Skip to main content

Depuis l’entrée de la Chine sur le marché mondial à la fin des années 1970 et au début des années 1980, grâce au règne de facto de Deng Xiaoping, pour lequel il était connu comme l'”Architecte de la Chine moderne”, la Chine a réussi à développer une stratégie étrangère réussie et globale. Ce qui a fait des Balkans une cible en raison des ressources limitées qu’ils ont pu rassembler, ainsi que des sociétés multipolaires qui ont aliéné les pays du reste de l’Europe, en particulier ceux qui n’ont pas été en mesure de remplir les conditions d’adhésion à l’UE, les laissant dans un besoin désespéré d’alliés et d’accords commerciaux.

L’influence chinoise sur les Balkans s’est accrue au fil du temps, touchant à la fois la société civile et la culture des pays. Elle a gagné du terrain, en particulier dans les institutions culturelles, journalistiques, éducatives et politiques. La Chine s’efforce de rendre les pays des Balkans dépendants de la Chine.

L’imprévisibilité géopolitique du Kosovo, du Monténégro, de l’Albanie, de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine et de la Macédoine du Nord a conduit la Chine à trouver une motivation pour consacrer de l’argent à ces régions particulières. Étant donné qu’elles ne peuvent pas renforcer leurs alliances par le biais d’institutions et de marchés communs, leurs chances de rejoindre l’UE sont devenues beaucoup moins probables.

La discussion diplomatique avec l’élite, les institutions étatiques et les structures régionales est le résultat que la Chine préfère. Dans un effort pour empêcher une plus grande intégration sino-balkanique, l’Occident n’a fait que renforcer sa détermination à lutter contre ce phénomène par le biais du soft power de l’UE et de l’OTAN.

Le conflit en Ukraine n’a fait qu’empirer les choses. Comme le montre la “proposition française”, qui voit l’UE chercher à intégrer la Macédoine du Nord dans l’UE en jouant le rôle de médiateur dans le conflit qui l’oppose à la Bulgarie, le pouvoir occidental tente d’intégrer ces pays dans l’UE et l’OTAN. Néanmoins, la Serbie s’est efforcée de maintenir sa neutralité politique face aux circonstances actuelles, ce qui a permis de maintenir le statu quo dans la région. Globalement, cela pourrait conduire à un conflit commercial entre la Chine et l’UE pour le contrôle de la région.

Decade of patience: How China became a power in the Western Balkans –  European Council on Foreign Relations

L’influence de la Chine en Albanie – Une spirale descendante des relations entre l’Albanie et la Chine

L’Albanie et la Chine ont l’un des contacts diplomatiques les plus anciens et les mieux établis, ce qui est encore évident aujourd’hui. Comme elles avaient pour ennemi commun Nikita Khrouchtchev, alors dirigeant de l’Union soviétique, leurs accords ont commencé à être plus évidents dans les années 1950. Jusqu’en 1969, il semblait que les relations entre les deux États-nations s’amélioraient en raison de leur ennemi commun, lorsque la Chine a commencé à élargir son marché.

En 1979, l’Albanie avait coupé tous ses liens avec la Chine en matière de commerce, de culture et de technologie en raison de sa décentralisation de la Chine. Par la suite, elle s’est assimilée diplomatiquement et culturellement aux puissances occidentales.

Tous ces facteurs sont revenus à la multipolarité depuis le début du XXIe siècle, l’Occident et la Chine se disputant l’influence en Albanie. Depuis juin 2014, l’Albanie est candidate à l’adhésion à l’UE. À l’heure où nous écrivons ces lignes, son gouvernement pro-UE tente de persuader la Macédoine du Nord de ratifier la “proposition française” afin que les discussions puissent commencer.

En conséquence, elle a fait pression sur les partis d’opposition aux niveaux municipal et national afin de réduire leurs chances d’adhérer à l’UE, qui est devenue de plus en plus antagoniste au fil du temps. Les principaux partis d’opposition ont dépêché une délégation en Chine en mars 2015 pour le “Forum des jeunes leaders politiques Chine-CEEE”, ce qui est alors évident. Avec le forum ” 17+1 ” qui s’est tenu à Tirana au niveau des maires, on a également observé que la Chine s’intégrait au niveau local. La Chine souhaite ainsi renforcer sa collaboration avec l’Europe centrale et orientale par le biais de la science, de l’éducation et de la culture.

