SERBIE ET HONGRIE, UNE LIAISON FERROVIAIRE

La ligne ferroviaire Budapest-Belgrade est en cours de modernisation afin d’accroître la communication entre la Hongrie et la Serbie. Le projet aboutira à un réseau ferroviaire à grande vitesse électrifié à double voie de 350 kilomètres, ainsi qu’à une amélioration des services aux passagers. D’ici 2025, l’ensemble du projet devrait être achevé.

Actuellement, la vitesse de certaines lignes ne dépasse pas 60 kilomètres par heure (km/h). Les trains à grande vitesse, qui font l’objet d’un contrat de 370,4 millions de dollars attribué à China Civil Engineering et China Railway, pourront rouler à des vitesses allant jusqu’à 200 km/h lorsqu’ils seront pleinement opérationnels.

Lors du sommet de l'”initiative 16+1″ à Belgrade en décembre 2014, la Chine, la Hongrie et la Serbie ont convenu de construire le projet de train à grande vitesse Belgrade-Budapest.

Le groupe “16+1”, qui comprend 16 pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et la Chine, vise à améliorer la coopération économique, culturelle et infrastructurelle entre les pays.

Le long de l’itinéraire, le projet prévoit la construction de nouvelles voies et la reconstruction des voies existantes. Environ 166 kilomètres de la voie ferrée seront situés en Hongrie, les 184 kilomètres restants en Serbie. Entre les capitales serbe et hongroise, la ligne ferroviaire à double usage transportera des passagers et des marchandises.

“Le chemin de fer renforcera l’interconnexion entre la Hongrie et la Serbie tout en développant la coopération et les échanges économiques et commerciaux entre les deux pays”, a déclaré mardi au Global Times Cui Hongjian, directeur du département des études européennes de l’Institut chinois d’études internationales.

Le projet ferroviaire Belgrade-Budapest est également un modèle réussi de coopération transnationale, car il implique des entreprises de diverses nations.

Outre les entreprises chinoises, des entreprises russes ont participé à la construction du chemin de fer. Selon l’agence de presse Xinhua, des entreprises allemandes ont installé des équipements de surveillance, tandis que les trains ont été construits en Suisse.

“Cela rapprochera encore plus les Serbes et les Hongrois, car Budapest sera accessible en deux heures à deux heures et demie. Le type de connexion que cela représentera est incroyable. Je suis heureux, nous sommes entrés dans l’histoire”, a souligné le président de la Serbie.

“C’est incroyable que nous soyons à Novi Sad en une demi-heure”, a poursuivi M. Vui.

La Première ministre Ana Brnabic a exprimé sa joie, en disant que cela montre simplement à quel point la Serbie est différente aujourd’hui.

“Je ne peux qu’imaginer à quel point cela améliorera la qualité de vie d’un étudiant de Belgrade de pouvoir suivre des cours à Novi Sad.” Le Premier ministre Ana Brnabic a souligné : ” C’est la nouvelle Serbie. ”

M. Orbán a souligné que les deux pays et leurs capitales sont désormais reliés, ce qui facilite la vie des Serbes comme des Hongrois. Il a également déclaré que l’amitié entre les deux pays n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui.

“Le fait que nous étions physiquement séparés l’un de l’autre était le plus grand défi. Nous construisons actuellement un lien entre le nord et le sud. Votre président et moi-même avons déployé beaucoup d’efforts pour rapprocher les Serbes et les Hongrois”, a déclaré Viktor Orbán.

Nous avons relié les pays d’est en ouest au cours des 70 dernières années, mais nous avons oublié à quel point il est vital de relier les territoires. Il fallait de nombreuses heures pour aller de Belgrade à Budapest, ce qui n’est pas habituel au vingt-et-unième siècle

Nous sommes au milieu d’un bouleversement et d’une crise majeurs, et nous reconnaissons l’importance du chemin de fer pour le pays”, a déclaré le président de la Serbie. “C’est le moyen de transport terrestre le plus sûr et le plus simple.

Si nous continuons, l’ensemble du pays de la Serbie sera relié par le système ferroviaire le plus sophistiqué.

