Skip to main content

Le Danube est une artère majeure de Budapest, traversée par des ponts et empruntée par des péniches et des bateaux. Les Hongrois se rendent au lac Balaton, la propre mer intérieure du pays, pour se détendre et se divertir. Le microclimat particulier créé par la confluence des rivières Tisza et Bodrog donne de l’humidité aux vins de Tokaj. L’eau thermale jaillit sur la terre et la culture thermale célèbre son potentiel de guérison inhérent. Même l’histoire du château de Füzér, dans le nord de la Hongrie, qui date du XIe siècle, est intimement liée à l’eau. Peut-être l’importance de l’eau est-elle due au fait que la Hongrie est enclavée. Quelle que soit la raison, elle est fondamentale pour la culture et le mode de vie hongrois.

En tant que membre de l’Union européenne et partie à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, la législation nationale hongroise s’inspire des normes de la politique climatique de l’UE et des engagements de la CCNUCC[1] de l’UE. La Hongrie veille à ce que ses politiques nationales en matière de changement climatique soient conformes à l’Accord de Paris et au cadre de la politique climatique de l’UE, permettant ainsi leur mise en œuvre.

La Hongrie s’engage à soutenir les pays en développement dans la réalisation des composantes sociales, économiques, géographiques et environnementales du développement durable, car ils sont les plus vulnérables au réchauffement climatique et à la dégradation de l’environnement. Selon la Revue nationale volontaire 2018 de la Hongrie[2], l’environnement est au cœur du concept de durabilité.

La Hongrie est un pays enclavé qui comprend le lac Balaton, le plus grand lac d’Europe centrale. C’est un site important pour les espèces migratrices, partagé par trois comtés sur le lac lui-même et quatre sur son bassin versant. Les préoccupations actuelles en matière d’environnement en Hongrie portent sur la mise en conformité avec les normes de l’Union européenne de la gestion des déchets, de l’efficacité énergétique et des réglementations relatives à la pollution de l’air, du sol et de l’eau. Les principales ressources naturelles de la Hongrie sont la bauxite, le charbon, le gaz naturel, les sols riches et les terres arables.

L’eau comme ressource nationale primaire

La Hongrie estime que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement est l’un des principaux obstacles à la réalisation de la durabilité, et que le développement de ces services joue un rôle de plus en plus important dans la promotion du développement durable, de l’égalité et de la paix dans les pays en développement.

En outre, la sécheresse a été identifiée comme l’une des plus importantes vulnérabilités environnementales de la Hongrie, l’occurrence de la sécheresse et la gestion de l’eau étant les problèmes les plus importants.

D’autres vulnérabilités liées au changement climatique, telles que les impacts potentiels sur l’agriculture, la sécurité alimentaire et la dégradation des sols, sont en partie causées par des problèmes de gestion de l’eau. Comme dans de nombreux autres pays du bassin des Carpates, la sécheresse est un phénomène naturel récurrent et une source de tragédie en Hongrie.

La situation de sécheresse en Hongrie est unique à l’échelle mondiale. Dans le passé, il y a eu des sécheresses pluriannuelles, comme celle qui s’est produite entre 1983 et 1994. La sécheresse la plus récente a commencé en 2000, ce qui laisse supposer une période de retour plus courte que par le passé. Il n’est pas encore clair si nous observons une tendance influencée par le changement climatique ou si les événements que nous observons sont le résultat de la variabilité naturelle du climat. Par rapport aux sécheresses passées, lorsque la pression anthropique était moindre, l’impact des sécheresses est aujourd’hui fortement exacerbé par l’activité humaine.[3]

La Hongrie a une histoire de sécheresses importantes, qui ont eu des effets catastrophiques à plusieurs reprises. Les premières années du XXIe siècle ont été marquées par une longue période de sécheresse. L’année 2003 mérite une mention spéciale. Cette année-là, les précipitations minimales ont été accompagnées de températures élevées : le nombre moyen de jours où les températures maximales ont dépassé 30 degrés Celsius était de 45, dépassant les records précédents. Selon les prévisions, la sécheresse a causé des pertes agricoles de 50 à 55 milliards de HUF cette année.[4]

En juillet 2022, le service météorologique national hongrois a indiqué que la sécheresse touchait une grande partie du pays, précisant que les sécheresses devenaient plus fréquentes en raison d’étés plus chauds et de vagues de chaleur plus intenses. La situation était pire dans la grande plaine centrale et dans les régions situées à l’est de la rivière Tisza. Le climat de la Hongrie se caractérise par des sécheresses occasionnelles, bien que les étés soient devenus beaucoup plus chauds et les vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses au cours des dernières décennies.[5] Notamment, l’année 2021 était déjà plus sèche que la moyenne, mais les sept premiers mois de 2022 ont aggravé le déficit. Dix des douze directions de gestion de l’eau du pays se sont mises en alerte de pénurie d’eau. Toutefois, la demande accrue en eau a pu être satisfaite par la quantité d’eau qui avait été stockée auparavant.[6]