En raison de la politique de visa gratuit de l’Albanie avec la Chine, le tourisme chinois a augmenté de 65 % ces dernières années, renforçant ainsi l’impact culturel de la Chine sur l’Albanie. qui ont augmenté en termes de caractéristiques culturelles et éducatives. On observe qu’un nombre croissant d’Albanais étudient le chinois et poursuivent des études supérieures en Chine. Le grec est la deuxième langue la plus parlée en Albanie, et il a été observé que les relations sino-albanaises sont davantage perçues à travers le prisme du raisonnement économique que de la préservation de la culture. Cela se traduit par le fait que les médias publics albanais accordent plus d’attention à l’aspect économique de l’initiative “Belton Road” qu’à la coopération culturelle entre la Chine et l’Albanie.

L’influence de la Chine en Bosnie-Herzégovine – Est-elle nécessaire à la survie de l’État ?

La Bosnie-Herzégovine a connu les souffrances les plus inimaginables lors de l’éclatement tumultueux de la Yougoslavie dans les années 1990. La Bosnie-Herzégovine a émergé de cette période éprouvante comme l’un des corps politiques constitutionnels les plus complexes jamais conçus, sa viabilité à long terme faisant l’objet d’une surveillance accrue. Néanmoins, la nation a persisté, se reconstruisant progressivement et acquérant un ancrage fragile dans la politique et l’économie mondiales. Malgré la faible probabilité d’une intégration institutionnelle substantielle à long terme, le soutien de l’Occident a été crucial. De nombreux hommes politiques ont considéré la vague d’intérêt politique et économique de pays comme la Turquie, la Russie et les États du Golfe comme un palliatif utile. Au cours des dix dernières années, la Chine a pénétré le pays et la région dans un environnement essentiellement positif.

Les actions entreprises par la Chine en Bosnie rappellent de manière cruciale que la nation n’est peut-être pas averse au risque et qu’elle a choisi de participer de manière plutôt agressive à un climat politique compliqué. Pékin utilise peut-être même la Bosnie pour affiner sa capacité à interagir avec des élites politiques, des structures institutionnelles diverses et un environnement interne difficile. La méthodologie axée sur la société qui l’accompagne offre une preuve supplémentaire qu’un environnement à plusieurs niveaux est un lieu d’apprentissage précieux, porteur à la fois de possibilités et de défis.

En ce qui concerne la Chine et la Bosnie-et-Herzégovine, la société civile n’a fait que se développer. Le plus grand rassemblement régional d’innovation et d’entrepreneuriat, le Forum Unlimited, s’est tenu à Sarajevo en 2018 et a été organisé en collaboration avec la Chine. Lors de la cérémonie d’ouverture, l’ambassadeur de Chine s’est adressé directement au public. Une centaine d’hommes d’affaires chinois ont assisté à l’événement, et deux des orateurs principaux les plus renommés venaient de Viber et d’Alibaba.

Les possibilités croissantes pour les jeunes de la région d’apprendre le mandarin ou de se familiariser avec la culture chinoise grâce à de nombreux événements, bien que brefs, ainsi que les nombreux programmes de bourses offerts par l’ambassade sont ce qui démontre le plus clairement l’impact sur la culture, la société et l’éducation. En termes de politique, la Republika Srpska a une très bonne attitude envers la Chine, mais grâce aux initiatives d’investissement économique, les liens sociétaux et culturels se sont également améliorés. Avec la montée en popularité des marques Xiaomi et Huawei, on peut s’attendre à ce que les implications à long terme de ce partenariat renforcé incluent une confiance accrue au niveau de la société bosniaque, qui est déjà substantielle. Cela devrait avoir d’autres effets favorables sur la volonté des habitants d’accepter les produits chinois importés, qui ont depuis longtemps la réputation d’être des produits bon marché et peu coûteux. Les chiffres montrent également une forte augmentation des visites chinoises en Bosnie-Herzégovine depuis 2011, passant de 2 244 visiteurs signalés cette année-là à un nombre stupéfiant de 103 000 visiteurs avant l’épidémie de covid-19. La tendance des nuits passées en Bosnie-Herzégovine est inversement corrélée au nombre de touristes qui s’y sont rendus entre 2012 et 2020 ; l’année où le nombre de nuits passées en Bosnie-Herzégovine a été le plus élevé est 2019, avec un total de 122 282.

L’INFLUENCE DE LA CHINE AU KOSOVO – Le territoire d’outre-mer américain de facto

Sur le plan politique et culturel, l’intérêt et la présence de la Chine au Kosovo semblent essentiellement inexistants. Pékin ne reconnaît pas la nation et il n’existe aucun lien diplomatique officiel. La Serbie, principal allié de la Chine dans les Balkans occidentaux, considère la légitimité et la reconnaissance du Kosovo comme une question extrêmement cruciale, ce qui rend futiles les efforts de Pékin pour adopter une stratégie différente. En outre, la société et le gouvernement du Kosovo continuent d’être farouchement pro-américains et pro-occidentaux. Ils sont convaincus que la proximité de la région euro-atlantique est la seule véritable garantie de leur survie et de leur croissance. En conséquence, la nation a chaleureusement accueilli une présence occidentale significative dans toutes les sphères de la société, en particulier l’économie.

