentuer les divisions parfois très visibles qui peuvent exister entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale / orientale. [16]

En soi, l’initiative des Trois Mers a des défauts.  Tout d’abord, l’initiative semble n’être jusqu’à présent qu’une entreprise soutenue par la Pologne et les États-Unis. Les [17]données de la Heritage Foundation montrent clairement que plus de 90 % des contributions aux fonds TSI sont jusqu’à présent attribuées à la Pologne et aux États-Unis, ce qui montre que les autres pays sont peu impliqués.

Deuxièmement, il pourrait y avoir une rivalité potentielle entre la Pologne, le leader naturel[18] – le pays central et le plus grand du SIR – et les autres puissances de l’alliance[19]. Les politiciens tchèques, en particulier, ont toujours été méfiants quant au rôle de Varsovie dans des initiatives régionales telles que les Quatre de Visegrad. L’ambition de la Pologne de devenir un centre gazier régional alimenté par le gaz naturel liquéfié (GNL) américain est également perçue avec méfiance par certains de ses pairs. Les Tchèques se méfient également de la formalisation d’une éventuelle division est-ouest de l’UE, préférant une intégration avec les infrastructures occidentales déjà existantes. “La mesure dans laquelle la Stratégie de Lisbonne est compatible avec les outils beaucoup plus puissants apportés par l’UE sera un marqueur majeur de son succès ou de son échec”, a suggéré Jiri Schneider, associé principal du groupe de réflexion Visegrad Insight et ancien ministre des affaires étrangères à Prague. Autre exemple : sur les 77 projets prioritaires de la TSI, la République tchèque n’en a fourni qu’un seul, un plan grandiose pour dépenser des milliards sur les canaux. Ce plan, proposé pour la première fois au 14e siècle, est largement condamné en République tchèque comme une perte colossale de temps et d’argent ; peu de gens croient qu’il sera un jour réalisé. Autre exemple : la Hongrie pousse beaucoup plus vers une intégration Est-Ouest qu’un réseau local que la Pologne. [20]

Enfin et surtout, les priorités diffèrent d’un pays à l’autre. L’Estonie fait maintenant pression pour que les infrastructures numériques prennent le devant .  D’autres, en revanche, restent fixés sur les transports et l’énergie, qui représentent 83 % de la liste actuelle des projets 3SI. Certains de ces projets sont assortis de conditions, soulignent les analystes. “Pour les pays nordiques et baltes, les infrastructures à construire doivent permettre le transit des équipements militaires dans la région”, a écrit Piret Kuusik de l’Institut estonien de politique étrangère. “Les investisseurs sont-ils préparés aux dépenses supplémentaires nécessaires pour suivre ces normes ?” se demande-t-elle.

Si des considérations internes retardent la croissance du projet, des considérations géopolitiques pourraient relancer l’expansion et la création d’une véritable régionalisation.

En allouant 1 milliard d’euros à l’Initiative des trois mers le 15 février 2020[21], Donald Trump a surpris tout le monde. L’administration Trump a clairement indiqué qu’il s’agissait d’une tentative pour contrecarrer l’emprise croissante de la Russie et de la Chine dans la région[22] : l’aide était donc conditionnée à l’abandon du gaz russe ou de la technologie de télécommunication chinoise pour acheter aux États-Unis. D’autres voix dans la région soulignent que si les responsables américains ont fait de grandes annonces sur des programmes de soutien tels que la TSI, le travail sur le terrain a été limité. Il n’y a cependant aucun doute sur l’existence d’un soutien bipartite important en faveur de la TSI venant de Washington. [23]

La tentative de détrôner Moscou ou Pékin pourrait également être plus convaincante si Washington mettait plus d’un milliard de dollars sur la table. Toutefois, cette somme semble avoir été suffisante pour permettre aux États-Unis de s’installer dans l’arrière-cour de l’Union européenne, sa présence étant désormais vivement ressentie par les critiques et les partisans des intérêts de Washington, qui souhaitent renforcer la résistance des IAC face à la domination de la Russie en matière d’approvisionnement énergétique ou contrer l’offre de la Chine de financer la modernisation du réseau ferroviaire et routier dans le cadre de son initiative “Belt and Road” (BRI). Comme l’indique la résolution américaine récemment adoptée, “l’objectif commun” d’accroître la connectivité entre les trois mers est là pour “contrer l’influence malveillante de la Russie et de la Chine”. “Il est bon de voir un soutien bipartite à l’Initiative des trois mers, qui pourrait devenir une alternative à l’IRB chinoise menée par le secteur privé”, a déclaré Michael Carpenter, conseiller en politique étrangère du président Joe Biden, sur un message tweeté en janvier. Ce 18 février, le secrétaire d’État américain Antony J. Blinken, dans une déclaration officielle[24], a renouvelé l’implication du gouvernement Biden dans le projet, sans jamais indiquer quand et si les fonds seraient alloués.

D’autre part, par cet intérêt soudain pour cette nouvelle coopération régionale, les États-Unis y ont peut-être vu le début d’un nouveau rempart contre l’influence croissante de la Russie dans cette zone géographique. En effet, les pays d’Europe centrale et orientale ont toujours considéré la Russie comme une menace sérieuse depuis la chute du bloc soviétique en 1991.


[1]Président de la Pologne, “Ministre Szczerski : l’initiative trilatérale est une nouvelle idée pour renforcer l’unité européenne”, Chancellerie, 4 mai 2017, http://www.prezydent.pl/kancelaria/aktywnoscministrow/art,683,minister-szczerski-inicjatywa trojmorza-to-nowy-pomysl-na-zwiekszanie-jednosci–europejska-.html [2019-07-17].

