Skip to main content

L’agenda de la politique étrangère de la Turquie a été façonné pendant des décennies par les arrangements politiques de la guerre froide. L’orientation incontestable de la Turquie vers l’Occident n’est pas un phénomène temporaire. Il s’agit d’une tradition qui remonte aux années 1920, lorsque Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République de Turquie, a entamé ce que l’on appelle l'”occidentalisation” du pays en introduisant d’importantes réformes basées sur le modèle de l’Europe occidentale.

En tant qu’allié géostratégique des puissances occidentales, la Turquie a joué un rôle essentiel dans le monde bipolaire de l’après-Seconde Guerre mondiale. Depuis l’adhésion de la Turquie au Conseil de l’Europe en 1949 et son engagement actif dans l’OTAN en 1952, son orientation vers l’Occident n’a cessé d’évoluer. La signature de l’accord d’association (accord d’Ankara) entre la Communauté européenne (CE) et la Turquie en 1963 a démontré l’intention stratégique à long terme de la Turquie de devenir un membre à part entière de la Communauté européenne. En 1986, 25 ans plus tard, la Turquie a officiellement posé sa candidature à l’adhésion à l’UE. Depuis le début des années 2000, la Turquie a adopté une série de réformes. Après la victoire électorale du parti islamiste modéré Justice et Développement (AKP) en 2002, la Turquie a fait un grand pas vers l’adhésion à l’UE et les pourparlers ont commencé le 3 octobre 2005.

Les relations entre l’UE et la Turquie ont été fortement influencées par les ambitions d’adhésion de la Turquie et son programme de politique étrangère s’est fortement aligné sur celui de l’UE. Toutefois, l’implication récente de la Turquie dans le Caucase du Sud et la région de la mer Noire indique un passage d’un agenda influencé par l’UE à une politique étrangère turque plus indépendante. La fin de la bipolarité dans la politique internationale en 1989 et le rapprochement des États d’Europe centrale et orientale avec l’UE, suivi de leur adhésion en 2004, ont eu un impact significatif sur l’orientation géopolitique de la Turquie et la perception globale du pays dans son ensemble.

La Turquie et ses objectifs géopolitiques

D’un point de vue géopolitique, la Turquie a un désir naturel d’étendre sa sphère d’influence au-delà des eaux qui l’entourent. La nation est donc décrite comme une puissance “littorale”, perpétuellement prise dans un jeu d’équilibre entre l’Est et l’Ouest. Cette situation a donné lieu à une perception largement répandue selon laquelle Ankara doit répondre avec force au scénario actuel. Cette réalité est antérieure à la création de la République turque et trouve son origine dans la fin de l’Empire ottoman. Tout au long de l’histoire moderne de la région, la Russie et la Turquie ont été engagées dans une compétition existentielle. Plusieurs facteurs contribuent à l’importance stratégique de la mer Noire. Elle a une longue histoire de relations culturelles, politiques et économiques. Elle ancre avec succès les pays d’Europe centrale et orientale dans la communauté euro-atlantique. Il ne fait aucun doute que les facteurs géopolitiques doivent être examinés en relation avec l’emplacement des réserves de pétrole et de gaz et les voies par lesquelles le pétrole brut peut être acheminé vers le marché, telles que les pétroliers, les oléoducs et les chemins de fer.

L’absence de soutien explicite de la Turquie à l’invasion de l’Irak par les États-Unis et plusieurs États membres de l’Union européenne en 2003 a marqué le début de la nouvelle stratégie de la Turquie. Depuis lors, la politique étrangère de la Turquie a régulièrement adopté une position plus autonome en matière de politique internationale vis-à-vis des États-Unis et de l’Union européenne. La Turquie semble désormais rechercher un plus grand degré de manœuvrabilité et construire une vision multidimensionnelle de sa géopolitique dans la région, en forgeant de nombreuses interactions avec ses voisins et en renforçant sa position dans son voisinage immédiat.

