Skip to main content

Vous pouvez lire notre article sur la ville intelligente de Tallin ici.

Le changement climatique, le développement durable et la sensibilisation à l’environnement dominent de plus en plus le discours mondial. Les innovations technologiques et les nouveaux modèles d’entreprise sont considérés comme des moyens essentiels pour résoudre ces problèmes. Il est essentiel de comprendre les défis et les opportunités à multiples facettes de l’entrepreneuriat vert pour favoriser le développement durable.

En Estonie, les entreprises perçoivent généralement la transition écologique comme un parcours semé d’embûches, principalement en raison des obstacles financiers, du manque de soutien politique global, des incertitudes réglementaires et de la demande limitée des consommateurs[1] La transition est souvent considérée comme une entreprise coûteuse, motivée par des décisions politiques plutôt que par les forces du marché. La pression pour s’adapter provient principalement des sphères politiques, laissant les entreprises dans l’appréhension des implications financières et des changements opérationnels nécessaires.

Toutefois, ces défis s’accompagnent d’opportunités que certaines entreprises tournées vers l’avenir commencent à reconnaître. Les innovations en matière de technologies vertes, la taxation favorable des produits verts et l’augmentation de l’efficacité de la production sont autant d’avantages qui peuvent être exploités. Cependant, ces opportunités sont souvent éclipsées par des préoccupations liées à la perte d’un avantage concurrentiel, à la gestion des crises actuelles telles que COVID-19 et les hausses des prix de l’énergie, et à la nécessité d’investir et de planifier à long terme[2]

La double transition souligne la nécessité d’une approche synergique des transformations numériques et écologiques. Lorsque les entreprises considèrent la transition comme une chance de lancer de nouveaux produits ou de collaborer plus étroitement avec les domaines scientifiques et industriels, elles sont plus susceptibles de percevoir ces changements comme des opportunités. Cette convergence ne concerne pas seulement l’adoption de nouvelles technologies, mais aussi la refonte des modèles d’entreprise pour les rendre plus durables et plus efficaces[3]

L’intégration de la durabilité dans les processus d’entreprise se fait de plus en plus par le biais de l’innovation technologique. Les entreprises du monde entier adoptent les énergies renouvelables, améliorent l’efficacité énergétique et investissent dans des technologies telles que le captage et le stockage du carbone pour atténuer le changement climatique. Le développement des véhicules électriques, du stockage des batteries, des bâtiments écologiques et des principes de l’économie circulaire illustre l’intégration de technologies de pointe pour réduire l’impact sur l’environnement. En outre, des secteurs tels que l’agriculture tirent parti des technologies numériques pour optimiser les processus et réduire les déchets.

La transition verte et numérique de l’Europe

L’engagement de l’Union européenne à devenir un continent neutre en carbone d’ici 2050 s’incarne dans la “transition verte” Ce plan ambitieux consiste à accroître l’utilisation des énergies renouvelables, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à promouvoir les transports et l’agriculture durables. La “double transition” en Europe fait référence à cette transition verte couplée à une transition vers une économie numérique, utilisant les nouvelles technologies pour stimuler la compétitivité et créer des emplois.

Les initiatives de l’UE, telles que le marché vert européen et le marché unique numérique, visent à favoriser cette double transition. Consciente de l’interdépendance des transitions numérique et écologique, l’UE s’efforce de générer simultanément de la croissance, de l’emploi et de la protection environnementale.

L’impact de la double transition varie considérablement en Europe, en fonction des caractéristiques socio-économiques et territoriales régionales. Les régions métropolitaines qui se distinguent par leurs services à forte intensité de connaissances sont mieux placées pour tirer parti de ces changements. À l’inverse, les régions agricoles ou moins développées économiquement ont plus de difficultés à s’adapter aux changements structurels induits par la double transition. Les régions de haute technologie présentent un potentiel de croissance globale plus important, tandis que les régions à forte intensité de carbone pourraient avoir du mal à suivre le rythme[4]

Tendances de la transition verte dans les pays nordiques et baltes

La région nordique et balte, dont l’Estonie fait partie, se caractérise par une interconnexion croissante des systèmes énergétiques, des paysages politiques et des différents secteurs, qui convergent tous vers une transition verte. Le Conseil nordique des ministres a envisagé une “transition verte numérique” pour la région, intégrant les énergies renouvelables et des politiques climatiques progressistes[5] Des pays comme la Finlande, la Norvège et le Danemark mettent en œuvre des politiques solides utilisant les technologies numériques pour faciliter la transition verte. Cette approche met l’accent sur le rôle actif des acteurs étatiques, de la technologie et de la collaboration industrielle pour parvenir à une croissance économique durable.