La collaboration politique entre la Chine et le Kosovo est inexistante. Cela est dû au fait que la Chine ne reconnaît pas le Kosovo comme un État indépendant et que la Chine entretient des liens étroits avec la Serbie. Albin Kurti, le premier ministre du Kosovo, a même déclaré à plusieurs reprises que sa nation rejetterait à tout prix les relations avec la Chine et que celle-ci était un “ennemi” du Kosovo. Pour preuve, le Premier ministre Kurti a refusé les vaccins chinois que l’Albanie avait offerts en cadeau lors de l’épidémie de COVID-19. Il a affirmé que, puisque ni la Chine ni la Russie n’ont reconnu l’indépendance du Kosovo, ce dernier n’a pas le luxe d’adopter des vaccins fabriqués dans ces pays, contrairement à d’autres nations de la région.

Tous les ressortissants chinois, à l’exception de ceux qui possèdent un passeport diplomatique ou de service, ont besoin d’un visa pour entrer ou transiter par le Kosovo. Les visas peuvent être obtenus auprès des ambassades du Kosovo en Turquie ou en Albanie. À l’exception des entreprises kosovares qui se rendent en Chine pour affaires, il n’y a aucune preuve de promotion du tourisme au Kosovo ou d’activités connexes en Chine.

L’influence de la Chine au Monténégro – Le cauchemar de l’Occident

Le Monténégro a récemment été au centre de diverses discussions politiques et universitaires concernant les dangers d’une collaboration avec la Chine. Le consensus parmi les analystes, les commentateurs, les députés européens et d’autres types de politiciens est que le pays s’est accommodé d’une relation impossible avec la Chine. Depuis qu’il a obtenu son indépendance en 2006, le Monténégro a cherché des mesures pour garantir à la fois la croissance de son économie et son existence en tant que nation souveraine.

Les deux nations ont signé un total de 17 accords de coopération et mémorandums d’accord depuis le début des relations diplomatiques entre la Chine et le Monténégro en 2006. La diplomatie, la culture, l’éducation, les infrastructures, la santé, l’agriculture et la lutte contre la corruption sont autant de domaines de collaboration formalisée. Lors du premier forum de la BRI à Pékin en 2017, les deux nations ont signé un mémorandum de coopération sur le programme. Le sommet de la BRI s’est tenu en février 2021, et le président du Monténégro y a participé. Une réunion des dirigeants locaux s’est tenue à Podgorica et a été accueillie par la province chinoise de Liaoning.

Pékin a activement encouragé les liens politiques avec le Parti démocratique des socialistes, qui a longtemps dominé la politique monténégrine, pendant une période considérable. Au niveau local, l’ambassade a progressivement commencé à interagir avec la nouvelle administration et ses groupes constitutifs. D’après les données CIPE de 2020, la Chine occupe la troisième place en termes de popularité auprès des citoyens monténégrins, derrière l’Union européenne et la Russie. La majorité des partis politiques monténégrins se disent pro-européens, ce qui signifie qu’ils sont favorables à l’adhésion du pays à l’Union européenne. La plupart des gens considèrent la Chine comme un partenaire économique.

En 2008, la radio et la télévision du Monténégro, le radiodiffuseur national, et les radiodiffuseurs publics chinois ont signé un accord de coopération. Il n’existe pas d’autres accords directs entre les médias chinois et monténégrins que celui-ci. Il y a rarement un contenu “pro-chinois” dans les médias traditionnels monténégrins ou parmi les personnalités médiatiques.

En 2019, 2,5 millions de touristes d’autres pays ont voyagé au Monténégro. Environ 75 000 touristes chinois s’y sont rendus en 2019, ce qui représente 3 % de tous les visiteurs d’autres pays. Ce chiffre est à peu près équivalent à la population de la Pologne, de l’Albanie ou du Royaume-Uni. Les informations sur le nombre de touristes chinois en 2021 ne sont pas disponibles. Il n’existe pas de liaison aérienne directe entre les deux nations, et elles sont trop éloignées l’une de l’autre pour que l’afflux de touristes soit plus important.

l’INFLUENCE DE LA CHINE EN SERBIE – La position la plus forte de la Chine en Europe

La plus récente poussée d’engagement de la Chine avec la Serbie a commencé au début des années 2010, et le premier pont iconique Pupin à Belgrade a été construit en 2014. Cela a représenté une réinitialisation significative de la relation bilatérale, ouvrant la porte à de nouvelles initiatives et à des investissements dans un plus large éventail d’industries.

