Skip to main content

Selon la Banque nationale de Serbie, malgré l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le montant record des investissements directs étrangers (IDE) en 2022 a dépassé les attentes des banquiers centraux. Aleksandar Vucic, le président de la Serbie, a salué le “grand succès d’une année de combats en Ukraine”.

En mettant en évidence les liens étroits de M. Vucic avec Moscou et son refus de mettre en place des sanctions ou une zone d’exclusion aérienne pour punir la Russie de son invasion, la guerre a tendu les relations entre Bruxelles et Belgrade. Selon certains analystes et des données sur les nouvelles entreprises, les citoyens russes et ukrainiens qui ont fui ces pays et la croissance exponentielle des activités des entreprises russes en Serbie pourraient avoir contribué à l’essor des investissements en Serbie.

Les investissements directs étrangers et leurs effets positifs

Les investissements directs étrangers (IDE) sont l’un des moyens par lesquels les capitaux sont déplacés à l’échelle internationale à des fins d’investissement. Les IDE sont divisés en deux catégories : les IDE entrants (ou investissements directs étrangers dans l’économie, ou investissements étrangers dans des entreprises résidentes) et les IDE sortants (ou investissements directs étrangers à l’étranger, ou investissements par des résidents dans des filiales étrangères), qui sont déterminés par le principe directionnel, ou la direction du mouvement du capital d’investissement sur la ligne : pays d’origine – pays de destination. Dans cette analyse, nous nous concentrerons sur l’IDE et ignorerons les nombreuses autres catégories et formes.

De nombreuses études théoriques et empiriques basées sur l’expérience mondiale ont établi l’impact des IDE sur l’économie du pays d’accueil. Il a été affirmé que les IDE ont un potentiel de développement significatif et peuvent avoir des effets variés. En outre, il a été constaté que la capacité de l’économie nationale dépend de manière significative de la capacité à tirer parti des avantages favorables de l’IDE qui sont maintenant disponibles. Il est important de noter que les IDE peuvent avoir des effets négatifs sur l’environnement et les entreprises nationales.

En raison du lien entre les nouveaux investissements et la croissance économique, les IDE représentent un apport supplémentaire souhaitable de capitaux d’investissement étrangers, en particulier pour les pays qui ne disposent pas d’une abondance de capitaux d’investissement. Il convient de rappeler que l’épargne nationale constitue la majeure partie du stock de capital d’investissement.

Investissements directs étrangers en Serbie

Les efforts du gouvernement serbe pour attirer les IDE et les résultats obtenus à cet égard ont fait de la question des IDE un sujet presque constant dans la politique et les médias serbes. Des données chiffrées nous aideront à comprendre la corrélation entre les IDE et la croissance du PIB. Les taux de croissance économique de la Serbie entre 2014 et 2021 sont les suivants : -1,6 % en 2014, 1,8 % en 2015, 3,3 % en 2016, 2,1 % en 2017, 4,3 % en 2018, 4,5 % en 2019, -0,9 en 2020 et 7,5 en 2021. L’afflux d’IDE, comme le montre le tableau ci-dessous, est positivement corrélé.

Il convient de noter que l’investissement est le principal moteur de l’expansion économique. L’investissement total en Serbie (public, entreprises publiques, secteur privé local et étranger) était de 17,1 % en moyenne (2015-2017) et de 18 % (2018), contre 20,4 % en Europe occidentale et 21 % en Europe centrale et orientale (en part du PIB).

Seuls les investissements étrangers sont considérés comme ayant atteint un niveau raisonnable. Un tiers de l’ensemble des investissements provient des entrées nettes d’IDE, contre seulement 7 % du PIB pour les investissements privés nationaux. Il s’agit du compte financier (capital) de la balance des paiements.

