Skip to main content

Article de Henrique Horta. Comme d’habitude, chaque auteur a droit à son opinion.

Pour commémorer L’invasion de la Crimée par la Russie, après les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en Russie, Vladimir Poutine décide d’envahir l’ensemble de l’Ukraine après les Jeux olympiques d’hiver de Pékin. La guerre n’est pas nouvelle en Ukraine, après l’invasion du pays et l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, la partie orientale de l’Ukraine, le Donbass a connu un conflit de basse intensité depuis, rendant plus difficile la vie des citoyens ukrainiens à la frontière de la guerre

L’invasion la plus récente, et la guerre qui s’en est suivie, remonte à fin 2013/début 2014, alors que Kiev était l’épicentre d’une protestation géopolitique/idéologique, l’Euromaïdan, qui s’est terminée par l’éviction du président pro-russe Ianoukovitch. L’Euromaidan, que l’on peut traduire en ukrainien par “place de l’euro”, était la manifestation au cours de laquelle des dizaines d’Ukrainiens ont donné leur vie pour aligner leur pays sur l’Union européenne/ Bruxelles, au lieu de la Russie.

Pour l’Ukrainien moyen, l’Union européenne et les valeurs qu’elle est censée défendre (démocratie, lutte contre la corruption, liberté d’expression) sont hautement considérées comme le moyen d’accéder à une vie meilleure. Lorsque le peuple a protesté et que Ianoukovitch a été évincé, le sort du pays a été scellé.

L’Ukraine a toutefois connu le même sort que d’autres anciennes républiques soviétiques qui n’ont pas été pleinement intégrées aux institutions occidentales : la guerre et l’annexion ou la “marionnettisation” d’une partie de son territoire en républiques reconnues uniquement par la Russie. Il en va de même pour la Géorgie, dont 1/4 du territoire est occupé par des forces séparatistes pro-russes (Abkhazie et Ossétie du Sud), ou pour la Transnistrie, une bande de terre de la Moldavie, près de la frontière avec l’Ukraine.

La Russie affirme que l’OTAN s’approche trop près de ses propres frontières et qu’elle recherche une sorte de zone tampon/zone frontalière où elle pourrait garder une “distance de sécurité”. Cette façon d’agir, bien sûr qu’elle crée de l’anxiété chez les propres voisins de la Russie qui cherchent à maintenir leur indépendance et leur intégrité territoriale.

Pour les personnes qui aiment se disputer à ce sujet, la discussion se termine par un dilemme “la poule ou l’œuf”. Les personnes qui prennent le parti de la Russie disent que celle-ci est provoquée par l’OTAN, tandis que les personnes qui prennent le parti des voisins de la Russie disent que ce sont les propres agressions de la Russie qui poussent ces pays à adhérer à l’OTAN et à l’UE.

Cette dernière invasion est le meilleur cadeau que Poutine ait pu faire à l’OTAN : un objectif. Fini la “propagation de la démocratie” ou la “construction de la nation”, fini le “out of area, out of business”, l’organisation revient à ses origines.

Au début de ce qui semble être une nouvelle guerre froide, un nouveau rideau de fer se dessine, cette fois de la mer Baltique, en Estonie, jusqu’à la mer Noire, en Roumanie, l’OTAN ayant désormais des frontières directes avec la Russie.

Pas de changement dans le schéma de l’UE et de l’Europe

Quant à l’Union européenne, le soutien à l’Ukraine est plus fort que jamais.

Le soutien de l’Union européenne à l’Ukraine n’est pas nouveau. Présenté en 2008 par la Suède et la Pologne et lancé en 2009, le Partenariat oriental, qui fait partie de la politique de voisinage de l’UE, a été le premier tremplin pour rapprocher l’Ukraine du bloc. En 2014, après un début d’année tumultueux, avec l’annexion de la Crimée par la Russie et la guerre dans le Donbass, l’Ukraine, ainsi que la Moldavie et la Géorgie, signent chacune des accords d’association avec l’Union européenne la même année.

Dans mon mémoire de master que j’ai présenté fin 2019, il y a un peu plus de 2 ans sur les perspectives d’une adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne, les conclusions auxquelles je suis parvenu étaient que le processus d’adhésion de l’Ukraine était encore loin d’être achevé. Les discours des officiels de l’époque sur l’élargissement du bloc soulignaient le désir de l’Union d’entamer des négociations avec les Balkans occidentaux, et que les accords d’association de libre-échange n’étaient qu’une sorte de “maison de transition”, décrite comme un exemple d’intégration d’un membre de l’Espace économique européen (EEE) dans le marché unique de l’Union européenne.