Le besoin d’eau douce

Dans un avenir prévisible, on prévoit que la consommation d’eau dans l’industrie et les municipalités restera relativement constante. L’industrie agricole constitue le goulot d’étranglement. De nombreuses incertitudes pèsent sur cette région en raison de l’infrastructure d’irrigation existante et obsolète, destinée aux grandes exploitations d’État antérieures, de la nécessité de passer de la structure actuelle des petites parcelles à des exploitations de taille moyenne et de l’impact de l’adhésion à l’UE. Le besoin d’irrigation va incontestablement augmenter, en particulier dans la vallée de la Tisza, où la disponibilité dépend fortement des demandes étrangères et où les conséquences du changement climatique représentent un risque considérable. La réponse devrait s’appuyer sur une variété d’instruments durs et doux, tels que la tarification, la planification avec les pays voisins et la future construction coopérative de réservoirs dans les pays en amont, afin de faire face aux événements extrêmes.[7]

Selon l’UE, les futures orientations politiques à suivre sont les suivantes :[8]

  • Fixer le prix approprié de l’eau ;
  • Allouer plus efficacement les fonds pour l’eau et les projets liés à l’eau : Améliorer la planification de l’utilisation des sols et financer la conservation de l’eau ;
  • Améliorer la gestion des risques de sécheresse : Développer des stratégies de gestion des risques de sécheresse, établir un observatoire de la sécheresse et un système d’alerte précoce, et maximiser l’utilisation du Fonds de solidarité de l’UE et du mécanisme européen de protection civile ;
  • Prise en compte d’infrastructures supplémentaires pour l’approvisionnement en eau ;
  • la promotion de technologies et de méthodes permettant d’économiser l’eau ;
  • Promouvoir la création d’une culture de la conservation de l’eau dans toute l’Europe ; et
  • Améliorer la collecte des connaissances et des données : Un système d’information européen sur les pénuries d’eau et la sécheresse, ainsi que sur les perspectives de recherche et de développement.

À l’aide du tableau de bord sur l’accès équitable à l’eau et à l’assainissement, la Hongrie a examiné l’accès équitable à l’eau potable et à l’assainissement en 2016. Le pourcentage de raccordement à un service public d’approvisionnement en eau potable a atteint le niveau maximal économiquement viable, soit 95 %, tandis que le taux de raccordement à un système d’assainissement centralisé a grimpé à 82,8 %.[9]

La planification de la sécurité de l’eau est une obligation légale pour toutes les sources d’eau potable ; sa mise en œuvre a été étendue aux approvisionnements plus petits au cours de la dernière décennie. À la fin de 2018, presque toutes les sources d’eau publiques (1 500) étaient régies par un plan de sécurité de l’eau. Sur la base des enseignements tirés depuis la mise en œuvre de l’exigence législative, de nouvelles instructions pour l’établissement et l’évaluation des plans de sécurité de l’eau ont été publiées.

Les investissements réalisés dans les grandes agglomérations ont permis d’augmenter le nombre de raccordements, de réduire pratiquement à zéro le volume des rejets d’eaux usées non traitées et de contribuer à la mise en œuvre de pratiques de gestion saines. Lorsque le traitement des eaux usées par les services publics n’est pas économiquement possible, des systèmes décentralisés sont proposés en utilisant des technologies respectueuses de l’environnement et rentables. La conservation des ressources en eau potable est une responsabilité qui se poursuivra au cours des trois prochaines décennies.

Attaining sustainability in Hungary by implementing water related policies

Développements futurs

La gestion de l’eau en Hongrie fait l’objet d’un développement continu. Adopté par le décret gouvernemental 1242/2022 le 28 avril, le plan de gestion des bassins hydrographiques actualisé de la Hongrie[10] donne une image encore plus claire de l’état chimique et biologique des masses d’eau de surface et de l’état quantitatif et qualitatif des eaux souterraines. Sur la base des principaux problèmes de gestion de l’eau identifiés précédemment, le RBMP3 décrit les actions et les interventions nécessaires pour atteindre les objectifs de la directive-cadre sur l’eau. L’une de ces approches consiste à assainir les lieux pollués identifiés. Les objectifs stratégiques comprennent le renforcement de la rétention d’eau et la création d’une gestion municipale intégrée de l’eau conformément à la directive-cadre sur l’eau.[11]

La compréhension par le public de la qualité de l’eau et des préoccupations liées à l’eau s’est considérablement accrue. Le premier plan d’action sur le changement climatique comprend des objectifs de gestion de l’eau qui sont liés à la région prioritaire d’adaptation nationale. La Hongrie a codirigé deux domaines de programme – PA3 sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène institutionnels avec la Géorgie et la Moldavie, et PA6 sur l’accès équitable à l’eau et à l’assainissement avec la France[12] – La Hongrie a également participé au niveau international à l’exécution du programme de travail 2020-2022 dans le cadre du protocole.