Selon certaines estimations, la modernisation de la voie existante pour permettre aux trains de marchandises de circuler sans encombre serait nettement moins coûteuse, et certaines portions pourraient être améliorées pour permettre aux trains de passagers plus rapides de les dépasser. Le trafic de marchandises, selon des experts ferroviaires et des sources proches du gouvernement hongrois, sera essentiel pour cette ligne.

La Serbie a l’intention de construire un réseau ferroviaire à grande vitesse qui s’étendra de la frontière sud du pays avec la Macédoine du Nord à sa frontière nord avec la Hongrie.

“Juste après l’achèvement de cette ligne, nous commencerons à travailler sur le segment de Novi Sad à Subotica, qui sera achevé d’ici 2024”, a déclaré le président serbe Aleksandar Vucic. “Le tronçon hongrois de 153 kilomètres devrait être achevé à peu près au même moment. Après cela, nous aurons une ligne ferroviaire Belgrade-Budapest, dont la traversée prendra deux heures et 45 minutes.”

La Serbie est le leader des infrastructures des Balkans, avec des centaines de kilomètres de nouvelles autoroutes, de voies ferrées et d’aéroports en cours de construction.

Avantages et inconvénients de ce projet

D’ici à 2025, la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade aura été renouvelée, et la ligne reliant Subotica et Szeged, dans le sud de la Hongrie, sera opérationnelle avant la fin de cette année, a-t-il déclaré, ajoutant que l’importance de la ligne Budapest-Belgrade croîtrait à la lumière du conflit ukrainien, car “les marchandises en provenance des ports grecs pourraient atteindre l’Europe occidentale par cette voie.”

La modernisation permettra de transporter plus rapidement les articles chinois entre les ports grecs et l’Europe occidentale. Il est également prévu que la Hongrie devienne une plateforme logistique régionale grâce à ce projet.

Dans ce contexte, l’augmentation prévue du trafic de marchandises entre la ville serbe de Subotica et la frontière est intrigante du point de vue hongrois. Grâce à la reconstruction du chemin de fer, les Serbes estiment une augmentation de 710 000 tonnes d’ici 2025, et de plus d’un million de tonnes d’ici 2040.

Le responsable d’une société de conseil serbe, qui assiste également le gouvernement serbe dans ce projet, est sévère. “C’est absolument utile pour la Serbie”, a déclaré l’expert, qui a requis l’anonymat lors d’une réunion d’information à Belgrade. “Mais la question est de savoir ce qu’il se passerait si cet argent était investi dans le reste du réseau pour augmenter la vitesse ?”. La région a dépensé 2,2 milliards d’euros dans des projets ferroviaires au cours des dix dernières années, la vitesse moyenne du réseau restant à 50 km/h. Il poursuit en disant : “Il n’y a eu aucune influence”.

Hongrie, Serbie, économie, chemin de fer, Chine, connexion, investissement, voie ferrée

L’implication de la Chine dans les BaLkans

L’exploitation d’une section du chemin de fer Belgrade-Budapest est un projet phare de l’initiative “Belt and Road” (BRI) proposée par la Chine, selon un communiqué publié sur le site de l’ambassade de Chine en Serbie.

Le partenariat avec la Chine a permis de financer l’intégralité de la ligne ferroviaire à grande vitesse de Belgrade à la frontière hongroise.

Le gouvernement hongrois a obtenu un prêt de 2,1 milliards de dollars de la Chine, qui représente environ 85 % de l’investissement nécessaire pour la section hongroise du projet, en 2020.

La Serbie a également conclu un accord de prêt de 297 millions de dollars avec l’Export-Import Bank of China. Le coût total de la section serbe, longue de 184 km, s’élève à environ 2 milliards de dollars. Le reste de l’investissement dans le projet sera réalisé par les gouvernements de Serbie et de Hongrie pour achever les sections respectives.

Selon le communiqué, le tronçon Belgrade-Novi Sad est composé de deux parties, dont l’une a été construite par China Communications Construction ainsi que China Railway International sous la forme de contrats d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction.