Tout cela a commencé à changer au cours des dernières semaines, depuis le début de l’invasion russe en Ukraine.

Dès le début de la dernière agression russe en Ukraine, l’UE s’est empressée d’instaurer de nouvelles sanctions contre l’économie russe et, pour la première fois dans l’histoire de l’organisation, elle a décidé d’apporter une aide militaire à un autre pays, l’Ukraine.

Outre ces mesures, la commissaire européenne Ursula Von Der Leyen a également annoncé lundi28 février, dans une interview accordée à Euronews, la fermeture de l’espace aérien européen aux avions russes et l’interdiction de deux diffuseurs russes, Russia Today et Sputnik News, qu’elle considère comme la “machine de propagande de la guerre du Kremlin”

En pleine guerre économique et de propagande entre l’UE et la Russie, nous pouvons comprendre pourquoi l’Union a décidé d’interdire ces deux chaînes publiques russes. Cependant, cette dernière interdiction ouvre également une boîte de pandore pour ce que l’Union européenne prétend être ses valeurs fondamentales : la liberté d’expression et la liberté de la presse. Quelle que soit l’aversion que l’on peut avoir pour les médias russes, cette décision remet en question l’une des valeurs fondamentales de l’Union européenne.

Réponse de la direction de l’UE

Dans le même entretien avec Euronews, Mme Von der Leyen commence par rappeler le soutien que l’UE a apporté à l’Ukraine jusqu’à présent :

“Nous savons que toute guerre a un coût et la solidarité est énorme avec l’Ukraine. Si vous regardez les réfugiés qui sont accueillis dans l’Union européenne, le soutien financier, maintenant le soutien en équipement militaire, tout cela montre qu’il y a une forte solidarité avec l’Ukraine.

Ils partagent nos valeurs.

Ils défendent nos principes.


Ce sont eux qui veulent une démocratie pacifique.

Et la Russie attaque cela et donc ils méritent notre entière solidarité et ils l’ont.”

Remarquez la position normative de la commissaire dans ces mots. Von der Leyen déclare que parce que l’Ukraine défend les valeurs et les principes de l’UE, non seulement elle a été attaquée par la Russie, mais elle mérite et bénéficie de la pleine solidarité de l’Union. Dans cette phrase, Von der Leyen ne défend pas seulement les valeurs ukrainiennes, mais aussi celles de l’Union européenne, en projetant les normes de l’Union en Ukraine.

Interrogée sur l’opportunité de l’adhésion de l’Ukraine, la commissaire a répondu :

“Nous avons un processus avec l’Ukraine qui consiste, par exemple, à intégrer le marché ukrainien dans le marché unique que nous avons. Nous avons une coopération très étroite sur le réseau énergétique, par exemple. Autant de sujets sur lesquels nous travaillons en étroite collaboration, et ce, au fil du temps,

Ils nous appartiennent, ils sont des nôtres et nous voulons qu’ils soient là”.

Après avoir énoncé les différents modes de coopération entre l’Ukraine et l’Union européenne, Mme Von der Leyen a finalement déclaré : L’Ukraine leur appartient, ils sont l’un des leurs et ils veulent qu’ils soient là. La commissaire a fait preuve d’une grande prudence dans sa formulation, évitant d’utiliser les mots “adhésion” et “élargissement”, tout en affirmant que l’Ukraine appartient au bloc et qu’elle “veut qu’ils entrent”, laissant des indices qui semblent soutenir la candidature de l’Ukraine à l’UE.

Lorsqu’on lui a demandé si l’UE faisait quelque chose pour cette nouvelle vague de réfugiés ukrainiens, Mme Von der Leyen a répondu :

“Nous nous préparons depuis des semaines à différentes options, et bien sûr, il y a une énorme ouverture pour accueillir ces réfugiés. Nous avons des plans d’urgence avec différents États membres et, bien entendu, tous les États membres qui ne sont pas en première ligne sont également disposés à accueillir des réfugiés.

Lorsqu’on lui a demandé si Ursula allait déclencher la loi européenne sur la protection des réfugiés, elle a répondu :

“Si cela s’avère nécessaire, nous pouvons bien sûr le faire à tout moment. Nous sommes donc très ouverts à cette idée et nous en discuterons avec tous les États membres.”

La cohésion de l’Union européenne est également remodelée par cette dernière crise, montrant jusqu’où l’Union européenne, en particulier les États membres de l’Est, sont prêts à aller pour fournir une assistance à l’Ukraine et aux citoyens ukrainiens face à ce conflit. Les États membres de l’Est, qui étaient auparavant opposés à l’accueil de réfugiés du Moyen-Orient, sont très flexibles et réceptifs à l’accueil de demandeurs d’asile ukrainiens.