Après le troisième sommet de l’eau en 2019, Budapest a organisé l’exposition et le sommet sur la durabilité Planet Budapest, où la collaboration internationale en matière d’eau a également occupé une place importante. La Hongrie joue également un rôle clé dans la promotion et le soutien du lancement mondial de la Convention sur l’eau en participant activement à la direction et au groupe de travail de la convention. Outre les Philippines, la Hongrie a fondé le Groupe d’amis des Nations unies en faveur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) dans les établissements de santé.[13]

Depuis 2011, la Hongrie est le co-coordinateur du domaine prioritaire de l’EUDSR sur la qualité de l’eau et les préoccupations environnementales, qui englobe 14 pays du bassin du Danube. À ce titre, la Hongrie lance et participe à un certain nombre de projets internationaux.[14]

La stratégie hongroise IDC2025[15] de la Hongrie souligne l’importance de la participation du secteur privé, à la fois pour combler le déficit financier lié au développement des infrastructures et pour apporter des connaissances. Il convient de noter que la Hongrie possède un avantage comparatif dans les domaines mis en avant dans la stratégie. Il s’agit notamment de l’eau et de l’assainissement, de la santé, de l’environnement, des technologies de l’information et de l’éducation. La Hongrie fournit des équipements aux partenaires de développement, ainsi qu’une expertise par le biais de formations au renforcement des capacités.

Dans ce contexte, la Hongrie a mis en œuvre plusieurs initiatives de développement liées à l’eau en 2020 – certaines étant même expérimentales – comme suit :

  • Dans le cadre du programme de développement global de 19,6 millions d’USD en Ouganda, un projet innovant de gestion de l’eau de 1,3 million d’USD a été mis en œuvre dans le camp de réfugiés de Rwamanja. Cette initiative a permis à trois écoles du camp de réfugiés de Rwamanja d’avoir accès à l’eau potable.
  • La Hongrie a récemment lancé deux initiatives innovantes de gestion de l’eau, qui ont permis de livrer des systèmes mobiles de purification de l’eau à la Tunisie (valeur de 111,83 milliers USD) et au Kirghizistan (valeur de 84 000 USD).
  • Entre 2017 et 21, la Hongrie a lancé un plan de développement sophistiqué avec une dépense totale de 1,6 million USD pour soutenir les personnes déplacées en Irak. Dans le cadre de ce plan, la Hongrie a réhabilité les infrastructures hydrauliques de sept municipalités et réhabilité un canal d’irrigation dans la vallée de Nahla. La Hongrie a également fourni un système hongrois de purification de l’eau qui fournit 200 mètres cubes d’eau potable par jour.

Références

  1. https://unfccc.int/
  2. https://sustainabledevelopment.un.org/index.php?page=view&type=30022&nr=622&menu=3170 ↑
  3. Somlyódy, L. et Z. Simonffy, 2004. L’eau en Hongrie : avec une tradition et des problèmes uniques à l’UE. Begegnungen, Schriftenreihe des Europa Institutes Budapest, Band 25 : 127-145.
  4. Farago, T., Lang, I. et L. Csete, 2010. Changement climatique et Hongrie : atténuer les risques et se préparer aux impacts. Rapport du projet VAHAVA, 124 pp.
  5. https://www.reuters.com/world/europe/i-want-breed-horses-not-camels-hungarian-farmers-battle-historic-drought-2022-07-28/ ↑
  6. https://hungarytoday.hu/severe-drought-not-seen-in-over-120-years/ ↑
  7. Somlyódy, L. et Z. Simonffy, 2004. L’eau en Hongrie : avec une tradition et des problèmes uniques à l’UE. Begegnungen, Schriftenreihe des Europa Institutes Budapest, Band 25 : 127-145.
  8. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=celex%3A52007DC0354 ↑
  9. https://unece.org/sites/default/files/2022-09/Hungary_summary_report_5th_cycle_31Aug2022_ENG.pdf ↑
  10. https://www.icpdr.org/main/sites/default/files/nodes/documents/updated_itrbmp_2019.pdf ↑
  11. https://water.europa.eu/freshwater/europe-freshwater/water-framework-directive ↑
  12. https://cultureandtourism.danube-region.eu/danube-strategy/priority-areas-of-the-strategy/ ↑
  13. https://www.unwater.org/news/launch-%E2%80%98un-group-friends-support-wash-health-care-facilities%E2%80%99 ↑
  14. https://danube-region.eu/
  15. https://nefe.kormany.hu/download/8/2f/92000/NEFE2025_summary_en.pdf ↑
×