[2] Three Seas Initiatives, site web officiel. https://3seas.eu/about/objectives

[3]Les capacités de l’initiative des trois mers en termes de diversification de l’approvisionnement en gaz naturel par rapport à la politique étrangère de la Fédération de Russie – une approche géopolitique de Aleksy Borówka

[4]Les capacités de l’initiative des trois mers en termes de diversification de l’approvisionnement en gaz naturel par rapport à la politique de la Fédération de Russie – une approche géopolitique, revue scientifique de l’Université militaire des forces terrestres, Aleksey Borówka

[5] US Energy Information Administration, “Oil and Petroleum Products Explained”, consulté le 21 février 2021, https://www.eia.gov/energyexplained/oil-and-petroleum-products/imports-and-exports.php.    – Archivé sur : https://archive.vn/YAxut

[6] “‘Three Seas’ Central to Central Europe’s Recovery”, POLITICO, 13 août 2020, https://www.politico.eu/article/three-seas-central-to-central-europes-recovery/.

[7] Les capacités de l’Initiative des trois mers en termes de diversification de l’approvisionnement en gaz naturel par rapport à la politique étrangère de la Fédération de Russie – une approche géopolitique, Revue scientifique de l’Université militaire des forces terrestres ISSN : 2544-7122 (imprimé), 2545-0719 (en ligne) 2020, Volume 52, Numéro 3(197), Pages 501-512 Aleksy Borowka

[8]Les capacités de l’initiative des trois mers en termes de diversification de l’approvisionnement en gaz naturel par rapport à la politique étrangère de la Fédération de Russie – une approche géopolitique, revue scientifique de l’Université militaire des forces terrestres, Aleksey Borówka

[9] Source : https://les-yeux-du-monde.fr/actualites-analysees/amerique/44383-les-implications-geopolitiques-de-linitiative-des-trois-mers

[10] Visegrad Post https://visegradpost.com/fr/2018/07/13/initiative-trois-mers-europe-centrale-berlin-paris/

[11] Visegrad Post www.visegradpost.com/fr/2018/07/13/initiative-trois-mers-europe-centrale-berlin-paris/

[12]https://www.prnewswire.com/news-releases/bgk-en-accord-avec-le-rapport-du-fmi-l-investissement-dans-les-infrastructures-est-une-priorite-majeure-pour-les-pays-d-europe-centrale-orientale-et-meridionale-afin-d-accelerer-la-convergence-vers-l-europe-des-quinze–812202461.html

[13] Visegrad Post https://visegradpost.com/fr/2018/07/13/initiative-trois-mers-europe-centrale-berlin-paris/

[14] Les pays de l’Initiative des trois mers et leur compétitivité en Europe, Inégalités sociales et croissance économique, n° 62 (2/2020) Li Wei, Bogdan Wierzbinski et Tomasz Surmacz

[15] – The Three Seas Initiative ans its Economic and Geopolitical Effect on the European Union and Central and Eastern Europe, Comparative Economic Research. Central and Eastern Europe Volume 22, Number 2, 2019 , Grzegorz Ebinkowski

[16] Areion News https://www.areion24.news/2018/09/09/linitiative-des-trois-mers-un-nouveau-terrain-daffrontement-majeur-russo-americain/

[17] Pierre-Emmanuel Thomann The Three Seas Initiative, a New Project at the Heart of European and Global Geopolitical Rivalries, Yearbook of the Institute of East-Central Europe / Leigh Hartman, “Pompeo to Three Seas Initiative : ‘America Is with You,'” (L’initiative des ShareAmerica (blog), October 26, 2020, https://share.america.gov/pompeo-to-three-seas-initiative-america-is-with-you/.trois mers, un nouveau projet au cœur des rivalités géopolitiques européennes et mondiales)

[18]« Rendre la Pologne à nouveau grande” : l’initiative des méandres des trois mers, la politique étrangère et de sécurité de la Pologne : Les problèmes de compatibilité avec l’ordre international en mutation : 201-215, Ryszard Zięba

[19] “Naviguer sur l’initiative des trois mers” Balkan Insight (blog), December 30, 2020, https://balkaninsight.com/2020/12/30/navigating-the-three-seas-initiative/.

[20] “Ministre des affaires étrangères Szijjártó: Hungary Submits Project Proposals for Three Seas Investment Fund,” Hungary Today (blog), February 12, 2021, https://hungarytoday.hu/hungary-submits-project-proposals-for-three-seas-investment-fund/.

[21]https://les-yeux-du-monde.fr/actualites-analysees/amerique/44383-les-implications-geopolitiques-de-linitiative-des-trois-mers

[22] Deutsche Welle (www.dw.com), “Europe’s ‘Three Seas Initiative’ Aims to Curb Chinese Influence | DW | 18.10.2020,” DW.COM, accessed February 28, 2021, https://www.dw.com/en/europes-three-seas-initiative-aims-to-curb-chinese-influence/a-55314607.

[23] Comme l’a fait remarquer M. Ian Brzezinski dans son intervention à la conférence “Central European Visions : The Three Seas Initiative and its Possible Impact for Central Europe”, 25 novembre 2020, lien : https://www.youtube.com/watch?v=RI9wWMEMn6o / En novembre, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté une résolution bipartite de soutien à l’Initiative des trois mers (3SI) – un partenariat visant à développer les infrastructures en Europe centrale et orientale (PECO) – ce qui montre clairement que la nouvelle administration maintiendra le soutien des États-Unis à cette initiative.

[24] Vidéo de la secrétaire d’État : https://video.state.gov/detail/videos/top-stories/video/6232984921001/secretary-blinken-remarks-on-the-three-seas-initiative?autoStart=true

Articles associés

%s