Serbia FDI percentage of GDP

Source : Banque nationale de Serbie : Banque nationale serbe

La composition des IDE serbes

Il est possible de tirer des conclusions sur la structure de l’économie d’un pays en examinant la composition sectorielle de ses investissements. La structure sectorielle d’une économie montre l’intensité, la concentration et le niveau technique correspondant des intrants de production (c’est-à-dire les facteurs nécessaires à la production, tels que le travail, la terre, le capital, les ressources et les machines). Étant donné que chaque bien est produit avec un niveau différent de machines et d’intensité des facteurs, les améliorations de la productivité varient d’une industrie à l’autre. Ainsi, les changements dans la répartition sectorielle ont un impact significatif sur le taux de croissance et le niveau de revenu d’une économie.

Pour l’économie serbe, il est essentiel que les investissements se dirigent vers l’agriculture et l’économie réelle, qui produit effectivement des biens et des services, car la croissance dans ces secteurs pourrait améliorer les mauvaises balances commerciales du pays. Toutefois, l’organisation sectorielle des investissements dans l’économie serbe révèle des problèmes persistants en matière de politique d’investissement. Plus de 60 % de l’ensemble des investissements étrangers sont réalisés dans le secteur des services, où ils sont les plus concentrés. Jusqu’à 26 % de l’ensemble des IDE sont réalisés dans le secteur des services financiers. Avant 2014, la contribution du secteur financier était d’environ 28 %, ce qui la rend beaucoup plus importante. La part du secteur financier dans le total des IDE a légèrement diminué en raison de l’afflux d’investissements à forte intensité de main-d’œuvre ces dernières années. Toutefois, le secteur des services est entièrement dominé par le secteur financier, qui en représente environ 35 %. Ce chiffre est très proche de la moyenne mondiale de 34,3 %. Il n’y a que dans les pays les plus industrialisés que la part des services financiers est nettement plus élevée, avec plus de 39 %.

Ces facteurs distinguent la Serbie des économies du Sud, où les services financiers représentent une part beaucoup plus faible de l’économie. Toutefois, ces chiffres ne reflètent pas une augmentation de la production nationale ou de la production externalisée vers un autre pays. L’expansion du secteur des services dans les économies industrialisées correspond généralement à une externalisation importante de la production. La valeur est créée ailleurs, ce qui permet la croissance potentielle de l’industrie nationale des services.

Les banques, entreprises et autres organisations économiques étrangères sont fortement axées sur les importations, le marché intérieur et les taux d’intérêt favorables. La contribution économique limitée des investissements dans les biens non échangeables, les centres commerciaux et l’immobilier a un impact négatif sur la balance des paiements. Trois secteurs très performants – les services financiers, le commerce de détail et les télécommunications – ont attiré une part importante des IDE. Cela suggère que, dans ce cas, l’IDE n’a pas contribué de manière significative au transfert horizontal ou vertical de technologie et de savoir-faire dans le pays d’accueil. Cela suggère également que les IDE peuvent stimuler les importations plus que les exportations, conduisant à un déficit commercial plutôt qu’à un excédent.

En raison de la prédominance des services et des petites industries à forte intensité de main-d’œuvre, il n’y a jamais eu d’investissements significatifs dans le transfert de technologies modernes, les machines ou la gestion de la production. Cependant, il est important de rappeler qu’il y a eu un transfert de “savoir-faire” dans le secteur financier. Cela concerne l’industrie bancaire et la formation continue des cadres à des niveaux inférieurs. D’autre part, les grandes institutions financières, les compagnies d’assurance et les multinationales choisissent souvent des gestionnaires étrangers pour diriger ces entreprises privées. Les entreprises déplacent alors leurs efforts de recherche à l’étranger, ce qui entrave le développement du “capital humain” dans le pays d’accueil au lieu de le favoriser. Pour les cadres serbes de niveau inférieur, on pourrait dire que les méthodes de conduite des affaires financières dans le pays et à l’étranger sont combinées. Il y a également des retombées commerciales, avec une nouvelle approche du “savoir-faire” dans les relations avec les consommateurs et l’éducation à tous les niveaux. Toutefois, les retombées les plus importantes en matière de production n’ont pas encore eu lieu.