Les entreprises chinoises étaient également chargées de la construction de l’ingénierie de communication et de signalisation de ce tronçon.

Le chemin de fer, qui est un projet important dans le cadre de la BRI, montre les progrès ininterrompus de l’initiative malgré des difficultés telles que la pandémie de COVID-19 et les tensions géopolitiques.

Les données du ministère du commerce ont montré que le commerce de la Chine avec les pays situés le long de l’itinéraire de la BRI a bondi à 11,6 trillions de yuans (1,82 trillion de dollars) en 2021, soit le plus haut niveau depuis huit ans, représentant près d’un tiers du commerce total de la Chine.

Une collaboration fructueuse fréquemment saluée par Vucic qui a déclaré : “Je suis très heureux en raison de la collaboration très fructueuse que nous avons avec la République populaire de Chine et nous sommes toujours reconnaissants à notre ami Xi Jinping pour tout ce qu’il a fait pour la Serbie, et parce que les entreprises chinoises sont des partenaires très fiables de notre pays.”

Tout a commencé en 2009 ; la crise financière qui avait frappé le monde un an plus tôt était en train de déferler sur les Balkans, et la région était en train de racler le fond du baril pour joindre les deux bouts. La Chine est entrée en scène. La Grèce a ouvert sa porte par le port du Pirée, tandis que la Serbie a fait de la Chine le “quatrième pilier” de sa politique étrangère. Les pays des Balkans avaient besoin d’argent, et la Chine avait besoin d’un corridor amical entre la Méditerranée et l’Europe. C’était le début d’une belle amitié. Mais elle a eu un prix.

Plus de dix ans plus tard, d’après les chiffres du BIRN, la région accueille 135 projets d’une valeur d’au moins 32 milliards d’euros, liés d’une manière ou d’une autre à la Chine. La carte interactive “La Chine dans les Balkans” est le résultat des recherches du BIRN sur les différents types de coopération entre Pékin et les pays de la région.

La Chine s’empare de la métallurgie, de l’exploitation minière, de l’énergie et des transports, la plupart de ces projets s’accompagnant d’allégations de corruption, d’exploitation et de dommages environnementaux.

Alors que la plupart des pays d’Europe de l’Est cherchent avant tout à accroître leurs exportations vers la Chine, l’intérêt de Pékin pour ce groupe s’est concentré sur la construction d’infrastructures.

Les investissements chinois visent les transports, l’énergie et les télécommunications, soutenant les ambitions de la Chine d’étendre sa portée à des marchés lointains et, plus important encore, d’obtenir des leviers importants dans une région contestée.

Entre 2012 et 2021, les entreprises chinoises ont investi ou alloué plus de 2 milliards d’euros dans seulement 16 projets en Serbie, et la banque chinoise Export-Import a accordé des prêts pour des projets d’une valeur d’au moins 5,7 milliards d’euros.

Une relation significative

Lors d’une réunion avec le président de l’Assemblée nationale de Hongrie, Laszlo Kever, aujourd’hui (5 juillet 2021), le Premier ministre Brunabiv a fait remarquer que les relations bilatérales, en particulier les liens politiques, sont les meilleures de l’histoire, et que la Hongrie est le troisième partenaire économique le plus important de la Serbie.

Mme Brnabic a exprimé sa gratitude envers la Hongrie pour le soutien fort et constant qu’elle apporte quotidiennement à la Serbie au plus haut niveau politique dans le processus d’intégration européenne, ainsi que pour avoir maintenu sa position sur la nécessité de l’élargissement de l’UE malgré tous les obstacles, car, comme elle l’a souligné, la pleine adhésion à l’UE est la meilleure option pour notre pays.

Le Premier ministre a poursuivi en disant que les liens régionaux sont extrêmement importants.

M. Hunagary estime également que la Serbie est son partenaire économique le plus important dans les Balkans occidentaux, et que l’amitié mutuelle est plus qu’un sentiment, mais une opportunité et un moyen de soutenir stratégiquement les deux pays, selon M. Kever.