L’importance géopolitique de la région de la mer Noire au sens large s’est accrue ces dernières années en raison des préoccupations liées à la sécurité énergétique. Un passage sûr par la haute mer égéenne est essentiel pour tous les États riverains de la mer Noire dont les navires marchands et les navires de guerre ont besoin d’accéder à la Méditerranée et à ses environs. La Russie et l’Ukraine sont en conflit à propos de frontières non définies et de la domination régionale. Moscou a cherché à contrôler le transport du pétrole brut de la région caspienne vers les États membres de l’UE afin de s’assurer que l’économie russe bénéficie de l’énergie de l’Asie centrale avec un minimum d’effort, tandis que Transnet et Gasport peuvent transporter le pétrole et le gaz naturel russes vers le marché européen lucratif à un coût plus élevé. Gazprom a également commencé à facturer beaucoup plus cher le gaz qu’il transporte vers les pays de la région de la mer Noire.

Développement économique et internationalisation de la Turquie

Au fil des décennies, l’économie turque est passée d’une économie basée principalement sur l’agriculture et une main-d’œuvre abondante et peu qualifiée, employée principalement dans l’industrie textile, à une économie industrielle. La Turquie est l’un des principaux constructeurs automobiles européens, l’un des leaders mondiaux de la construction navale et l’un des principaux producteurs d’électronique et d’appareils électroménagers, notamment de téléviseurs et de machines à laver. Dans le secteur de l’électronique, l’industrie des appareils ménagers s’est développée rapidement, les entreprises nationales (Vestel, Beko) étant d’importants exportateurs. Les produits turcs font l’objet d’une demande croissante sur les marchés nationaux ainsi que dans les pays en développement et en transition, bien qu’il ne s’agisse pas de marques haut de gamme, mais plutôt de produits à prix bas ou moyen. Plusieurs constructeurs automobiles multinationaux (Ford, Renault, Fiat, Hyundai, Toyota, Honda, Opel, Mercedes et MAN) ont délocalisé une partie de leur capacité de production en Turquie, en grande partie grâce à l’accord d’union douanière UE-Turquie, qui permet la libre exportation des marchandises vers le marché unique européen. Les marques nationales (Otokar, BMC et Temsa) dominent la production d’autobus. Comme le montrent les graphiques ci-dessous, les exportations turques vers l’UE ont connu une forte hausse en 2021 et celles liées au secteur automobile turc sont revenues à des niveaux pré-pandémiques après avoir atteint un pic en 2018.

Turkish exports

Turkish automotive exports

En outre, la mondialisation croissante de l’économie turque a fait du pays un investisseur international. Avant les années 1980, l’économie turque était plutôt fermée. L’industrialisation par substitution des importations que la Turquie a poursuivie était axée sur les marchés intérieurs, et la majorité des entreprises privées appartenant à l’État ou subventionnées par l’État n’avaient ni la motivation ni la possibilité de s’étendre à de nouveaux marchés. Toutefois, la hausse des prix du pétrole et les difficultés économiques des années 1970 ont contraint l’Égypte à ouvrir son économie. Dans le cadre d’un changement radical de politique économique, la Turquie a commencé à promouvoir l’orientation vers l’exportation en tant que principale stratégie de croissance industrielle. En conséquence, le gouvernement a considérablement encouragé la production à l’exportation en prenant en charge 30 % des coûts d’exportation des entreprises et en leur permettant de réaliser des économies sur les coûts de l’énergie et du transport.

La stratégie de commerce extérieur de la Turquie a changé tant dans son idéologie que dans sa mise en œuvre. Ahmet Davutolu, le principal protagoniste de la nouvelle politique étrangère, a souligné l’importance de la profondeur stratégique : au lieu d’être à la périphérie de l’Europe, la Turquie, en tant que pays stratégiquement situé, devrait utiliser sa position pour construire sa propre importance régionale. Dans le cadre de cette stratégie, la Turquie a adopté une politique étrangère “sans problème” à l’égard de ses voisins et a cherché à cultiver l’image d’un État commerçant qui privilégie les relations commerciales positives aux conflits politiques internationaux stériles. Associée à une forte reprise économique au début du XXIe siècle, cette approche a renforcé l’importance des relations régionales et mondiales. L’importance économique des régions voisines (les Balkans, le Caucase, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et l’Asie centrale) s’est accrue après la crise financière de 2008. Cela s’est traduit non seulement par une augmentation du volume des échanges commerciaux avec ces régions et pays, mais aussi par une augmentation des activités d’investissement. Dans les sections suivantes, nous examinerons les différents types d’IDE turcs à l’étranger, en mettant l’accent sur l’Europe de l’Est.