La plupart des capitaux étrangers proviennent des pays de l’UE. L’Italie investit dans les secteurs de l’automobile, de l’habillement et du textile, ainsi que dans la banque et l’assurance (Fiat, Golden Lady, Fondiaria SAI, Intesa, etc.). Les États-Unis investissent dans les conteneurs en verre, les centres d’appel, les produits pharmaceutiques, la fabrication de boîtes métalliques, les métaux non ferreux secondaires et les services d’architecture (Valeant Pharmaceutical, NCR, LC Comgroup, Ball Corporation). L’Autriche investit dans la banque, les télécommunications, l’immobilier, la mécanique automobile, la production de matières plastiques et l’assurance (VIP Mobile, Erste bank, Uniqa insurance, Raiffeisen bank, Porsche Holding). La Grèce investit principalement dans le secteur bancaire (Pireus bank, Alpha bank, EFG Eurobank). La Norvège investit dans les télécommunications (Telenor). L’Allemagne est plus diversifiée, avec des investissements dans les produits pharmaceutiques, l’automobile, les banques commerciales, les magasins de cigarettes, les grands magasins, les gaz industriels, les équipements électriques, la métallurgie, les moteurs et les générateurs (Stada Hemopharm, Metro AG, Siemens AG, IGB Holding, DM Drogerie). La France investit dans le secteur bancaire, les détaillants de revêtements de sol, les agences de publicité et l’industrie alimentaire (Michelin, Tarkett, BSA, Crédit Agricole, Société Générale, Segur Development).

Cumulative-FDI-inflow-2010-2017

FDI provenience

Source : Banque nationale serbe (flux cumulés d’IDE 2010-2018)

Tendances actuelles des IDE serbes

Nous pouvons souligner quelques tendances dominantes en matière d’IDE en Serbie : les entreprises chinoises ont réalisé trois investissements importants (dans l’exploitation minière et la métallurgie), ainsi que de nombreux investissements dans le secteur automobile (Fiat, câblage, pneus) et des investissements arabes dans l’agriculture.

Outre Zijin et HBIS, Shandong Linglong Tire a commencé la construction d’une usine à Zrenjanin avec un investissement de 1 milliard d’euros. L’usine de pneus Michelin à Pirot est rentable depuis de nombreuses années. L’usine FCA de Kragujevac a certainement attiré des investissements connexes. La plus grande partie des incitations financières a peut-être été utilisée par cinq entreprises internationales de câblage pour l’industrie automobile : Yura Corporation (Leskovac), Leoni (Prokuplje, Maloiite, Ni, Kraljevo), Delphi (Novi Sad), Lear Corporation (Novi Sad) et PKC Wiring Systems (Smederevo). La production de ces entreprises se caractérise principalement par un faible investissement dans l’équipement, l’utilisation d’une main-d’œuvre manuelle non qualifiée et une prédominance du sexe.

L’usine de pièces détachées automobiles Mei Ta à Bari est plus importante sur le plan technologique. Début 2017, une toute nouvelle usine Continental-Contitech a démarré ses activités près de Subotica. Nous pouvons également mentionner deux investissements importants des EAU dans le secteur agricole d’Al Dahra : l’achat de PKB et de Rudnap (vergers à Rivica et Irig). Il est clair que les entreprises turques ont récemment investi dans les industries du textile et de la chaussure, auparavant très développées en Serbie. Etihad, des Émirats arabes unis, a réalisé un investissement majeur dans Air Serbia, et P&O Port Dubai, des Émirats arabes unis, a pris le contrôle du port de Novi Sad.

Depuis janvier 2018, Siemens a repris Milanovi Engineering de Kragujevac sur le plan de la production. Le propriétaire de cette entreprise a acheté 70 hectares dans la toute nouvelle zone industrielle de Sobovica, où Siemens a construit une nouvelle usine pour la production de carrosseries en aluminium pour les autocars de tourisme et commencera bientôt à produire des tramways. Siemens possède déjà une usine à Subotica, où elle fabrique des générateurs de turbines éoliennes.