L’incursion militaire de la Russie en Ukraine en 2022 a souligné la nécessité de diversifier les sources d’énergie, comme l’a expliqué Kristi Klaas, secrétaire générale adjointe chargée de la transition verte au ministère estonien du climat[6]. Cet événement géopolitique a accéléré la transition de l’Estonie vers les énergies renouvelables, un processus qui était déjà en cours.

Sous la direction du Premier ministre Kaja Kallas, l’Estonie s’est officiellement engagée à cesser la production de schiste bitumineux d’ici 2040 et à atteindre une production d’électricité 100 % renouvelable d’ici 2030. Ce dernier objectif place notamment l’Estonie en tête des pays d’Europe centrale et orientale en matière d’engagement en faveur des énergies renouvelables.

Partenariat maritime finno-estonien : l’accord sur le corridor vert

Un cadre de collaboration impliquant un consortium d’autorités portuaires, de ministères et d’entreprises maritimes de Finlande et d’Estonie a été établi pour développer un corridor vert entre Helsinki et Tallinn. Cette initiative vise à améliorer la durabilité environnementale du transport maritime entre ces deux capitales[7]

Valdo Kalm, directeur général du port de Tallinn, a souligné la nécessité de dépasser les exigences réglementaires pour accroître la durabilité environnementale de la liaison Helsinki-Tallinn. Le consortium comprend des entités métropolitaines, des entreprises de transport maritime telles que AB Eckerö, Tallink Grupp et Viking Line, ainsi que le ministère estonien du climat, soutenu par le ministère finlandais des transports et des communications.

L’accord prévoit la création de feuilles de route complètes pour les compagnies maritimes, les autorités municipales et les administrations portuaires, ainsi que d’autres parties prenantes, afin de faciliter la transition vers des émissions nettes de carbone nulles. Ces feuilles de route définiront des critères spécifiques et des mécanismes de financement potentiels pour guider et accélérer les efforts de durabilité, selon le communiqué de presse conjoint.

Ville Haapasaari, directeur général du port d’Helsinki, s’est dit optimiste quant à la découverte de méthodes innovantes et efficaces pour lutter contre le changement climatique dans ce secteur[8] : “Nous nous réjouissons de la coopération que ce projet offre entre toutes les parties. Je suis convaincu que nous pouvons trouver des solutions intelligentes et meilleures pour lutter contre le changement climatique dans ce secteur et assurer la croissance et le bien-être futurs des deux pays”

Bien que l’accord préliminaire ne définisse pas les mesures explicites requises pour atténuer l’impact sur le climat, il s’aligne sur l’objectif plus large fixé par l’Organisation maritime internationale (OMI) sous l’égide des Nations unies, à savoir parvenir à zéro émission dans l’industrie du transport maritime d’ici à 2050 environ. L’alignement exact de cet objectif sur l’initiative du corridor vert entre Tallinn et Helsinki reste à clarifier.

Green Corridor
Tableau de l’accord sur le corridor vert

Leadership numérique et vert de l’Estonie

En 2023, Tallinn obtient le titre de Capitale verte de l’Europe, se distinguant par son engagement en faveur de la biodiversité, de la gouvernance durable et de l’éco-innovation. Cette reconnaissance souligne non seulement la richesse de son charme historique, mais aussi son importance en tant que centre de progrès technologique et de durabilité.

Comme nous l’avons déjà souligné, Tallin est un centre intelligent en plein essor : son secteur des technologies de l’information en plein développement, qui comprend plusieurs startups évaluées à plus d’un milliard de dollars, connues sous le nom de “licornes estoniennes”, comme Bolt, démontre son statut de centre d’innovation verte[9]. La semaine Greentech organisée par la ville en novembre souligne encore son engagement en faveur de l’éco-innovation, en attirant des experts internationaux et des visionnaires dans le domaine des technologies durables.