Aleksandar Vui, le président de la Serbie, est le visage de la coopération avec la Chine. Le premier ministre serbe, les ministres en charge des industries où la Chine est la plus présente et le président de la Serbie ont été les critiques les plus virulents des efforts de la Chine en Serbie. Il s’agit notamment d’Ivica Dai, ancien ministre des affaires étrangères et actuel président de l’assemblée, de Zorana Mihajlovi, ancien ministre des infrastructures et actuel ministre de l’énergie, d’Aleksandar Anti, ancien ministre de l’énergie et ancien coordinateur national du cadre 17+1, de Rasim Ljaji, ancien ministre du commerce, et d’Aleksandar Bhagwati, ancien ministre des affaires étrangères

Dans les contenus médiatiques qu’elle produit et soutient dans la région, tels que les différents suppléments qu’elle publie dans les journaux de nations comme la Serbie, la Bulgarie et la Croatie, la Chine accorde une plus grande attention à la culture. La présence sur les médias sociaux et les activités en ligne de China Radio International, qui couvre les arts, le style de vie et la gastronomie, témoignent d’une tendance similaire.

Xi meets individually with leaders at forum - Chinadaily.com.cn

L’INFLUENCE DE LA CHINE EN MACÉDOINE DU NORD – Une situation qui se dessine

En Macédoine du Nord, la diplomatie culturelle chinoise est de plus en plus présente. La stratégie de Pékin a évolué pour devenir plus directe et plus axée sur l’obtention de résultats concrets. Par exemple, elle a contribué au financement et à la reconstruction d’une école primaire dans la municipalité de Kisela Voda. Les initiatives d’éducation en ligne sont utilisées par l’importante société de télécommunications Huawei, qui cherche à se développer. Les terrains situés le long de la principale ligne de chemin de fer qui traverse la Chine sont également des biens que la Chine souhaite acheter. Les entreprises chinoises proposent des trains électriques et des bus à deux étages dans le but d’obtenir un avantage dans les concours de marchés publics.

Cependant, un changement de direction en 2017 et l’apparition de scandales de corruption impliquant la Chine ont considérablement modifié le contexte politique. Le gouvernement a abandonné la précédente stratégie étrangère de “tiers acteur amical” qui avait prévalu jusqu’au retour au pouvoir des sociaux-démocrates. Depuis lors, le gouvernement s’est concentré sur l’amélioration des liens avec les États-Unis et l’Union européenne. L’adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN en 2020 a également modifié l’environnement politique. Malgré le coût géopolitique croissant de l’impasse, les dirigeants politiques n’ont pas encore modifié leur programme pro-européen alors que le début des discussions sur l’admission dans l’UE reste bloqué.

La Foire internationale de Ningbo organise la Foire de Ningbo, l’une des plus grandes foires d’investissement et de commerce de Chine, avec l’aide de la province du Zhejiang et du ministère chinois du commerce. Une délégation chinoise comprenant des représentants de la Foire internationale de Ningbo, du Bureau de la logistique du marché et de la coopération des zones franches de Ningbo, du Bureau de la culture, de la télévision/radio et du journalisme de Ningbo, de l’Administration du tourisme de Ningbo, des représentants de l’ambassade de Chine en Macédoine, ainsi que le président de l’Association des chambres de commerce de Macédoine, assiste à cet événement commercial.

Bibliographie

Une fenêtre d’opportunité qui se referme à Pékin

https://ecfr.eu/special/china-balkans/albania/

Les partenaires de la guerre froide : La formation de l’alliance sino-albanaise dans les années 1960

https://www.wilsoncenter.org/blog-post/cold-war-bedfellows-forging-sino-albanian-alliance-1960s

L’exemption de visa stimule les touristes chinois en Albanie

https://www.tiranatimes.com/?p=138465

Impacts sino-albanais

www.tlg.uci.edu/~opoudjis/thesis/thesis9.pdf

Cartographie de l’initiative Belt and Road de la Chine dans les médias albanais : Une étude d’analyse de contenu

https://china-cee.eu/wp-content/uploads/2020/06/Working_paper-202021-by-Visar-Sylaj.pdf

Le Monténégro évite de justesse le piège de la dette chinoise, pour le moment

https://emerging-europe.com/news/montenegro-narrowly-avoids-chinese-debt-trap-for-now/

Vulnérabilités à l’influence chinoise au Monténégro

POGLAVLJE

https://monstat.org/uploads/files/publikacije/godisnjak%202021/19.pdf

d’une valeur d’environ 1 million d’euros

Avery Edwards