Bien qu’une partie de la production des IDE soit destinée au marché intérieur, la majeure partie est orientée vers l’exportation. La conséquence naturelle est que les exportations augmenteront. Plusieurs années d’expérience montrent que les plus grands exportateurs de Serbie sont aussi ses plus grands importateurs (par exemple, HBIS doit importer du minerai de fer et du coke pour produire et exporter de l’acier ; il en va de même pour Fiat à Kragujevac). En outre, une part importante de la production des entreprises internationales est liée à l’assemblage. Il serait plus juste de dire que les IDE augmentent le volume des échanges.

La structure sectorielle des IDE en Serbie indique qu’ils ne peuvent pas aider à rattraper les pays développés. Il n’y a que quelques entreprises technologiquement avancées qui peuvent fournir des technologies et des connaissances ainsi que des talents de gestion (par exemple Siemens, Continental). Les débuts du regroupement et l’établissement de liens en amont et en aval entre les fournisseurs locaux et la principale entreprise (étrangère) sont évidents. Toutefois, comme il est courant que les investisseurs étrangers préfèrent s’installer à proximité d’entreprises similaires, l’influence séduisante des entreprises étrangères déjà établies est évidente.

Il existe toutefois des statistiques encourageantes sur la sophistication technologique des futurs IDE. Il pourrait se concentrer sur les TIC ainsi que sur l’exploitation minière et les secteurs connexes. De nombreuses entreprises étrangères explorent la géologie de la Serbie et Rio Tinto a découvert un nouveau gisement minéral près de Loznica (appelé Jadarit). Le site est estimé à 135 000 millions de tonnes et peut répondre à plus de 20 % des besoins mondiaux en lithium. L’ouverture de la mine est prévue pour 2023.

Les TIC constituent un autre domaine de potentiel. Sans aucun soutien du gouvernement, les exportations de services TIC ont récemment dépassé les exportations de maïs. La création d’un parc scientifique à Bora avec le soutien de la Chine, la présence de Huawei et de nombreuses autres entreprises de haute technologie, ainsi que d’autres facteurs, joueront sans aucun doute un rôle clé dans la croissance du secteur national des TIC.

Sectors by number of projects

Source : Base de données RAS 2022 Base de données RAS 2022 (Pourcentage de projets financés par des IDE par secteur)

Possibilités de financement par l’Union européenne

L’UE soutient les réformes dans les “pays de l’élargissement” par une assistance financière et technique dans le cadre de l’instrument d’aide de préadhésion (IAP). Tout au long du processus d’adhésion, le financement de l’IAP aide les pays à renforcer leurs capacités, ce qui entraîne des changements bénéfiques et tournés vers l’avenir dans la région. L’IAP était doté d’un budget de 11,5 milliards d’euros pour les années 2007 à 2013, et son successeur, l’IAP II, s’appuiera sur ces réalisations avec un budget de 11,7 milliards d’euros pour les années 2014 à 2020. Les bénéficiaires actuels sont l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Kosovo, le Monténégro, la Serbie et la Turquie. Les fonds de préadhésion de l’UE constituent un investissement judicieux dans l’avenir des pays candidats à l’élargissement et de l’UE. Ils aident les bénéficiaires à mener à bien des réformes politiques et économiques afin qu’ils soient prêts à assumer les responsabilités et les droits qui découlent de l’adhésion à l’UE. Ces réformes devraient offrir de meilleures opportunités et des normes comparables à celles dont nous bénéficions en tant que citoyens de l’UE, ce qui profiterait également aux citoyens d’autres pays. Les fonds de préadhésion aident également l’UE à atteindre ses propres objectifs, notamment la relance économique durable, la sécurité énergétique, les transports, l’environnement et la lutte contre le changement climatique. L’IAP II se concentre sur les réformes dans le cadre de secteurs prédéfinis. Ces secteurs couvrent des questions telles que la démocratie et la gouvernance, l’État de droit ou la croissance et la compétitivité, qui sont directement liées à la stratégie d’élargissement. Cette stratégie sectorielle encourage les changements structurels qui soutiennent la transformation d’un secteur spécifique et répondent aux critères de l’UE. Elle permet d’évoluer vers une assistance plus ciblée, garantissant l’efficacité, la durabilité et l’accent mis sur les résultats.