Le programme des pistes vertes de Tallinn et d’autres projets innovants tels que la transformation de la place de l’hôtel de ville en un parc pop-up illustrent l’engagement de la ville en faveur de l’écologisation des espaces urbains. Les contributions des étudiants de l’Académie estonienne des arts ajoutent au paysage urbain des œuvres d’art sensibles au climat, ce qui renforce encore son engagement en faveur d’un avenir durable.

Le titre de Capitale verte de l’Europe décerné à Tallinn est plus qu’une reconnaissance, c’est un témoignage de son engagement durable en faveur d’un avenir durable et innovant. La ville constitue une référence en matière d’intégration du développement urbain et de la conscience environnementale, inspirant les villes du monde entier à suivre ses traces vertes.

L’initiative “Test in Tallin

L’initiative “Test it in Tallinn” reflète l’ambition de la ville en matière de mobilité durable et d’efficacité énergétique, en invitant les entreprises à tester des solutions intelligentes[10]. La collaboration est un élément clé de l’approche de Tallinn, avec divers partenariats qui renforcent la durabilité dans la vie urbaine. La riche biodiversité de la ville, qui comprend de vastes zones protégées, témoigne de son engagement à préserver la nature au milieu du développement urbain.

Sur les sept candidatures qui sont passées à la troisième étape du concours Test in Tallinn, quatre ont été sélectionnées en septembre 2023 pour un développement plus poussé, anticipant l’entrée dans la phase d’essai sous peu[11]. Notamment, toutes les candidatures approuvées provenaient d’entreprises étrangères, reflétant la collaboration internationale de Tallinn dans le domaine de l’innovation :

1. Urbanly (Argentine) : cette entreprise propose un logiciel conçu pour les urbanistes afin de simuler divers scénarios tenant compte de la disponibilité des services, des prix de l’immobilier et d’autres facteurs influents. Urbanly a l’intention d’affiner ses modèles et de recueillir des commentaires en appliquant son logiciel aux données de base de Tallinn, en collaboration avec les urbanistes de la ville.

2. Sam Corporation de Corée du Sud : Cette entreprise innovante a mis au point un jeu destiné à améliorer la créativité et les capacités d’expression des jeunes. Elle prévoit d’affiner et d’étendre son produit grâce à un partenariat avec Tallinn.

3. XD Visuals, Finlande : Spécialisée dans les logiciels qui fusionnent les environnements planifiés et existants dans un modèle d’information hybride 6D complet, XD Visuals cherche à utiliser les données fondamentales de Tallinn pour comprendre et améliorer les capacités de son produit.

4. MakeaBIM de Finlande : Cette entreprise a mis au point un logiciel piloté par l’IA qui génère des modèles de modélisation des informations du bâtiment (BIM) à partir de croquis en 2D. MakeaBIM est impatiente de tester sa technologie avec des croquis provenant de divers bâtiments appartenant à la ville de Tallinn.

Ces collaborations soulignent l’engagement de Tallinn à favoriser un écosystème innovant et à tirer parti de l’expertise internationale pour améliorer la planification et le développement urbains. La moitié des entreprises sont finlandaises, ce qui témoigne une fois de plus des relations étroites entre les deux pays en matière d’initiatives intelligentes.

Le tourisme vert : un secteur prometteur en Estonie

L’Estonie est en train de devenir une destination de premier plan pour les voyages durables, offrant aux voyageurs un large éventail d’expériences respectueuses de l’environnement. Sa facilité d’accès depuis les principales villes européennes et sa volonté délibérée de promouvoir le tourisme durable en font un joyau caché pour les personnes soucieuses de leur impact sur l’environnement. Voici un bref aperçu de ce qui fait de l’Estonie une destination attrayante pour le tourisme vert :

1. Nature sauvage et tourbières : L’Estonie s’enorgueillit d’une nature parmi les plus sauvages d’Europe, en particulier de ses anciennes tourbières, qui offrent une gamme d’activités à faible impact comme la randonnée, le kayak et la natation. Les tourbières, qui sont au cœur du folklore estonien, offrent un paysage unique aux amoureux de la nature et aux aventuriers.