Turkish export partners

Investissements étrangers turcs en Europe de l’Est

En termes d’IDE non financier à l’étranger, l’Allemagne et l’Autriche sont les principales destinations, avec la Suisse et les Pays-Bas. Il existe également un lien entre la part de la population turque dans les pays d’Europe occidentale et ces pays. Parmi les pays en transition d’Europe de l’Est, la Russie, l’Azerbaïdjan, la Roumanie, la Bulgarie et, plus récemment, les Balkans occidentaux sont les principales destinations des investissements de la Turquie. Bien que les pays de Visegrad ne figurent pas parmi les principales destinations des investissements turcs, l’expérience de la région en matière d’investissements turcs mérite d’être analysée.

Bien que le montant total des investissements en Europe de l’Est soit inférieur à celui de l’Europe occidentale, davantage d’entreprises y ont investi. Cela suggère que les entreprises plus petites et plus enclines à prendre des risques ont investi davantage en Europe de l’Est, tandis que les entreprises plus grandes, à plus forte intensité de capital et disposant d’une expertise du marché ont investi davantage en Europe de l’Ouest. Les multinationales qui ont investi en Europe de l’Est ont fait preuve d’une plus grande souplesse pour s’adapter aux conditions locales ; elles n’ont pas été découragées par les ambiguïtés juridiques et les obstacles bureaucratiques liés à l’obtention de licences et de permis, ayant eu à faire face à des problèmes similaires dans leur pays d’origine. Il est clair que ces entreprises exploitent leurs avantages stratégiques, qui découlent des connaissances qu’elles ont acquises en opérant en Turquie et dans les régions voisines. Toutefois, des facteurs propres au pays, tels que la proximité géographique et culturelle et la disponibilité d’une main-d’œuvre bon marché et qualifiée, constituent également des avantages clés.

Aujourd’hui, l’Europe du Sud-Est (les Balkans) est encore plus importante pour les investisseurs turcs : de nombreuses entreprises investissent dans la région comme un tremplin pour devenir des acteurs régionaux. Elles investissent principalement dans les infrastructures (communications, finance, commerce de détail, tourisme et routes), bien que le rôle de l’industrie manufacturière soit de plus en plus important. Malgré cela, la Turquie reste un acteur relativement tardif dans la région. Les entreprises de l’UE ont pris le contrôle d’industries clés (comme la société allemande Deutsche Telekom dans les télécommunications ou la société grecque OTE dans le secteur bancaire). La Grèce continue de jouer un rôle économique crucial dans la région, bien qu’elle ait été durement touchée par la crise financière. La Turquie a pris du retard dans le ciblage d’industries clés, les objectifs russes, par exemple dans le secteur de l’énergie, sapant ses efforts. Plusieurs caractéristiques du plan d’investissement de la Turquie en Europe du Sud-Est sont pertinentes pour d’autres régions voisines. L’investissement financier est crucial ; l’introduction de banques turques dans un pays a ouvert la voie à des relations commerciales ultérieures en fournissant aux investisseurs des informations précieuses sur le pays.

Turkish outward direct investments

Attractivité de l’Europe de l’Est

Après 2004, l’attractivité des nouveaux États membres de l’UE en Europe de l’Est s’est accrue. Pour de nombreuses entreprises, les avantages liés au statut de société internationale ont constitué un facteur important d’investissement à l’étranger. De nombreuses PME ou grandes entreprises tournées vers l’exportation souhaitaient renforcer leurs chaînes de valeur et faciliter l’intégration régionale en investissant à l’étranger. Bien que les Balkans aient été la première étape à l’étranger pour la plupart des entreprises turques, les pays d’Europe centrale et orientale peuvent également être une bonne option pour ceux qui cherchent à s’ouvrir aux marchés européens.

La région a également bénéficié de l’adhésion à l’UE grâce à l’augmentation du soutien financier de l’UE pour les investissements dans les infrastructures. Par rapport au Moyen-Orient, l’amélioration des infrastructures dans la région de l’Europe de l’Est a créé un environnement commercial beaucoup plus favorable. En outre, les entreprises de construction turques ont participé à certains investissements financés par l’UE, comme la participation de Gülermak à la construction du métro de Varsovie et d’autoroutes en Pologne. L’augmentation des investissements et de l’activité de consommation du secteur privé a également attiré les entreprises turques, qui ont lancé ou participé à plusieurs projets de construction commerciale (centres commerciaux, bâtiments commerciaux et résidentiels).