L’IAP se compose de cinq parties : L’aide à la transition et le renforcement des institutions viennent en premier, suivis de la coopération internationale, du développement régional, du développement des ressources humaines et du développement rural. Les pays candidats – Turquie, Serbie (y compris le Kosovo au titre de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies), Monténégro, ARYM et Islande – et les pays candidats potentiels – Bosnie-Herzégovine et Albanie – peuvent bénéficier d’un financement au titre de l’IAP.

Au départ, les réfugiés de Bosnie-Herzégovine et de Croatie, les personnes déplacées du Kosovo, les personnes handicapées et les enfants à charge étaient les principaux bénéficiaires de la coopération humanitaire entre la Serbie et l’UE. En 2014, l’UE a fourni une aide totale de 2,6 milliards d’euros à la Serbie.

Un large éventail d’initiatives a été mis en œuvre, notamment une assistance dans les domaines de l’énergie, des transports, de la réforme politique, de la gouvernance locale, de la réforme de l’administration publique, de la protection des droits des minorités, de la protection des droits de l’homme fondamentaux, du développement de la société civile, de la coopération régionale, de l’éducation et de la réduction de la pauvreté. Une assistance individuelle a été fournie à la Serbie par les pays suivants, notamment l’Allemagne, l’Italie, la Suède, la Norvège, la Suisse, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

PA-from-the-EU-to-Serbia

Source : Banque nationale de Serbie : Banque nationale serbe

Favoriser l’attractivité de l’IDE en Serbie

Selon l’Indice de réforme de l’investissement 2010 de l’OCDE, la Bulgarie, ainsi que la Croatie, la Macédoine et la Serbie, possèdent l’agence de promotion de l’investissement la plus développée d’Europe du Sud-Est.

Les collectivités locales et le gouvernement serbe ont investi beaucoup de temps, d’argent et d’efforts (sur le budget) pour attirer les IDE. Le gouvernement serbe a fixé des priorités dans son règlement sur les conditions et les méthodes d’attraction des investissements directs. Ces priorités sont les suivantes : le niveau de développement du lieu d’investissement, des investissements minimums compris entre 100 000 et 500 000 euros, un nombre minimum de nouveaux employés compris entre 10 et 50, et des incitations financières maximales pour les emplois nouvellement créés comprises entre 3 000 et 7 000 euros. Le gouvernement apporte un soutien financier aux investissements dans la production alimentaire, les centres de services d’exportation de TIC et l’industrie manufacturière. En outre, les autorités locales font souvent don ou louent des sites, fournissent des infrastructures, construisent des routes d’accès, etc. Les autres éléments qui attirent les IDE sont la grande quantité de terres agricoles fertiles, un accord de libre-échange avec la Fédération de Russie et les coûts de transport, en plus des incitations et des lignes directrices que le gouvernement serbe a mises en place pour les entreprises étrangères.

Le gouvernement serbe a créé les organisations suivantes pour promouvoir les exportations et les entrées d’IDE : l’Agence serbe de développement (RAS – SIEPA) ; le Fonds de développement de la République de Serbie ; l’Agence serbe pour le développement des petites et moyennes entreprises et de l’entrepreneuriat ; l’Agence de crédit à l’exportation et d’assurance de la République de Serbie.