Après une session gouvernementale conjointe avec la Serbie à Budapest mercredi (8 septembre 2021), le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré que la Hongrie et la Serbie avaient “convenu de reconstruire l’Europe centrale.” La Première ministre serbe Ana Brnabic et son homologue hongrois Orban ont signé un accord sur les relations cordiales et le partenariat stratégique.

Sept autres accords ont été signés à Budapest : un protocole et une méthodologie pour les patrouilles mixtes le long de leur frontière commune ; un protocole d’accord sur la coopération entre jeunes agriculteurs ; un protocole de coopération entre le ministère hongrois de l’innovation et de la technologie et le ministère serbe de l’intérieur ; un protocole de coopération sur le développement du projet de bateau rapide pour passagers Belgrade-Budapest ; et un protocole d’accord sur la coopération entre jeunes agriculteurs.

Le ministre Selakovi a souligné l’excellente coopération économique et commerciale entre la Serbie et la Hongrie, qui s’est élevée à 1,290 milliard d’euros l’année précédente et, selon les données des deux premiers mois de l’année en cours, à 839,7 millions d’euros, plaçant la Hongrie au deuxième rang des partenaires commerciaux de la Serbie.

Bibliographie :

Aljosa Milenkovic, “China’s expertise and finance launches Serbia’s first high-speed railway”, CGTN, 17 March 2022. https://newseu.cgtn.com/news/2022-03-17/Serbia-s-first-high-speed-railway-opens-thanks-to-Chinese-finance-18qyt9j1UgU/index.html

Ana Curic and Attila Kalman, “From Budapest to Belgrade: a railway line increases Chinese influence in the Balkans”, Investigate Europe, 28 December 2021. https://www.investigate-europe.eu/en/2021/from-budapest-to-belgrade-a-railway-line-increases-chinese-influence-in-the-balkans/

Antonia Colibasanu, « Hungary, Poland, Serbia : China’s backdoors to Europe”, Euractiv, 1 September 2021. https://www.euractiv.com/section/china/opinion/hungary-poland-serbia-chinas-backdoors-to-europe/

Bojan Stojkovski, Ivana Jeremic, Samir Kajosevic, Ivana Nikolic, Ivan Angelovski, Fatjona Mejdini and Irvin Pekmez, « China in the Balkans: Controversy and Cost”, Balkan insight, 15 December 2021. https://balkaninsight.com/2021/12/15/china-in-the-balkans-controversy-and-cost/

B92, “Vučić: “This will bring Serbs and Hungarians closer, Budapest in two and a half hour””, b92, 19 March 2022. https://www.b92.net/eng/news/business.php?yyyy=2022&mm=03&dd=19&nav_id=113320

DHN 2021, “Minister: the Budapest-Belgrade railway will habe been renewed by 2025!”, Daily news Hungary, 26 April 2022. https://dailynewshungary.com/minister-the-budapest-belgrade-railway-will-have-been-renewed-by-2025/

Global Times, “Officials inaugurate section of Belgrade-Budapest railway, a flagship BRI project”, Global Times, 20 March 2022. https://www.globaltimes.cn/page/202203/1255355.shtml

Milica Stojanovic, “Serbia, Hungary will ‘rebuild, protect, Central Europe’, Orban says”, BalkanInsight, 8 September 2021. https://balkaninsight.com/2021/09/08/serbia-hungary-will-rebuild-protect-central-europe-orban-says/

Railway Technology, “ Belgrade-Budapest Railway Project, Europe”, Railway Technology, 6 April 2022. https://www.railway-technology.com/projects/belgrade-budapest-railway-project-europe/

Republic of Serbia ministry of foreign affairs, “True friendship and concrete results of cooperation between Serbia and Hungary”, Republic of Serbia ministry of foreign affairs, 6 April 2022. https://www.mfa.gov.rs/en/press-service/statements/true-friendship-and-concrete-results-cooperation-between-serbia-and-hungary

The Government of the republic of Serbia, “Bilateral realtions between Serbia, Hungary best in history”, The Government of the republic of Serbia, 5 July 2021. https://www.srbija.gov.rs/vest/en/175383/bilateral-relations-between-serbia-hungary-best-in-history.php

Articles associés