En outre, l’importance du soutien gouvernemental pour attirer les investissements étrangers directs est de plus en plus grande. La plupart des pays d’Europe centrale et orientale tentent d’attirer les investisseurs, et la Turquie est l’une des principales cibles en raison de sa proximité, de ses performances économiques dynamiques et de l’intérêt croissant pour l’investissement dans la région de l’Europe de l’Est. Les incitations à l’investissement proposées par les autorités nationales et locales sont également devenues un facteur décisif. La plupart des pays de la région tentent d’attirer les investissements directs étrangers, en particulier dans les secteurs de l’industrie manufacturière et des services à forte intensité technologique, et les autorités chargées de la promotion des investissements accordent divers types d’incitations. Dans un cas récent de 2018, l’Agence hongroise de promotion des investissements (HIPA) a obtenu un ensemble d’incitations financées par le gouvernement avec une contrepartie de 50 % pour soutenir le projet d’investissement de plusieurs millions d’euros de Metyx visant à agrandir son usine de production de matériaux composites à Kaposvár.

Enfin, la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée et le coût relativement faible de la main-d’œuvre ont également constitué des facteurs d’attraction. Le salaire minimum et le coût total de la main-d’œuvre sont environ 10 % plus élevés qu’en Turquie, ce qui signifie que les investissements à forte intensité de main-d’œuvre sont plus susceptibles d’être réalisés dans les pays à bas salaires d’Europe du Sud et de l’Est. Cependant, un problème récent mentionné par plusieurs investisseurs est l’incapacité à trouver suffisamment de main-d’œuvre dans les pays d’Europe de l’Est. Les jeunes partent chercher du travail en Europe occidentale, tandis que l’on tente de combler la pénurie de main-d’œuvre par des travailleurs temporaires originaires des pays voisins, tels que l’Ukraine et la Biélorussie.

En conclusion, l’Europe de l’Est représente pour les investissements turcs une passerelle vers le continent occidental et une occasion d’en tirer un bénéfice économique mutuel. Conformément à l’objectif de la Turquie d’accroître son indépendance en adoptant une position à multiples facettes sur la scène internationale, il est fort probable que les liens et les partenariats actuels se renforcent, ouvrant la voie à un développement économique accru dans la région de l’Europe de l’Est.

Références

Szigetvári, T. (2020). Investissements turcs en Europe centrale et orientale : Motivations et expériences. In : Szunomár, Á. (eds) Emerging-market Multinational Enterprises in East Central Europe. Studies in Economic Transition.

Ayden, Y., Demirbag, M., & Tatoglu, E. (2018). Turkish Multinationals. Entrée sur le marché et stratégie post-acquisition. Cham : Palgrave Macmillan.

Culpan, R. et Akcaoglu, E. (2018). Un examen des investissements turcs en Europe centrale et orientale et dans la Communauté des États indépendants. In S. T. Marinova & M. A. Marinov (Eds.), Foreign Direct Investment in Central and Eastern Europe (pp. 181-200). Londres ; New York : Routledge.

Djurica, D. (Ed.). (2015). Renforcer la coopération économique entre l’Europe du Sud-Est et la Turquie. Sarajevo : Conseil de coopération régionale.

Egresi, I., & Kara, F. (2015). Influences de la politique étrangère sur l’investissement direct à l’étranger : The Case of Turkey. Journal of Balkan and Near Eastern Studies, 17(2), 181-203.

Anil, I., Tatoglu, E. et Ozkasap, G. (2014). Ownership and Market Entry Mode Choices of Emerging Country Multinationals in a Transition Country : Evidence from Turkish Multinationals in Romania. Journal of East European Management Studies, 19(4), 413-452.

Berktay (2013). The Turkish – Slovakian Relationship Experiences Its Golden Era (Les relations turco-slovaques connaissent leur âge d’or). TUID

Uray, N., Vardar, N. et Nacar, R. (2012). International Marketing-Related Outward FDI Motives : Turkish MNCs’ Experience in the EU. In R. van Tulder, A. Verbeke, & L. Voinea (Eds.), New Policy Challenges for European Multinationals (pp. 305-338)

Glowik, M. (2009). Market Entry Strategies : Internationalization Theories, Network Concepts and Cases of Asian firms. München : Oldenbourg.

×