L’opinion du premier ministre bulgare Kiril Petkov, qui est un grand tabou en Europe de l’Ouest mais pas à l’Est, est assez révélatrice des raisons de leur flexibilité vis-à-vis des Ukrainiens:

“Ce ne sont pas les réfugiés auxquels nous sommes habitués ; ces gens sont des Européens. Ces personnes sont intelligentes. Ce sont des gens éduqués…. Ce n’est pas la vague de réfugiés à laquelle nous sommes habitués, des gens dont nous n’étions pas sûrs de l’identité, des gens au passé peu clair, qui auraient même pu être des terroristes.

En d’autres termes, il n’y a pas un seul pays européen qui a peur de la vague actuelle de réfugiés.”

En bref, l’ouverture et la réceptivité des réfugiés ukrainiens par les États d’Europe de l’Est, voire l’ensemble de l’Union européenne, sont dues aux proximités historiques et culturelles, mais aussi à la confiance dans une communauté déjà bien intégrée et établie dans toute l’Europe. Les pairs se reconnaissent entre eux.

ukraine, energy, russia, war, donbass, economy, dependency, gas,

Vers un élargissement de l’Europe en Ukraine ?

Le commissaire a également affirmé que ce conflit allait changer la donne pour l’Europe :
“Tout d’abord, nous assistons à une coopération et à une solidarité sans précédent de toutes les démocraties. Nos amis américains, le Royaume-Uni et le Canada, rejoints par le Japon et la Corée du Sud, pour n’en citer que quelques-uns. L’Australie fait également partie du groupe, ce qui montre que nous sommes solidaires pour défendre la démocratie.

Pour l’Union européenne, il est important que nous défendions notre ordre de paix, l’ordre fondé sur des règles et que nous soyons très clairs en tant que puissance, en tant qu’Union européenne, que nous ne tolérons pas sur le sol européen, le piétinement de nos valeurs.”

Ursula termine cette petite interview avec Euronews en disant que la paix est toujours préférable à la guerre et que la confiance en Vladimir Poutine est complètement érodée, montrant à quel point ce conflit a profondément entamé les relations entre l’UE et la Russie.

La dernière phrase citée est assez révélatrice. Le commissaire réaffirme avant tout le besoin de paix. L’une des pierres angulaires de l’Union européenne est la compréhension des différentes parties par le dialogue mutuel et le besoin de paix. L’Union a reçu le prix Nobel de la paix en 2012, en reconnaissance de plus de 60 ans de paix, de réconciliation et de démocratie. Après le besoin de paix, vient l’État de droit et le respect de ses valeurs, mais le plus révélateur de tous est la reconnaissance de l’Union européenne comme une puissance avec laquelle il faut compter et qui est capable de fixer ses propres lignes rouges, sur les valeurs et les principes qu’elle défend.

Nous sommes très clairs en tant que puissance, en tant qu’Union européenne, que nous ne tolérons pas sur le sol européen, le piétinement de nos valeurs.”

L’invasion russe en Ukraine s’avère être un changement de donne au sein de l’Union européenne. Les États membres d’Europe de l’Est sont maintenant plus réceptifs que jamais aux réfugiés [d’autres pays européens]. Le Danemark doit également se prononcer sur son adhésion à la politique de défense de l’UE en juin prochain, près de 30 ans après que les Danois aient choisi de s’en retirer. L’Allemagne décide de geler la certification de Nord Stream 2, malgré l’effondrement des prix de l’énergie, prouvant ainsi à quel point elle prend au sérieux les sanctions contre la Russie et la défense de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Rien n’unit mieux qu’un ennemi commun.

Quant à l’Ukraine. La guerre fait toujours rage. Le président Zelensky a déjà déposé une demande d’adhésion, suivi par la Géorgie et la Moldavie, les deux autres pays qui ont signé des accords de libre-échange avec l’UE. Une majorité écrasante de députés européens a également soutenu l’idée d’une résolution non contraignante, exigeant que l’Ukraine reçoive le statut de candidat conformément aux traités de l’UE et à une approche “fondée sur le mérite”. Ceci, toutefois, est à considérer si l’Ukraine existe à ce stade. Le président Poutine l’a laissé entendre samedi:

“S’ils continuent à faire ce qu’ils font [résister], ils remettent en question l’avenir de l’État ukrainien”, a-t-il déclaré. “Et si cela se produit, ce sera entièrement sur leur conscience”

Personne ne sait vraiment quelle sera l’issue de cette guerre et les conséquences géopolitiques qu’elle aura au niveau mondial, mais les effets se font déjà sentir dans le monde entier. Hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires, effondrement des prix de l’énergie, inflation générale, un million de réfugiés ukrainiens ont déjà franchi les frontières de l’UE et ces chiffres ne concernent que les premières semaines du conflit, selon les dernières estimations. Une chose est sûre : ce conflit façonnera l’avenir de l’Europe et du monde dans les années à venir.