L’Agence serbe de développement facilite la communication avec les sous-traitants serbes potentiels et aide les investisseurs internationaux à sélectionner les opportunités d’investissement appropriées. Le développement des relations d’investissement est crucial pour l’économie serbe. Son influence positive sur la politique de l’emploi du pays est l’élément clé de ses avantages sociaux. Parallèlement, les initiatives de l’agence aident les entreprises serbes à devenir plus compétitives. RAS-SIEPA organise des réunions d’entreprises étrangères à la recherche de partenaires dans l’économie serbe. En outre, l’organisation apporte un soutien financier aux entreprises serbes pour leur permettre de participer à des foires commerciales internationales à l’étranger.

Le Fonds de développement de la République de Serbie a été créé pour promouvoir le développement économique et régional, soutenir la création de petites et moyennes entreprises et accroître la compétitivité des organisations commerciales nationales.

L’Agence de crédit à l’exportation et d’assurance de la République de Serbie est une organisation financière spécialisée qui soutient la stratégie d’exportation de la Serbie. Les principaux domaines d’intérêt de l’agence sont l’assurance des biens exportables, la fourniture de garanties, l’affacturage, la confiscation, le conseil et l’assistance technique aux exportateurs. Les hommes d’affaires serbes s’intéressent à cette activité car elle améliore le positionnement des produits serbes sur les marchés mondiaux.

Les petites et moyennes entreprises (PME) peuvent obtenir de l’aide auprès de l’Agence serbe pour le développement des petites et moyennes entreprises et de l’esprit d’entreprise. Elle organise des séminaires pour les PME afin de les informer sur la législation actuelle relative aux entreprises et sur les possibilités de soutien financier de l’UE en vue d’améliorer leur compétitivité.

L’Agence de crédit à l’exportation et d’assurance de la République de Serbie est une organisation financière spécialisée qui soutient la stratégie d’exportation de la Serbie. Les principaux domaines d’intérêt de l’agence sont l’assurance des biens exportables, la fourniture de garanties, l’affacturage, la confiscation, le conseil et l’assistance technique aux exportateurs. Les hommes d’affaires serbes s’intéressent à cette activité car elle améliore le positionnement des produits serbes sur les marchés mondiaux.

Conclusion

L’investissement est le principal moteur de la croissance économique dans tous les pays. Sa principale source est l’épargne nationale, mais il est également financé par les investissements étrangers. Par conséquent, les pays qui ont suffisamment d’argent s’efforcent d’attirer davantage d’investissements étrangers, tandis que les pays qui manquent de capitaux d’investissement ont un autre objectif. Le gouvernement serbe a travaillé dur dans tous les domaines – juridique, administratif, financier et politique – pour attirer les IDE. Il a réussi à atteindre un certain nombre d’objectifs, notamment une augmentation de l’emploi, de l’activité économique et du volume des échanges. Les conséquences initiales de la présence d’IDE sont plus complexes et dynamiques. Compte tenu des faibles niveaux actuels de l’épargne et de l’investissement nationaux, est-il raisonnable d’en attendre davantage ?

Références

http://www. kombeg.org.rs/Slike/CeEkonPolitikaPrestrIRazvoj/2015/avgust/Investicije%202015.pdf

Kordić, Ninela : Atraktivnost Srbije za privlačenje stranih investicija, Singidunum, Beograd, 2011

http://ekfak.kg.ac.rs/sites/default/files/Doktorske/DoktorskeDisertacije/Olgica%20 Nestorovic.pdf

https://rosalux.rs/wp-content/uploads/2022/04/108_foreign_direct_investments_in_serbia_ivan_radenkovic_rls_2016.pdf

https://neighbourhood-enlargement.ec.europa.eu/enlargement-policy/serbia_en

http://ea21journal.world/wp-content/uploads/2022/02/ea-V169-01.pdf

https://nbs.rs/sr_RS/indeks/

https://www.lloydsbanktrade.com/en/market-potential/serbia/investment

https://www.slobodnaevropa.org/a/srbija-strane-investicije-rekord/32199065.html

https://www.mining-technology.com/news/newsrio-tinto-signs-mou-with-serbia-to-develop-jadar-lithium-borate-project-5881303/

http://ras.gov.rs/en

https://fondzarazvoj.gov.rs/cir

×