2. Les initiatives vertes de Tallinn : En tant que capitale, Tallinn est reconnue pour son engagement en faveur du développement durable, ce qui lui a valu le titre de Capitale verte de l’Europe en 2023. Avec des initiatives telles que la gratuité des transports publics pour les résidents et un calendrier rempli d’événements écologiques, la ville offre un mélange de charme historique et de pratiques environnementales avant-gardistes.

3. Scène culinaire de la ferme à la table : Le monde culinaire estonien met l’accent sur les produits locaux et la durabilité, avec des restaurants qui s’engagent à respecter des normes éthiques et environnementales élevées. L’importance accordée par le pays à l’alimentation locale est illustrée par ses restaurants étoilés au guide Michelin, qui proposent des menus de saison et appliquent une philosophie “zéro déchet”.

4. Des hébergements respectueux de l’environnement : Des campings gratuits financés par le ministère estonien des forêts aux hébergements luxueux respectueux de la nature, l’Estonie offre un large éventail d’options d’hébergement durable. Les voyageurs peuvent profiter des grands espaces en réduisant au minimum leur empreinte sur l’environnement ou s’offrir un confort proche de la nature grâce à des hébergements certifiés par un label écologique.

Lake Peidra Estonia

Lac Paidra, Estonie

Conclusion

La transition vers une Europe durable est considérée non seulement comme un impératif environnemental, mais aussi comme une source d’opportunités commerciales et d’emplois locaux. Pour l’Estonie, qui dispose d’un secteur technologique solide et d’une infrastructure numérique très développée, la double transition offre une chance unique de faire progresser simultanément ses objectifs économiques et environnementaux. Toutefois, la concrétisation de ces avantages nécessite un effort collectif de la part des entreprises, des décideurs politiques et de la société dans son ensemble.

Pour les entreprises, cela signifie se préparer aux défis financiers, investir dans la connaissance et l’innovation, et se concentrer sur l’innovation verte. Les décideurs politiques sont appelés à fournir un soutien et des incitations plus clairs et plus cohérents pour l’adoption de technologies et de pratiques vertes. Ils doivent également veiller à ce que la transition soit équilibrée par des opportunités de marché tangibles et pas seulement par des pressions réglementaires. Pour la société, il est essentiel de sensibiliser aux avantages de la transition écologique et de soutenir les pratiques durables. Cet effort collectif peut stimuler la demande de produits et de services durables et faire en sorte que la transition écologique soit un parcours partagé et bénéfique pour tous.

Alors que l’Estonie et d’autres nations s’engagent dans la transition écologique, le chemin est jalonné de défis importants et d’opportunités prometteuses. En adoptant l’innovation, en encourageant la collaboration et en s’engageant dans des pratiques durables à long terme, le voyage vers un avenir vert et numérique peut conduire à une société plus résiliente et plus prospère.

Sources de l’information

  1. https://www.mdpi.co m/2071-1050/15/5/4172#B5-sustainability-15-04172 ↑

  2. https://link.spri nger.com/article/10.1007/s10640-022-00741-7 ↑

  3. https://sciendo.c om/article/10.2478/ie-2023-0010 ↑

  4. https://www.econstor.eu/handle/10419/278490 ↑

  5. https://norden.diva-portal.org/smash/get/diva2:1596448/FULLTEXT01.pdf ↑

  6. https://www.euronews.com/green/2023/09/30/baltic-sea-wind-and-a-brand-new-climate-law-heres-why-estonia-is-our-green-country-of-the- ↑

  7. https://www.smartcitiesworld.net/sea-travel/helsinki-and-tallinn-ports-enter-green-corridor-agreement-9444 ↑

  8. https://bunkermarket.com/helsinki-and-tallinn-ports-unite-for-maritime-green-corridor/ ↑

  9. https://incorporate.ee/business-environment/estonia-a-green-and-cleantech-paradise/ ↑

  10. https://www.tallinn.ee/en/tallinnovation/testintallinn

  11. https://www.tallinn.ee/en/tallinnovation/news/new-test-tallinn-projects-were-approved-innovation-committee ↑

×