Bibliographie

Amt, Auswärtiges. ‘Anniversaire du prix Nobel de la paix 2012 pour l’UE : Un prix pour tous en Europe”. Présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Consulté le 6 mars 2022. https://www.eu2020.de/eu2020-en/news/article/nobel-prize-eu-2012/2425320.

Crowcroft, Orlando. mEPs Vote Overwhelmingly to Condemn Russia’s Invasion of Ukraine”. euronews, 1 mars 2022. https://www.euronews.com/my-europe/2022/03/01/meps-vote-overwhelmingly-to-condemn-russia-s-invasion-of-ukraine.

US News & World Report. denmark to Boost Defence Spending and Phase Out Russian Gas “. Consulté le 6 mars 2022. //www.usnews.com/news/world/articles/2022-03-06/denmark-to-vote-on-joining-eus-defence-policy-this-year-danish-media.

L’encyclopédie Princeton de l’autodétermination. géorgie : Abkhazie et Ossétie du Sud “. Consulté le 6 mars 2022. https://pesd.princeton.edu/node/706.

POLITICO. georgia, Moldova Follow Ukraine in Applying to Join EU “, 3 mars 2022. https://www.politico.eu/article/georgia-and-moldova-apply-for-eu-membership/.

Liboreiro, Jorge. l’Ukraine fait pression pour adhérer à l’UE. But What Are the Real Chances ?” euronews, 1er mars 2022. https://www.euronews.com/my-europe/2022/03/01/ukraine-is-pushing-for-eu-membership-but-what-are-the-real-chances.

Marsh, Sarah, et Madeline Chambers. germany Freezes Nord Stream 2 Gas Project as Ukraine Crisis Deepens “. Reuters, 22 février 2022, sec. Energy. https://www.reuters.com/business/energy/germanys-scholz-halts-nord-stream-2-certification-2022-02-22/.

Presse -, The Associated. europe’s Treatment of Ukrainian Refugees Is Starkly Different from What Syrians Experienced, Say Some | CBC News’. CBC, 1er mars 2022. https://www.cbc.ca/news/world/europe-racism-ukraine-refugees-1.6367932.

POLITICO. putin Threatens Ukraine’s “Statehood”, Says No-Fly Zone Would Be Read as Act of War”, 6 mars 2022. https://www.politico.eu/article/putin-threatens-ukraines-statehood-says-no-fly-zone-would-be-read-as-act-of-war/.

Socolovsky, Jerome, et Jonathan Franklin. a Million People Have Fled Ukraine as Russia Nears Takeover of Port City “. NPR, 3 mars 2022, sec. Europe. https://www.npr.org/2022/03/02/1084100763/1-million-refugees-fled-ukraine.

Commission européenne – Commission européenne. déclaration de la présidente von Der Leyen sur l’Ukraine. Texte. Consulté le 6 mars 2022. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/statement_22_1441.

Times, The Moscow. ukrainians’ Support for Joining NATO Hits Record High – Poll “. The Moscow Times, 18 février 2022. https://www.themoscowtimes.com/2022/02/18/ukrainians-support-for-joining-nato-hits-record-high-poll-a76442.

ukraine – La crise en Crimée et en Ukraine de l’Est | Britannica. Consulté le 6 mars 2022. https://www.britannica.com/place/Ukraine/The-crisis-in-Crimea-and-eastern-Ukraine.

ukraine – Le mouvement de protestation Maidan | Britannica’. Consulté le 6 mars 2022. https://www.britannica.com/place/Ukraine/The-Maidan-protest-movement.

euronews. ukraine One of Us and We Want Them in EU, von Der Leyen Tells Euronews “, 27 février 2022. https://www.euronews.com/2022/02/27/ukraine-is-one-of-us-and-we-want-them-in-eu-ursula-von-der-leyen-tells-euronews.

Henrique Horta

Henrique Horta, est diplômé de l’université ISCTE-IUL de Lisbonne avec un master en relations internationales, la thèse portant sur l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Avec des connaissances en démographie, en sciences politiques et en histoire , Horta connaît également le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais, ce qui lui donne une vision plus atlantiste de l’Europe centrale.